Esmt.sn

Les nouvelles du Pays


  • Lancement officiel des activités sportives et culturelles de la fête

    Lancement officiel des activités sportives et culturelles de la fête "Zinder Saboua"

Issoufou Mahamadou Democrate« Moi je pense qu’il faut respecter les constitutions. Et d’ailleurs, quand je me présentais aux élections, j’avais fait la promesse qu’un de nos objectifs était de consolider l’ordre démocratique et les institutions démocratiques et républicaines dans le pays. Et cela ne peut se faire en détricotant les constitutions chaque fois. Donc là, je suis en train d’exercer mon dernier mandat et, incha Allah, en 2021, je passerai le témoin à celui que les nigériens auront choisi »

Ce sont là les propos du président Issoufou Mahamadou dans un entretien accordé à nos confrères du magazine« Marchés africains ». Certains avaient jubilé en entendant ces paroles relayées par les médias locaux. Seulement voilà ! Le Canard en furie demeure sceptique quant à la sincérité de ces professions de foi. Quand le président de la République dit : « moi, je pense … », ce n’est pas pour rassurer. Le respect de la loi fondamentale n’a rien à avoir avec la pensée d’une personne fut-elle président de la République, chef de l’Etat. Issoufou aurait tout simplement pu dire qu’il n’existe aucun moyen d’exercer plus de deux mandats présidentiels au Niger et qu’en conséquence, il n’a de choix que partir. Mais en ramenant le tout à sa pensée, il nous rappelle opportunément un Tandja Mamadou qui avait déclaré : « quand la table est desservie il faut partir ». C’était sa pensée à lui en ce moment précis mais cette pensée avant qu’il ne commence à radoter autour de la table desservie et qu’il accouche du monstre Tazartché avec les drames sociopolitiques qui en ont découlé. De ce point de vue, le président Issoufou n’est pas convaincant.

Puis, le chef de l’exécutif nigérien dit : « j’avais fait la promesse qu’un de nos objectifs était de consolider l’ordre démocratique et les institutions démocratiques et républicaines dans le pays. Et cela ne peut se faire en détricotant les constitutions chaque fois ». Là-dessus, nous posons une simple interrogation : le règne du président Issoufou a-t-il renforcé les institutions démocratiques ou les a-t-il au contraire affaiblies ? Nous laissons à chacun le soin de répondre à cette question. Toutefois, en parlant de promesse, le patron de l’exécutif n’a-t-il pas promis de construire le barrage de Kandadji avant la fin de son premier mandat ? N’a-t-il pas promis aux Nigériens d’investir le quart du budget national dans l’éducation, de faire nourrir les nigériens par les nigériens, de créer 50 000 emplois chaque année ? Ces promesses n’ont jamais été tenues. Pis encore, Issoufou Mahamadou avait dit haut et fort qu’il ne cautionnerait jamais des « élections tropicalisées » et qu’il en serait le responsable ? Que s’est-il passé pour qu’il ait 92,51% de suffrages en mars 2016 ? Peut-il y avoir           des élections plus tropicalisées que lorsqu’on jette en prison son principal challenger pour enfin se déclarer élu au détriment d’un adversaire hors course ?

La plus part des Nigériens ont cessé de croire aux discours officiels depuis belles lurettes et ce n’est probablement pas sur ce sujet crucial qu’ils vont accorder du crédit à de simples dires. Toutes choses dont la renaissance les a gavés pendant 6 ans maintenant. D’ailleurs, pourquoi le président Issoufou s’empresse-t-il de crier à tue-tête qu’il ne sera pas candidat en 2021 alors qu’on en est qu’à la première année de son second quinquennat ? Se reproche-t-il quelque chose dont nous n’avons pas connaissance ?

En tout cas, les scandales financiers et politiques commis depuis 6 ans maintenant laissent penser qu’avec Issoufou Mahamadou ou non, le parti au pouvoir PNDS-Tarayya se cèdera pas le pouvoir de bon cœur à un autre parti politique en 2021, 2026, 2031 …. Trop de mal a été fait, trop de liberté a été prise vis-à-vis des deniers et biens publics, vis-à-vis des Nigériens tout simplement. Alors, le retour de la manivelle est une hantise justifiée pour les ténors de la Renaissance.

Une année de vent ….

Douze mois se sont déjà écoulé depuis que le chef de la Renaissance s’est fait – Dieu Sait comment – réélire au sommet de l’Etat Nigérien. En dehors de lui-même personne ne semble s’intéresser à cet anniversaire qui ne rime à aucune joie collective. Il ne peut en être autrement lorsque tous les secteurs sont au rouge. L’insécurité inquiétante, l’école en dérision, la santé publique chancelante, la fourniture d’eau et d’électricité hypothétique, l’atmosphère politique électrifiée …bref tout est au rabais sous la Renaissance Acte II.

Et il n’y a que le président de la République et ses inconditionnels qui voient la qualité de la gouvernance. Tout le reste se demande le mal qu’ils ont pu commettre pour mériter une telle gouvernance qui s’apparente à une punition divine. N’eut été l’inauguration de la centrale électrique de Gorou Banda par le chef de l’Etat en personne, ce premier anniversaire serait passé absolument inaperçu. La centrale, en elle-même, ne suscite aucune expression de soulagement dans le cœur du citoyen lambda. Malgré le discours officiel qui voudrait rassurer quant à la fin des difficultés dans la fourniture de l’énergie électrique n’apaise aucun cœur. Au contraire, une grande inquiétude s’est emparée des populations de Niamey qui se demandent bien à quelle sauce elles seront mangées cette fois avec cette centrale. Cela, d’autant plus que des sources proches du dossier soutiennent que le kilowatt/heure produit à Gorou Banda coûterait quelque 283 F CFA à la NIGELEC qui l’achète actuellement à 15 francs au Nigeria pour le revendre à 79,25 F CFA. Mais alors, à combien achètera-t-on le kilowatt/heure avec cette nouvelle centrale ? Nul ne le sait pour l’instant, mais il va falloir commencer à vérifier les factures d’électricité en lisant ce qui y est écrit. Car, avec un régime qui a installé des bases militaires étrangères dans l’informel c’est-à-dire, sans s’en référer à l’Assemblée nationale comme le prescrit la Constitution, il ne serait pas étonnant que des hausses soient appliquées sur les tarifs sans qu’elles ne soient rendues publiques.

C’est curieux ce que ce régime jure d’avec les bonnes pratiques. Même lorsqu’il tente de bien faire, il n’aboutit qu’à un résultat contraire. Il est, à chaque fois, comme tirer vers le bas pas des forces invisibles qui pourraient se nommer :cupidité, arrogance, l’amateurisme, insouciance et incompétence. On est mal barré !

Ibrahim A. YERO

05 avril 2017
Source : Le Canard en Furie

 

Idées et opinions

Société

Interview

Culture

Disparition du musicien nigérien Malam Maman Barka

Grande émotion ce matin au Niger lorsque la presse locale a rapporté le décès du musicien Malam Maman Barka, immensément populaire dans son pays et tr... ...

Patrimoine immatériel de l’humanité en musique : L’Inzad, une vielle monocorde traditionnelle commune à préserver

L'Inzad, élément culturel commun à plusieurs pays de la bande sahélienne, dont l’Algérie, le Mali ou le Niger, est une vielle monocorde traditionnelle... ...

Admission du groupe Sogha au Conseil Africain de la Musique : Pour le rayonnement de la musique nigérienne

Le Comité Exécutif du Conseil Africain de la Musique dont le siège est basé à Brazzaville au Congo a décidé d’admettre le groupe nigérien Sogha comme ... ...

Culture : Le Musée national Boubou Hama réceptionne le pavillon rénové du pétrole

La cérémonie de réception du Pavillon du musée national Boubou Hama dédié à l’exploitation du pétrole au Niger a eu lieu, le samedi 6 octobre dernier... ...

Cure salée : Le Premier ministre visite un site de vaccination du bétail et échange avec les chefs traditionnels, les cadres régionaux et les femmes l…

Après la cérémonie d’ouverture de la 54ème édition de la Cure Salée qu’il a présidée dans la matinée, le Premier ministre, Chef du gouvernement SE. Br... ...

Projection de la série ‘’Femme actuelle’’ de Boubacar Djingarey Maiga : Une série de treize épisodes présentée au public

Deux ans après son film “dans le noir”, Boubacar Djingarey Maiga nous revient avec une série de treize épisodes de treize minutes (13) chacun, tirée d... ...

Niger : Guéréwal ou l’hymne à la beauté bororo, l’une des attractions de la cure salée

La cure salée ou le rassemblement annuel des nomades à In’Gall du 14-16 septemebre  donne aussi l’occasion aux peulhs bororos ou wabaadé d’organi... ...

À Zanzibar : Honneur au cinéma nigérien !

Non seulement le film de Rahmatou Keïta, Zin'naariyâ!, était le seul et unique film de long métrage de toute l'Afrique de l'Ouest sélectionné pour la ... ...

Agadez : Première réunion préparatoire de la cure salée édition 2018

Le gouverneur de la région d’Agadez M. Sadou Saloké a présidé la première réunion préparatoire de la cure salée édition 2018. Au cours de cette réunio... ...

Politique

Actu africaine

Gandhi accusé de «racisme», une statue retirée d'une université

Une statue du leader indien de l'indépendance, Gandhi, a été retirée de la plus prestigieuse université du Ghana après que l'apôtre de la non-... ...

Washington dénonce les "comportements prédateurs" de Moscou et Pékin en Afrique

Le conseiller américain à la sécurité nationale John Bolton dévoile la stratégie de Donald Trump pour l'Afrique devant le cercle de réflexio... ...

Développement de l’Afrique : 5 erreurs à éviter

Malgré de multiples financements et une dette importante, l’Afrique reste pauvre. D’évidence les fonds sont mal dépensés et les politiques publiques i... ...

Afrique : Possible circulation sans visas avant fin 2018 ?

L’Union africaine a fixé à 2018 le délai pour la suppression des exigences de visa pour tous les citoyens africains dans tous les pays africai... ...

Toute l’histoire de la transsaharienne : le projet routier titanesque qui va révolutionner le commerce intra-africain

 Le projet de construction de la route transsaharienne est né vers la fin des années 1960 pour désenclaver la région du Sahel et favoriser les éc... ...

Christophe Viarnaud : «Le futur de l'Afrique va passer par la révolution énergétique, la révolution de l'agriculture et la révolution de l'éducation»

ADEA’s Mission in Angola (July 2015) | Copyright: ADEAChristophe Viarnaud est le fondateur de Methys, une entreprise spécialisée dans la digitalisatio... ...

La Zlec, une chance de transformer l’Afrique

L’Afrique est en train de changer. Certains considèrent ces changements comme des défis, mais il faut les voir comme des opportunités. Prenons, par e... ...

L'Afrique que du temps perdu ! : Par Dr Abdoulaye HASSANE DIALLO

Ce titre me parait convenir à la situation que vit notre continent, l’Afrique, berceau de l’Humanité. II n’est donc pas exagéré par rapport à sa traje... ...

Difficile pour les Africains d’aller dans un autre pays africain

Le président rwandais Paul Kagame et l'ancien président de l'Union africaine Idriss Déby ont reçu les premiers passeports de l'UA en 2016 De nombreux ... ...

Revue de Presse Labari