Mauvaise conduite du processus électoral : Quand le MNSD-NASSARA tente de ménager la chèvre et le chou

zS’il y a un parti dont les responsables ont un sérieux problème de conscience, c’est bien le Mouvement national pour la société de développement (MNSD-NASSARA). Alors qu’ils participent à la gestion du pouvoir et continuent de jouir des privilèges de ce dernier, les responsables de l’ancien parti au pouvoir veulent dénoncer la mauvaise conduite du processus électoral voulue et entretenue par ce pouvoir.

Dans une lettre adressé au président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), le 29 novembre dernier, le président du Mouvement national pour la société de développement (MNSD-NASSARA), Seïni Oumarou, a fait cas de certaines graves irrégularités constatées dans le recensement électoral biométrique, notamment dans les régions d’Agadez, de Tillabéry et de Diffa. «Dans la région d’Agadez notamment les communes de Tabelot, d’Ingall et d’Aderbissanat, des émigrés non nigériens ont été irrégulièrement enrôlés», a-t-il indiqué. Dans la région de Tillabéri, principalement la commune d’Ayorou où le recensement serait en cours, le président du MNSD-NASSARA dénonce une «utilisation fautive» de «carnets de famille pour étrangers délivrés par les autorités municipales en l’occurrence». Dans la région de Diffa, notamment dans la commune de Bosso, Seïni Oumarou indique qu’il a été «délivré des jugements déclaratifs à des individus ne remplissant pas les conditions requises», ajoutant qu’une plainte a déjà été déposée auprès des autorités judiciaires, sans préciser le ou les auteurs de la plainte. «Au regard de ces cas qui ne sont du reste pas exhaustifs, je vous demande, conformément à vos missions définies à l’article 9 (nouveau) et 10 du code électoral, de bien vouloir toutes les dispositions pour y mettre fin dans le but de pouvoir élaborer un fichier correct, sincère et crédible», a indiqué le président du MNSDNASSARA à l’endroit du président de la CENI. Les irrégularités relevées par le MNSDNASSARA sont d’une rare gravité et sont de nature à ôter toute crédibilité au fichier électoral biométrique que le CENI est en train d’élaborer. Et comme l’a notifié le parti de Seïni Oumarou, il y a certainement d’autres irrégularités plus graves qui caractérisent le processus électoral en cours. Si le MNSD-NASSARA ne participe pas à la gestion du pouvoir, il allait sans doute être beaucoup plus ferme dans ses dénonciations et citer nommément les auteurs et complices des différentes irrégularités constatées. Malheureusement, le parti de Seïni Oumarou est obligé de jouer ce difficile jeu qui consiste à ménager la chèvre le chou.En même qu’il veut d’un processus électoral crédible, transparent et honnête, il se voit contraint de ne pas trop élever la voix, de peur de fâcher le Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDSTARAYYA), le principal parti au pouvoir, dont le candidat à la prochaine élection présidentiel se trouve être le Ministre de l’Intérieur sous la tutelle duquel la CENI et les autorités municipales sont placées. Seïni Oumarou et ses amis savent bien à qui peuvent profiter toutes les irrégularités qu’ils ont relevées. Mais, de peur de perdre les privilèges dont ils jouissent dans la gestion du pouvoir, ils sont dans l’incapacité de s’assumer même lorsqu’ils sont face à des cas flagrants de violation des textes de la République. Depuis 2013 qu’il s’est rallié au pouvoir, pour soidisant aider le Président Issoufou Mahamadou à mieux gouverner, le MNSD-NASSARA s’est mis dans une position d’observateur passif face à tous les travers auxquels le pouvoir s’est livré dans la gestion des affaires de l’État. Sans doute qu’un jour Seïni Oumarou et ses amis rendront des comptes à l’histoire, pour avoir été complices d’une gouvernance scandaleuse au profit de leurs intérêts personnels.

 Salifou Hamidou

11 décembre 2019 
Publié le 02 décembre 
Source : Le Canard en Furie 

Imprimer E-mail

Politique.