Retour de Hama Amadou au pays et dialogue politique : Le Président Issoufou Mahamadou désormais au pied du mur

Retour de Hama Amadou au pays et dialogue politique : Le Président Issoufou Mahamadou désormais au pied du mur Quatre jours après son retour au pays, le président du Moden Fa Lumana Africa et chef de file de l’opposition politique nigérienne, Hama Amadou, s’est volontairement présenté, très tôt, au Parquet puis à la Gendarmerie nationale d’où il est reparti à la prison civile de Filingué. Un acte qui vaut son pesant d’or dans ce contexte où la classe politique se prépare à un dialogue politique inclusif. Le retour de Hama Amadou, survenu dans la plus grande discrétion, a changé la donne dans l’amorce de la décrispation attendue du climat politique. Au centre de la crise politique qui secoue le pays, Hama Amadou, qui est condamné à un an de prison ferme à la suite d’un procès controversé, a manifestement décidé de prendre le train du dialogue politique en marche, quitte à le passer dans les mêmes conditions qu’en 2016, lors de l’élection présidentielle. Mais, en allant de lui-même à Filingué, il interpelle sans doute la conscience et la responsabilité du Président Issoufou Mahamadou qui est désormais au pied du mur, face à une responsabilité politique et gouvernementale qu’il ne saurait récuser. En rentrant au pays, avec tous les risques de se retrouver derrière les barreaux, Hama Amadou a donné le gage qu’il est un homme de paix et de concorde nationale. Son arrivée, et son incarcération, sonnent le glas des perspectives sombres qui se dessinent à l’horizon d’un processus électoral que les Nigériens redoutent. Comme l’a dit un de ses militants, Il a sacrifié sa liberté, appelant même ses partisans, très nombreux dans le pays, à garder leur calme et leur sérénité face à cette épreuve qu’il traverse avec dignité, honneur et responsabilité.

Hama Amadou, plus que jamais au centre du dialogue

Hama Amadou est plus que jamais au centre du dialogue politique national. Le Président Issoufou le sait parfaitement. Il sait également que Hama influera considérablement l’évolution de ce dialogue politique qui ne saurait d’ailleurs se faire à l’exclusion du chef de file de l’opposition. Acteur politique dont le cas constitue la principale pomme de discorde entre le pouvoir et l’opposition, le président du Moden Fa Lumana Africa ne pourrait mieux choisir le moment de son retour au pays. Le décès de sa mère en début d’octobre 2019 a certes été un solide mobile. Mais le contexte de dialogue politique a fortement pesé dans l’affaire. Soumana Sanda, un de ses proches l’a dit juste au lendemain de son arrivée à Niamey. Hama Amadou, a-t-il dit, est revenu définitivement afin de participer pleinement à la vie politique de son pays. Quoi de plus clair pour comprendre que le choix du chef de file de l’opposition procède d’une volonté de ne pas rester en dehors des pourparlers politiques qui vont bientôt s’ouvrir.

Le dialogue politique fait rêver les Nigériens

Le samedi 16 novembre dernier, le passage de la première Dame Malika, à la résidence de Hama Amadou, a été l’occasion d’un échange téléphonique entre le Président Issoufou et le chef de file de l’opposition. Une perspective jusqu’ici inimaginable pour de nombreux observateurs. L’image et l’information distillées à travers les réseaux sociaux, montrant Hama Amadou au téléphone avec Issoufou Mahamadou, a mis du baume au cœur à de nombreux Nigériens à travers le pays. Vu dans la perspective du dialogue politique qui se prépare, ce coup de fil entre le président de la République et le chef de file de l’opposition a considérablement contribué davantage à pacifier les esprits. Depuis cet échange téléphonique, le dialogue politique fait rêver les Nigériens. Ceux qui en doutent ont commencé à y croire. La balle, dit-on est désormais dans le camp du Président Issoufou qui a déjà effectué un pas vers le dialogue politique en appelant Hama Amadou.

Le Président Issoufou, face à ses responsabilités

Tous les regards, au stade actuel des choses, sont tournés vers le président de la République, Issoufou Mahamadou. Il doit, dit-on, peser de son poids et de son pouvoir afin que le dialogue politique soit couronné de succès. Peut-il en être ainsi alors que le principal concerné est en prison ? Les observateurs avisés estiment que le Président Issoufou ayant donné la preuve du nouvel esprit à travers cet appel téléphonique, ne peut logiquement que continuer dans la même lancée en prononçant une amnistie du chef de file de l’opposition.

Si la perspective est incontestablement favorable à un dialogue politique riche et fructueux, il reste que des esprits malfaisants, sans doute au service de réfractaires au dialogue, ont entrepris de le saboter en publiant des choses contraires à l’appel du Premier ministre Brigi Rafini. Sur les réseaux sociaux notamment, des individus bien connus, conseillers au Cabinet du Premier ministre ou dans d’autres institutions de la République, ne font pas ombrage de leurs opinions. Des opinions qui ne favorisent pas l’instauration d’un climat de sérénité propice aux pourparlers. Et en attendant, les choses sont encore au point zéro, comme si les grenouillages ont commencé à faire leurs effets.

 27 novembre 2019 
Publié le 20 novembre 2019
Source : Le Monde d'Aujourd'hui 

Imprimer E-mail

Politique