Conférence-débat sur le bilan de 8 années de mise en œuvre du Programme de la Renaissance : «Les 8 années du Programme de Renaissance ont véritablement posé les fondations de la poursuite de la construction accélérée du Niger», déclare le Premier ministre

Après les Organisations Socioprofessionnelles, lundi dernier, le Premier ministre, Chef du gouvernement SE. Brigi Rafini, a présenté, mardi 17 avril dernier, le bilan de 8 années de mise en œuvre du Programme de Renaissance du Président de la République, aux membres du Corps diplomatique et aux Représentants des Organisations internationales accrédités au Niger. C’était lors d’une conférence-débat, au cours de laquelle, chiffres, et images à l’appui, les participants ont suivi, secteur par secteur, le bilan de huit années d’actions réalisées par les autorités de la 7ème République ainsi que les perspectives d’avenir. A cette conférence, à laquelle ont pris part l’ensemble des membres du gouvernement, ceux du Cabinet de la Présidence de la République et de la Primature, plusieurs questions ont été posées par les participants, auxquelles le Premier ministre et les membres de gouvernement concernés ont répondues.

Dans son mot introductif, le Premier ministre a indiqué que le but de cette rencontre est de partager et d’échanger avec les membres du Corps diplomatique et Représentants des Organisations internationales sur le bilan dressé de 8 années de mise en œuvre du Programme de Renaissance, sous la conduite du Président de la République Issoufou Mahamadou. « Le Programme de Renaissance est la traduction des engagements renouvelés du Président de la République depuis qu’il a décidé de se présenter aux élections présidentielles et que le peuple nigérien lui a fait confiance par deux fois en 2011 et en 2016 », a rappelé SE Brigi Rafini, dans son introduction. « Les engagements sont résumés dans les 8 axes que tous les Nigériens connaissent suffisamment. Il s’agit de promouvoir la Renaissance culturelle ; de mettre en place et consolider les Institutions démocratiques, fortes et crédibles ; d’assurer la sécurité des personnes et des biens ; d’assurer l’accès à l’eau potable pour tous ; d’assurer la sécurité alimentaire grâce à l’initiative 3N ; de développer les infrastructures énergétiques et de communication ; de développer les secteurs sociaux à savoir l’éducation et la santé et de promouvoir l’emploi des jeunes », a-t-il précisé.

A travers une présentation sur la base d’une projection documentaire de 14 mn, le Coordonnateur de la Cellule d'Analyse des Politiques Publiques et d'Evaluation de l'Action Gouvernementale (CAPEG), M. Abdoulahi Garba, à exposé les différents indicateurs sur les résultats de la mise en œuvre du Programme de Renaissance. M. Garba a ainsi souligné que, de 2011 à 2018, sur tous les plans et dans tous les secteurs, les indicateurs ont connu une progression notable.

Des progrès notables enregistrés dans plusieurs domaines

Reprenant, par la suite la parole S.E Brigi Rafini a cité quelques-uns des domaines dont notamment, la gouvernance où ‘‘une quarantaine de textes de loi ont été élaborés et adoptés et qui ont permis de consolider les bases de l’Etat démocratique, de l’Etat de droit’’ a-t-il dit. «Toujours dans le souci d’une bonne gouvernance, on doit noter les efforts importants qui ont été déployés dans le domaine de la lutte contre le phénomène de la corruption. Ces efforts ont permis d’enregistrer des progrès importants notamment, dans le classement de l’indice de perception de la corruption où notre pays est passé de 123ème rang en 2010 au 114ème rang en 2018. Dans le secteur du développement social, le secteur de la santé par exemple a enregistré des progrès réels ; c’est le cas par exemple du taux de couverture sanitaire qui est passé de 45% à 50,6% en 2018 », a-t-il indiqué avant de souligner la baisse drastique du taux de mortalité infantile et maternelle.

« Si nous prenons le cas de l’accès à l’eau potable, là également des progrès notables ont été enregistrés. Quant au domaine de l’éducation, l’offre des services notamment les infrastructures, les recrutements du personnel a augmenté à tous les niveaux du primaire en passant par le secondaire, le supérieur ainsi que la formation professionnelle. Environ 1.100.000 emplois ont été créés au cours de la période, soit une moyenne annuelle de 137.000 emplois », a déclaré le Premier ministre. SE. Brigi Rafini a ensuite souligné que des progrès réels dans le domaine agricole. En effet, la production pluviale a enregistré une progression de plus 60% et les cultures irriguées ont augmenté de l’ordre de 300% ; de même en ce qui concerne le secteur de l’élevage, on note là également un accroissement des diverses productions animales.

Le Premier ministre a par ailleurs souligné que dans le domaine des infrastructures énergétiques par exemple, la puissance électrique installée est passée de 108 mégawatt en 2010 à 213 mégawatt en 2018 soit une progression de 93%. Dans le domaine du climat des affaires, des efforts ont été enregistrés et ils ont permis des améliorations sensibles qui ont vu le rang du Niger s’améliorer dans le classement Doing business qui passe de la 174ème place à la 143ème en 2018. « D’une manière générale, dans le domaine économique, la richesse créée a progressé en moyenne de 5,8%. Tous ces progrès ont permis de relever de grands défis, ils ont permis d’enregistrer des transformations importantes dans notre pays », a déclaré SE. Brigi Rafini. Il en est ainsi, selon lui, de la résilience des systèmes de production qui ont permis d’avoir un secteur agricole de plus en plus performant et qui grâce à la politique menée dans le cadre du programme 3N. « Nous sommes arrivés au résultat cher au Président de la République à savoir que la sécheresse ne rime plus avec la famine et l’on s’achemine de plus en plus vers l’objectif ‘’Faim zéro en 2021’’ » a estimé le Premier ministre.

Le Chef du gouvernement a ensuite souligné que le Niger est à présent un pays producteur du pétrole. « C’est une transformation importante dans la vie de notre pays » a-t-il estimé. Sur le plan diplomatique, l’image de notre pays a connu une grande amélioration à travers le leadership du Président de la République sur le plan international. « C’est ainsi que notre Président est plusieurs fois champion dans les diverses initiatives africaines que lui ont confiées ses pairs Présidents » a déclaré M. Brigi Rafini. Evoquant la question de la modernisation des grandes villes, le Chef du gouvernement a fait remarquer que les grands centres urbains se transforment, grâce au programme de modernisation des villes qui est actuellement en cours. « Un autre changement de taille, c’est que notre pays est en train d’être progressivement parmi les pays qui ont une expérience et dont l’expérience est tout à fait fructueuse dans le domaine de la décentralisation, des progrès nous ont conduit en effet à un processus désormais irréversible dans ce domaine » a précisé le Premier ministre estimant que les 8 ans du Programme de Renaissance ont véritablement posé les fondations de la poursuite de la construction accélérée du Niger, une construction encrée dans la triple modernisation sociale, politique et économique.

Les personnalités apportent leur soutien et font des propositions

Au terme de son exposé le Premier ministre a donné la parole aux participants pour recueillir leurs observations, leurs commentaires et leurs conseils. C’est ainsi que plusieurs diplomates et représentants des organisations internationales ont intervenu. Les uns félicitant et encourageant les Autorités de la 7ème République, pour les résultats obtenus, après 8 ans de gestion de pouvoir, les autres pour faire des propositions allant dans le sens de l’amélioration des relations diplomatiques, de l’ouverture des représentations diplomatiques dans les pays où le Niger n’est pas présent, ainsi que sur les efforts à faire pour renforcer la fréquentation scolaire par les jeunes filles. D’autres encore ont abordé dans le sens de l’amélioration de certains indicateurs comme ceux relatifs à l’accès à l’eau potable, à la protection de l’environnement.

Plusieurs membres du gouvernement ont ensuite intervenu, qui pour répondre aux questions posées, qui pour rappeler les efforts consentis dans leurs secteurs d’intervention ou encore pour décliner les perspectives dans plusieurs domaines. Tirant la conclusion de cette rencontre, S.E Brigi Rafini, a indiqué que de la présentation de ce bilan, trois enseignements sont à tirer : « Il s'agit de l'instauration d'une dynamique de bonne gouvernance au Niger ; le pays est de plus en plus à l'abri de l'insécurité alimentaire avec la mise en œuvre de l'initiative 3N et enfin une économie dynamique dont les perspectives promettent un bel avenir pour le Niger » a-t-il préciser ajoutant que sa conviction aujourd’hui, c’est que les engagements pris par le Président de la République ont dans leur ensemble été réalisés ou en cours de réalisation. « Le résultat que l’on peut raisonnablement constater c’est que dans cette période de 8 ans, des progrès notables ont été enregistrés et ont permis de relever de grands défis et de conduire à des transformations réelles dans notre pays », a conclu le Chef du gouvernement.

Mahamadou Diallo (ONEP)

18 avril 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique