Message du ministre de la Santé Publique à l’occasion de la journée Mondiale de Lutte contre la Tuberculose : Appel à des actions tous azimuts pour éradiquer la maladie

À l‘instar de la communauté internationale, le Niger a célébré hier dimanche 24 mars, la journée mondiale de lutte contre la tuberculose édition de 2019. Le thème retenu pour cette année est : «Il est temps de mettre fin à la Tuberculose». A la veille de cette journée, le ministre de la Santé publique, Dr. Idi Illiassou Mainassara, a livré un message dans lequel, il a appelé les acteurs pour que chacun contribue davantage et dans sa sphère de responsabilité afin d’éliminer la tuberculose dans le monde. Cela passe notamment par la prévention contre cette maladie. La population doit être beaucoup plus sensibilisée pour éviter la survenue de la tuberculose.

La tuberculose est une maladie infectieuse et contagieuse, qui aujourd’hui constitue une des causes les plus meurtrières au niveau mondial. Elle entraîne de profondes conséquences socio- économiques et la crise de santé publique liée à la tuberculose multi résistante se poursuit. Selon le ministre de la Santé Publique, cette journée est une occasion pour sensibiliser les populations sur le fardeau considérable que représente cette maladie. Elle permet également de souligner les efforts mondiaux fournis pour l’atteinte des objectifs de développement durable. « D’après les estimations de l’OMS, 10 millions de personnes sont tombées malades de la tuberculose en 2017, dont 90 % d’adultes, 65 % de personnes de sexe masculin, et 9 % de personnes vivant avec le VIH (dont 72 % d’Africains). Concernant la tuberculose multi résistante 558 000 cas étaient attendus dans le monde », a-t-il déclaré.

Au Niger en 2018, selon Dr. Idi Illiassou Mainassara, le Programme National de Lutte contre la Tuberculose a enregistré 10. 830 cas de tuberculose toutes formes confondues dont 8 679 ont accepté le dépistage du VIH parmi lesquels 338 tests sont positifs. Parmi ces cas, 316 ont été mis sous antirétroviraux pendant le traitement antituberculeux soit un taux de couverture de 93%. Il existe un lien fort entre la tuberculose et l’infection à VIH. Pour une meilleure gestion des cas co-infectés les deux programmes Tuberculose et VIH/SIDA sont en étroite collaboration avec un cadre formel de concertation.

En ce qui concerne les résultats du traitement a-t-il ajouté, on note une amélioration d’année en année, ainsi le taux de succès thérapeutique de la tuberculose sensible est passé de 76% en 2012 à 83% en 2017 pour un objectif de 85% fixé par le Programme National de Lutte contre la Tuberculose. Néanmoins selon le ministre de la Santé Publique, les malades perdus de vue représentent 8 %, ce qui rend difficile l’atteinte de l’objectif.

Le ministre Idi Illiassou Mainassara a aussi indiqué que pour la tuberculose multi résistante, le traitement a réellement débuté au Niger en 2008 avec l’appui de l’ONG Action Damien. A ce jour « un cumul de 2549 malades ont été testés par des méthodes de diagnostic appropriées dont 483 malades sont confirmés résistants parmi lesquels 424 ont été mis sous régime court de 9 à 12 mois. Le taux de guérison enregistré pour la cohorte de 2017 est de 85,5%. En 2018, le Niger a enregistré plus de 90% de taux de détection de la tuberculose multi résistante parmi les patients déjà traités pour la tuberculose», a-t-il affirmé.

Le ministre a rappelé que le Niger a souscrit à la stratégie de l’Organisation Mondiale de la Santé pour mettre fin à la tuberculose (THE END TB STRATEGY) dans sa Vision : ‹‹Un monde sans tuberculose›› c’est à dire Zéro décès et aucune maladie ni souffrance due à la tuberculose.

Pour le ministre de la Santé Publique, un accent particulier devrait aussi être mis sur la prévention, le dépistage et la prise en charge de la coïnfection tuberculose et VIH ainsi que la tuberculose multi résistante. Une action multisectorielle de haut niveau est nécessaire et la lutte contre la tuberculose peut servir de modèle pour la mise en œuvre du programme de développement durable. Au Niger, cette lutte a connu le soutien du gouvernement à travers le Plan de Développement Sanitaire 2017-2021 ; la gratuité des examens de dépistage pour tous cas présumés ; la gratuité du traitement des cas déclarés ; l’extension du dépistage des cas de Tuberculose Multi résistante dans toutes les régions ; l’ouverture en 2018 d’une autre unité de prise en charge de la Tuberculose Multi résistante à Zinder et le renforcement des capacités humaines et techniques du programme.

Pour renforcer la lutte contre la tuberculose au Niger, le Ministère de la Santé Publique a entamé une réforme du Programme National de Lutte contre la Tuberculose en le dotant d’un plan stratégique 2019-2021. Selon le ministre en charge de la santé, le défi à relever est la mobilisation de tous les partenaires et parties prenantes pour le financement et l’appui technique à la mise en œuvre de ce plan. Il a réaffirmé toute la volonté des autorités de la 7ème République à investir dans le développement humain et à soutenir toutes les initiatives de promotion de la santé en général et de la lutte contre la tuberculose en particulier.

Dr. Idi Illiassou Mainassara a enfin sollicité le soutien de tous et de toutes pour atteindre les objectifs que le Niger s’est fixés dans le cadre de la lutte contre la tuberculose avant de remercier tous les partenaires techniques et financiers qui accompagnent le Niger pour le contrôle de cette maladie.

Seini Seydou Zakaria(onep)

22 mars 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique