Affaire de lettre de recommandation du MDN : silence, on s’accuse au PNDS

L’affaire de la supposée lettre de recommandation jugée fausse par les responsables du ministère de la défense nationale continue de faire couler beaucoup d’encre et de diviser des militants du PNDS. Aujourd’hui, des langues se délient pour parler, de plus en plus, de conflit d’intérêts au sein du principal parti au pouvoir. Un conflit d’intérêts qui opposerait des militants du parti décidés de se jeter des peaux de banane. En tout cas, des chuchotements dans des milieux du PNDS font cas de deux clans qui s’affrontent pour les marchés d’achat d’armes et de matériels militaires. Des sources politiques indiquent que la société SKY Africa Sarl de monsieur Regani Nagim serait, depuis quelques temps, dans le viseur de certains militants du PNDS proches de l’ancien président. En complicité avec un ancien agent révoqué de son poste au ministère de la défense, ils auraient décidé de faire la fête au sieur Regani Nagim et sa société. Pour cause, selon les mêmes sources politiques, la société Sky Africa de monsieur Regani aurait montré ses prouesses en arrivant à dépanner un hélicoptère cloué au sol à Diffa. Et depuis cet exploit, le sieur Regani, dont le frère ainé serait un conseiller très proche du Président de la République, serait devenu un concurrent gênant pour ces militants du même acabit politique. Et à ces sources politiques d’ajouter que la fabrication du faux document entrerait dans cette logique de concurrence acharnée. Si cette analyse se confirme, cela donne raison à ceux qui parlent de l’existence de clans rivaux au PNDS. Des clans qui se battent rudement pour le contrôle des marchés publics. Faux, rétorque un opérateur économique qui préfère garder l’anonymat. Tout en indiquant qu’ au lieu d’accuser X où Y d’être à l’origine de cette sordide affaire, les responsables de la société SKY Africa n’ont qu’à aller devant la justice pour se justifier et assumer leur forfaiture. Pauvre Niger. La recherche aveugle du profit, par certains nigériens, risque de mettre en péril les intérêts stratégiques du pays. Dans cette affaire qui ternit gravement l’image du Niger, l’enquête initiée par la justice doit aller jusqu’au bout pour situer les responsabilités et éventuellement engager des poursuites judiciaires. Elle (l’enquête) ne doit pas être, uniquement, orientée contre des journalistes, les lanceurs d’alerte et les activistes des réseaux sociaux qui se font le devoir d’informer, au quotidien, les citoyens sur la gestion de la cité. Car, le délit s’il y en a, c’est la fabrication de la lettre et son utilisation qui le constituent. Ceux qui l’ont publiée méritent, au contraire, d’être salués et encouragés pour avoir rendu service à la nation en faisant découvrir le faux. L’enquête doit donc regarder vers le ministère de la défense et la société Sky Africa. Cela d’autant que ce sont eux que la lettre concerne en premier. La justice doit être impartiale. Elle doit tout aussi être au service exclusif du peuple. En tout état de cause, des journalistes d’investigation se sont concertés et ont décidé de mener une enquête autour de cette obscure affaire et faire éclater la vérité. Déjà, une source nous renseigne que le Président de la République aurait une idée claire sur l’affaire. Selon notre source, c’est ce qui ferait agiter certains milieux.

Ali Soumana

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...