Signature de Convention entre l’Etat du Niger et l’Agence Française de Développement : 32,8 milliards de F CFA pour le financement de la centrale hydroélectrique du barrage de Kandadji

eL’Etat du Niger et l’Agence française de développement (AFD) ont signé mardi 30 avril dernier une convention de prêt concessionnel d’un montant de 50 millions d’Euros soit 32,8 milliards de FCFA. Ce financement rentre dans le cadre du financement partiel du barrage de Kandadji, en particulier la construction de la centrale Hydroélectrique. C’est le ministre des Finances, M. Mamadou Diop et le Chargé d’Affaires de l’Ambassade de France M. Yves Manville qui ont procédé à la signature des documents de convention en présence du ministre délégué au budget, chargé du Budget; du Directeur général de l’Agence du Barrage de Kandadji et du Directeur général de l’AFD.

La signature de cette convention de prêt témoigne la détermination des autorités françaises d’accompagner le Niger dans son processus de développement économique et social et pour le programme Kandadji a révélé le ministre des Finances. M. Mamadou Diop a rappelé que la France a déjà accordé à l’Agence du Barrage de Kandadji à travers le Projet d’Appui au Développement Local du Programme Kandadji un appui de 14 millions d’euros sous forme de don. « Je saisis également cette occasion pour saluer l’accompagnement de la coopération financière française, notamment en ce qui concerne le secteur de l’énergie pour le financement de la Centrale Hybride d’Agadez et de celle de Gourou Banda » a-t-il ajouté.

La présente convention « que nous venons de signer vise la concrétisation du projet de construction de la centrale Hydroélectrique de Kandadji, à travers l’octroi d’un prêt concessionnel de 50 millions d’euros, soit 32,8 milliards de FCFA » a précisé le ministre des Finances. Ce financement, a-t-il poursuivi, vient concrétiser l’objectif de renforcement des infrastructures énergétiques qui sont au cœur du programme de Renaissance Acte 2 du Président de la République, Chef de l’Etat, son excellence Issoufou Mahamadou. « J’en appelle à toutes les structures impliquées dans la mise en œuvre de ces projets à ne ménager aucun effort pour la réussite de ces projets qui contribueront sans doute à l’amélioration du bien-être de nos populations » a exhorté le ministre des Finances M. Mamadou Dioup.

Intervenant à son tour, M. Yves Manville, Chargé d’Affaires de l’Ambassade de France a indiqué que la France est aux côtés du Niger pour la mise en œuvre du programme du barrage de Kandadji. « Le lancement des travaux du barrage par le chef de l’Etat Issoufou Mahamadou le 26 mars dernier a marqué le franchissement d’une étape importante de la mise en œuvre de ce programme phare pour le Niger qui aura un impact sur le quotidien de dix millions de Nigériens » a-t-il noté. M. Yves Manville a, en outre, soutenu que le barrage de Kandadji, véritable pôle de développement économique régional aura de forts impacts en termes d’irrigation, d’approvisionnement en eau et de production d’électricité. « Il augmentera la capacité de production nationale hydroélectrique de 130 mégawatts additionnels, ce qui améliora significativement le taux de couverture des besoins du pays en électricité et permettra de réduire sa dépendance énergétique » a-t-il dit.

Le Directeur général de l’AFD pour sa part, s’est félicité de l’aboutissement de cette convention. « Je suis ravi d’être dans ce moment de l’histoire importante du pays » a-t-il déclaré. La signature de cette convention qui intervient après des échanges techniques et juridiques, a finalement tout son sens a-t-il ajouté. Pour le Directeur général de l’AFD, ce prêt de l’AFD à l’Etat du Niger pour le financement de la centrale hydroélectrique du barrage, marque une nouvelle étape importante pour la réalisation et l’achèvement du programme de Kandadji à l’horizon 2021.

Issoufou Adamou Oumar

02 mai 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer