Orange Money 300%

Economie

Lonani Niger 01La loterie nationale du Niger (Lonani) est spécialisée dans les jeux de hasard. On ignorait qu’elle s’est désormais spécialisée dans les marchés qui sentent l’arnaque. Vache à lait dont les recettes prendraient, depuis quelque temps déjà prolongé, une destination des plus obscures, la Lonani est finalement tombée dans une chute libre abyssale. Une descente aux enfers qui s’est davantage prononcée ces deux dernières années avec des marchés douteux, coup sur coup arrangés et passés sans égard pour la situation financière de la société. Déjà épinglée par la Cour des comptes qui a décelé et mis en lumière de graves anomalies dans la gouvernance de cette société d’Etat, la Loterie nationale du Niger n’est plus l’ombre d’elle-même. Elle vivote, affaiblie par un premier marché qui lui a couté 1,5 milliard FCFA sans que l’on ait constaté une plus-value dans les activités de la société. Le paiement, sur cinq ans, de ce milliard et demi qui a plutôt enrichi des individus, a été la croix et la bannière. La Lonani a eu d’énormes problèmes pour payer ce montant. Nonobstant ce passif lourd et les difficultés financières dans lesquelles la Lonani est empêtrée, fruit d’une gestion des plus aléatoires, la directrice générale, dame Habsou Ali, a fait de nouveau tourner la roulotte russe. Histoire de dire qu’à la Loterie nationale du Niger, on ne fait pas que faire jouer les parieurs, on joue soi-même, avec les fonds publics. Un second marché, d’un montant plus élevé que le premier et contracté dans des conditions très floues, pour ne pas dire tordues, est en cours d’arrangement. Un nouveau marché relatif à l’informatisation du PMU Niger qui engage la société pour longtemps est octroyé à une société dénommée FLEXBET. Basée à Dubaï, FLEXBET est une entreprise qui a pourtant proposé plus du double des offres des autres concurrents. Elle se voit ainsi offrir ¯ c’est le mot ¯ pour l’exercice 2019-2023, un contrat de prestations qui coûtera à la Lonani les yeux de la tête. 276 000 000 FCFA pour l’achat du matériel auquel il faut ajouter 6% du chiffre d’affaire de la LONANI par an de redevance locative du logiciel et la synchronisation avec PMU France. À titre indicatif, le chiffre d’affaire de la LONANI est d’environ 20 milliards par an.C’est donc 1,2 milliard FCFA par an de redevance que la LONANI devra payer sur cinq ans comme l’attestent les minutes du dépouillement fournies par les personnes présentes lors de l’ouverture des plis. Au total, FLEXBET s’en sort avec 6 276 000 000 FCFA sur les cinq années à venir. Avec plus de six milliards en cinq, FLEXBET réalise certainement son business du siècle. Cette société, domiciliée, comme par hasard dans un paradis fiscal, prendra en un an ce que ses concurrents proposaient de prélever sur les cinq ans de contrat. Constat accablant !

Imprimer E-mail

Economie