A propos de la puissance du moteur sur la carte grise : SONILOGA arnaque ses clients !

A propos de la puissance du moteur sur la carte grise : SONILOGA arnaque ses clients !Au Niger, c’est un secret polichinelle de dire que depuis la création de la société SONILOGA, le secteur du transport de notre pays devient de plus en plus un véritable casse- tête pour la plupart des citoyens. Régulariser les papiers de son véhicule tend à sortir du cadre réglementaire, selon certains usagers des services de ladite société. En en effet, à l’origine, la société à été créé pour soulager la souffrance des populations, qui jadis étaient dans l’obligation de sillonner plusieurs services dans l’optique de se conformer aux exigences du code da la route, c’st du moins ce qui ressort de plusieurs té- moignages des initiateurs du système de ladite société dans notre pays. Cependant, dans la pratique loin de soulager la souffrance des citoyens, la société SONILOGA est devenue un calvaire pour les populations qui la jugent comme étant un moyen d’appauvrissement.

La procédure peu complexe et le cout exorbitant des prestations sont les principaux motifs de plainte des usagers de des services de la société.

Selon Hassan, ce qui se passe dans cette société est même une pratique tendant à remettre la crédibilité du pays à l’internationale. En effet pour ce dernier, les documents attestant les puissances initiales des véhicules sont modifiés sur la carte grise dans le dessein de gonfler leur chiffre d’affaire, un acte jugé par celui qui se dit être un des premiers initiateurs du système SONILOGA dans notre pays, comme étant du faux en écriture publique.

Pour une telle pratique, l’on peut être refusé de circuler dans la sous ré- gions pour fraude, car les mentions de la carte grise du véhicule ne reflètent pas la puissance du moteur. Quelle abomination ! A-t-il poursuivi.

Un autre dans, l’anonymat affirme être victime de cette pratique. Selon ses révélations, il s’est présenté avec une voiture 4/4 de treize chevaux, mais sur la carte grise la société a mentionné dix sept chevaux. Et un autre véhicule FOR RUNNER de seize chevaux, mais ils m’ont imposé une carte grise de 23 chevaux. Pour fustiger ce comportement, nous avons porté plainte au ministre des transports, qui a promis de régler cette situation, mais l’affaire reste toujours sans suite. Et pire, les même pratiques se poursuivent dans la même société, a-t-il martelé.

Les plus hautes autorités de notre pays sont interpellées par rapport à cette situation. Car il est inadmissible qu’une portion d’individus mettent en cause la crédibilité de nos documents pour des fins personnelles et mesquines.

DM  

1er septembre 2018
Source : L’Actualité

Imprimer E-mail

Société