L’Office Central de Répression du Trafic Illicite des Stupéfiants (OCRTIS), vient de démanteler des grands réseaux de trafic international de drogue à haut risque. Les trafiquants arrêtés ainsi que les produits saisis ont été présentés hier à la presse en présence du procureur de la République, Mmamae Sayyabou Issa.

L’Office Central de Répression du Trafic Illicite des Stupéfiants (OCRTIS), vient de démanteler des grands réseaux de trafic international de drogue à haut risque. Les trafiquants arrêtés ainsi que les produits saisis ont été présentés hier à la presse en présence du procureur de la République, Mmamae Sayyabou Issa.

Il s’agit d’un groupe de neuf (9) individus parmi lesquels une fille et un mineur, tous de nationalités étrangères interpellés dans la nuit du 4 juillet 2020 aux quartiers Balafon et Aéroport de Niamey pour trafic international de Cocaïnes, d’héroïne et de crack qui est un dérivé de la Cocaïne. Ces trafiquants ont comme activité principale la vente de pièces détachées automobiles. En effet explique le Commissaire Principal de Police, Mountari Abou, directeur du service central de l’information, de relation et des sports, porte-parole de la Police Nationale, depuis plusieurs jours, un dispositif de surveillance et d’infiltration a permis de suivre les mouvements des intéressés (dont deux sont déjà connus et activement recherchés par l’OCRTIS).

Ce travail d’investigation a permis de saisir plusieurs quantités de drogues et des produits de synthèse ainsi que du matériel servant à l’usage et à la fabrication de crack, mettant ainsi en évidence l’existence d’un laboratoire artisanal de fabrication de ce produit illicite (le crack). Ainsi, au cours des perquisitions 115 grammes d’héroïne, 48 grammes de cocaïne, 50 grammes de crack, 270 grammes de bicarbonate de sodium, une balance, une pipe à consommation de crack, un véhicule, des actes de session, des chéquiers et plusieurs documents ont été saisis. Cette saisie, a indiqué le porte-parole de la Police Nationale Mountari Abou, porte à trois (3) le nombre de laboratoires clandestins de fabrication de crack démantelés par l’OCRTIS dans la ville de Niamey depuis 2018. Dans cette affaire comme dans les précédentes, précise-t-il, toutes les personnes interpellées proviennent d’un même pays et appartiennent à un même groupe ethnique.

Imprimer E-mail

 #findesviolencesfaitesauxfemmes#findesviolencesfaitesauxfemmes

 

Société