Conférence de presse sur les préparatifs de la 5ème réunion des ministres de la Culture des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) au Niger : 51 ministres attendus à Niamey, annonce le ministre Assoumana Mallam Issa

Conférence de presse sur les préparatifs de la 5ème réunion des ministres de la Culture des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) au Niger : 51 ministres attendus à Niamey, annonce le ministre Assoumana Mallam IssaNiamey accueillera du 17 au 20 octobre prochain, la 5ème réunion des ministres de la Culture des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP). Cette organisation regroupe 16 pays des Caraïbes, 48 pays d’Afrique subsaharienne et 15 pays du Pacifique. La rencontre de Niamey est placée sous le thème « Renforcer et diversifier les partenariats pour les cultures ACP ». Cette réunion est une occasion pour discuter entre autres de la contribution de la culture dans le changement climatique et le financement de la culture. C’est dans cette optique que le ministre de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, M. Assoumana Mallam Issa a animé, hier matin à Niamey, un point de presse pour évoquer les enjeux qui entourent une telle rencontre pour les pays concernés. Aussi, 51 ministres ont annoncé leur participation à la rencontre de Niamey ; ce qui représente un record selon le ministre en charge de la Renaissance cultutrelle.

Lors de cette conférence de presse, le ministre en charge de la Culture a rappelé que la quatrième conférence s’est tenue à Bruxelles en novembre 2017, qui elle-même s’est tenue quinze ans après la troisième qui s’est ténue au Bénin. Lors de cette conférence, l’ensemble des ministres présents et les responsables du Secrétariat d’ACP «avaient jugé utile de mettre fin à cette léthargie en respectant la régularité, c'est-à-dire tenir une telle rencontre tous les deux ans dans l’espace ACP », a-t-il ajouté. Ayant participé à cette conférence, « la délégation nigérienne a émis l’idée d’organiser la prochaine conférence à Niamey. A cette époque, le Niger était résolument engagé dans l’organisation du Sommet de l’UA avec notamment la construction des infrastructures. Donc, une bonne opportunité pour accueillir la Conférence de l’Espace ACP», a expliqué le ministre en charge de la Culture. Mieux, a-t-il poursuivi, «cette idée a eu l’accord du Président de la République qui d’ailleurs bien avant le Sommet de l’UA n’a cessé d’encourager le développement d’une économie de conférences, un tourisme d’affaire dans notre pays car le Niger est en train de se doter d’infrastructures ».

Evoquant les thématiques développées lors de la dernière conférence, le ministre Assoumana Mallam Issa a cité entre autres, le financement de la culture, la prise en compte de ce volet dans la formulation des politiques publiques. L’espace ACP est un espace de la diversité culturelle dont la plupart des pays membres ont une origine africaine et ont d’ailleurs continué à perpétuer, la richesse culturelle africaine. «Notre pays a fait de la renaissance culturelle une priorité exprimée par la volonté et la vision du Président de la République. C’est le premier axe du Programme de Développement Economique et Social du Niger (PDES) », a déclaré M. Assoumana Mallam Issa, précisant que la renaissance culturelle vise un triple objectif à savoir la modernisation sociale, politique et économique.

Pour le ministre Assoumana Mallam Issa, la conférence de Niamey sera une occasion de renouer avec la régularité de cette instance des ACP. « Notre pays aura aussi des retombés en termes d’image et économique », a-t-il, avant de se réjouir du fait que le record de participation a été largement dépassé avec l’annonce de 51 ministres qui sont attendus à Niamey alors que l’objectif était de 40 ministres. « Cette conférence sera aussi l’occasion pour nos invités de découvrir nos espaces culturelles telles que la Tapoa, Kouré et Boubon», a ajouté le ministre de la Renaissance culturelle qui dit espérer que cette conférence va être un succès car les thématiques choisies sont pertinentes. Il a toutefois tenu à relever que la culture est très peu financée, une situation qui ne favorise pas la production. Le ministre Assoumana a relevé que lors d’une récente rencontre des ministres de la CEDEAO, le Niger avait proposé qu’à l’horizon 2025 que chacun des pays puissent consacrer 1% de son budget afin de favoriser le développement de l’industrie culturelle dans nos pays.

Retenons le groupe ACP est une organisation créée depuis plus de 40 ans qui a entre autres objectifs, de réduire et d’éradiquer la pauvreté, d’intégrer les pays ACP dans l’économie mondiale, de promouvoir et renforcer la solidarité entre ces Etats, de renforcer les relations économiques, commerciales et culturelles ainsi que de promouvoir la coopération régionale et interrégionales.

Mamane Abdoulaye

15 octobre 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique