Audits des fonds de l’armée : De grosses interpellations en perspective

rSelon une source sécuritaire au fait de l’évolution des audits des fonds de l’armée, le dossier est ficelé et il est déjà sur le bureau du président de la République et le Parquet serait d’ores et déjà saisi , Selon notre source, c’est la dernière ligne droite et dès la semaine prochaine, les interpellations vont commencer, avec à la clé de grosses surprises en perspective. Une éventualité que certains mis en cause ont carrément écartée, arguant du fait que ce n’est pas la première fois que des gens ont pris l’argent de l’Etat. De l’avis de certaines sources proches dudit dossier, ces mis en cause ne se font aucun souci pour leur liberté. Encore moins pour la fortune amassée. Un d’entre eux ne s’est pas gêné de confier à des proches que ce dossier connaîtra la même fin que tous les autres. Il a notamment évoqué le cas d’un de ses prédécesseurs qui aurait, selon lui, détourné des milliards et qui n’a écopé que de gratifications et de primes. Sans compter que, pour lui, d’autres personnes, considérées intouchables du fait de leur station et de leur statut, s’allaitaient à la même mamelle de la défense, jugée gains faciles à capter.

La semaine à venir risque d’être particulièrement chargée pour la police judiciaire et le Parquet

Bien que des mis en cause se gargarisent d’être inacces- sibles à la justice en raison de l’implication de X et de Y, notre source, crédible, indique que la semaine à venir risque d’être particulièrement chargée pour la police judiciaire et le Parquet. Les têtes à faire tomber ne sont pas n’importe quelles têtes. Des hommes politiques, membres influents du Pnds, mais également des hommes d’affaires, non moins influents sous la 7e République, et des officiers supérieurs de l’armée ; Des noms, cités dans le rapport d’enquête, révèlent à suffisance l’ampleur de la tempête à venir. Entre autres noms cités, il y a ceux des généraux Karingama et Boulama, de Moussa Moumouni dit Moussa qualité, un homme d’affaire et ancien député du Pnds sous la première législature de la 7e République ainsi que celui du ministre Kalla Moutari, prédécesseur d’Issoufou Katambé au poste de la Défense nationale.

Plus de 1700 milliards détournés pour plus d’un millier de morts

Ce sont plus de 1700 milliards qui ont été dissipés à partir des budgets destinés à l’armée. Des fausses commandes aux commandes réelles de matériels défectueux et inutilisables, en passant par des prestations de maintenance imaginaires, les auteurs des malversations commises de 2017 à 2019 ont multiplié les astuces, les stratégies et les complots, pour s’enrichir. Sur le dos de l’Etat et des tombes, innombrables, de soldats tombés au cours de ces sept années de deuils presque permanents. Selon des statistiques en cours d’élaboration par le Courrier, il ne serait pas surprenant que les bilans officiels dépassent le millier de morts dans les rangs des Fds. Dans les rangs des Fds en particulier, les morts ne se comptent plus. Mal équipée, non suffisamment armée pour faire face à l’ennemi, à plus forte raison entreprendre des actions de représailles justifiées, l’armée nigérienne est considérable affaiblie face aux forces ennemies. Pratiquement sans moyens aériens, elle est incapable d’engager des poursuites ou de venir au secours aux postes avancés attaqués.

Plus de 75 milliards détournés sur l’exercice 2017-2019

L’affaire est plus qu’un scandale. C’est un véritable crime organisé.
Tandis que, de Diffa, à l’extrême Est du pays à Tillabéry, à l’extrême Ouest, des Nigériens tombent comme des mouches, d’autres, investis de la mission de veiller à leur sécurité, rivalisent de ruse et de culot machiavélique pour dépouiller l’Etat et l’armée des ressources financières destinées à la défense et à la sécurisation du pays. Pendant ce temps, les responsables en charge de la sécurité et de la défense, eux, «s’empiffrent » de milliards. Des 46 000 mètres linéaires de Moussa qualité facturés à 3,7 milliards de francs CFA aux deux hélicoptères de Kalla Moutari achetés à 47 millions de dollars, entre autres, c’est plus de 75 milliards, rapportet- on, qui auraient été détournés sur l’exercice 2017- 2019.

Laboukoye

22  février 2020
Source : Le Courrier

Imprimer E-mail

Politique.