Turbulences au Mnsd Nassara : Les prémices d’une rébellion politique chez Abdoulkarim Tidjani?

Turbulences au Mnsd Nassara : Les prémices d’une rébellion politique chez Abdoulkarim Tidjani? La situation au sein du Mnsd Nassara va de mal en pis. Et pour cause, le secrétaire général sortant, Abdoulkarim Tidjani, s’accroche bec et ongles au poste alors que, selon des sources concordantes, son challenger, Moussa Doutchi, semble être crédité du soutien de la plupart des sections. Les tentatives de les départager ont, toutes, échoué et Abdoulkarim Tidjani, selon des sources crédibles du Mnsd, semble avoir franchi le rubicond. Des prémices de rébellion ont été décelées chez lui depuis quelque temps, l’intéressé ayant pris des iniatives que d’aucuns disent malheureuses et déplacées. Sans aucun égard pour la discipline militante, Tidjani aurait récemment fait une déclaration publique dans laquelle il aurait apporté son soutien et celui de ses partisans au président de la République, Issoufou Mahamadou. Pourquoi Issoufou Mahamadou et non au président du Mnsd Nassara, se demande-t-on dans les cercles de discussion? Abdoulkarim Tidjani est en réalité sur la sellette, complètement désarçonné au sein de sa formation politique où il est perçu, selon des sources, comme une taupe du Pnds Tarayya. Sa déclaration faisant l’apologie du Président Issoufou en serait une manifestation. Quoi qu’il en soit, sur le terrain politique, il est malmené, en disgrâce auprès des militants de base qui dénoncent, dit-on à Maradi, un forcing détestable.

Elhadj Balla Sani serait-il le bras armé d’Abdoulkarim Tidjani dans le différend qui l’oppose à Moussa Mahamane Doutchi ?

Les critiques contre Abdoulkarim Tidjani semblent s’amplifier au sein du parti d’autant plus que ses partisans refusent d’obtempérer à des décisions de justice prononcées contre eux. Le 3 février 2020, par l’intermédiaire de Me Lirwana Abdourahamane, son conseil, le bureau de la coordination de Dakoro a saisi le procureur de la République près le Trbunal de grande instance de Maradi aux fins d’une plainte contre Elhadj Sani Balla, président de la section régionale Mnsd de Maradi. Motif : il a convoqué une réunion, signé des mandats aux délégués pour superviser la conférence sur le renouvellement de la coordination départementale Mnsd de Dakoro, toute chose qui lui a été interdite par le président du Tribunal de Grande instance de Maradi, juge de référé, par ordonnance n°002/2020. En outre, souligne Me Lirwana, l’huissier commis pour superviser la réunion convoquée par Elhadj Balla Sani a clairement notifié aux deux délégués Ibrahim Salissou et Halilou Souley la décision du juge de référé qui demande de « surseoir à toute réunion pour le renouvellement du bureau de la coordination départementale de Dakoro jusqu’à l’intervention d’une décision au fond sur le dossier de cette affaire pendante par devant le Tribunal de Grande instance de Maradi et sera appelée à l’audience du 12 février 2020 ».

L’épilogue judiciaire, le 10 février prochain ?

Elhadj Balla Sani serait-il le bras armé d’Abdoulkarim Tidjani ? On le saura peut-être le 10 février prochain. Ils ont été convoqués par le président du Tribunal, probablement pour deux griefs : d’une part, pour avoir ignoré la mise en demeure de l’ordonnance référé et de tenir une réunion interdite; d’autre part, pour répondre de la plainte déposée pour voies de fait, trouble à l’ordre public et résistance à l’exécution d’une décision de justice. Selon nos sources, cette plainte a été précédée d’une lettre de dénonciation du président de la coordination de Dakoro à l’adresse du président de la section de Maradi. Dans cette lettre, Moussa Mahamane Doutchi attire déjà l’attention d’Elhadj Balla Sani, qu’en vertu des dispositions de l’article 196.1 du code pénal applicable au Niger, et au regard de la décision de référé susvisée, vos actes et agissements sont une résistance à l’exécution d’une décision de justice et un refus d’obtempérer puni par la loi ». Un avertissement suivi d’effet.

Laboukoye

08 février 2020
Source : Le Courrier

Imprimer E-mail

Politique.