Niger : Le partage injuste des rentes pétrolières

Niger : Le partage injuste des rentes pétrolières Aucun nigérien ne peut soutenir qu’il a bénéficié des retombées du pétrole, depuis l’écoulement de la première goutte à ce jour. Le prix du litre à la pompe reste intact, à peine accessible aux citoyens. Pour dire qu’il n’a connu aucune diminution, ce malgré les contestations des syndicats. L’on a l’impression que le pétrole ne semble pas profitable au peuple. Mais à une catégorie de citoyens qui se la coulent douce. Pendant que l’école publique se trouve dans une situation de déliquescence totale, les centres sanitaires dans un manque total de médicaments et l’économie en plein délabrement. Dans la catégorie des citoyens qui profitent de la manne pétrolière se trouve un certain Foumakoye Gado, ancien enseignant de l’école normale supérieure de Niamey, homme politique et vice président du PNDS Tarayya. Il est ministre du pétrole depuis l’avènement de son parti au pouvoir. A ce titre, il a eu à signer plusieurs accords et conventions avec des sociétés chinoises, britanniques (Savannah) et autres. Inamovible, Pierre Foumakoye est même renforcé dans son rôle en devenant ministre d’Etat. Une position digne d’un prince héritier saoudien. Pourtant, dans leur critique acerbe contre toutes les oeuvres des régimes précédents, Foumakoye et ses camarades n’avaient pas voulu de l’exploitation du pétrole par le régime Tandja. Avec leur grande gueule, ils avaient qualifié les puits du pétrole comme étant de chimère. Aujourd’hui, avec eux, les puits d’eau se sont transformés en puits de pétrole qui leur offrent la possibilité de contracter des dettes imaginables. Le prêt Eximbank de 1000 milliards, signé en catimini, en est une illustration. Un Prêt entouré de mensonge d’Etat qui fait hypothéquer, indéfiniment, le pétrole nigérien. Un prêt à deux guichets dont le premier est destiné à la réalisation des projets et le second guichet en argent liquide.

Personne ne sait, à nos jours, la vraie destination des sommes sorties de ces deux guichets. On constate, seulement, que des gens se sont enrichis jusqu’à se comparer au Pharaon. De ce lot de nouveaux riches, des sources internes au PNDS citent le nom de Foumakoye Gado. Selon ces mêmes sources, sa richesse l’empêche même de dormir. Comme s’il a un génie cracheur de billets de banque dans sa maison. On fait acquisition de nombreuses maisons à Niamey, Dosso et Montréal (Canada). Sans parler des jardins et autres champs à perte de vue. En vue, la fondation d’une véritable dynastie à l’image de celle de Bleck CARRINGTON.

A.S 

19 mars 2020
Publié le 12 mars 2020
Source : Le Courrier

Imprimer