Orange Money 300%

Audiences du Président de la République à Palerme (Italie) : Le Chef de l’Etat reçoit le Conseiller Spécial du Maréchal Khalifa Haftar et l’Emissaire de l’ONU pour la Libye

En marge de la Conférence internationale sur la Libye qui s’est tenue le mardi 13 novembre 2018 à Palerme en Italie, le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, a accordé des audiences à deux hautes personnalités le même jour en fin d’après-midi à Palerme.

C’est ainsi qu’il s’est d’abord entretenu avec Dr. Agela, Conseiller Spécial du Maréchal Khalifa Haftar, Commandant de l’Armée Nationale Libyenne (ANL). Le Chef de l’Etat a ensuite reçu, toujours dans l’après-midi de ce mardi 13 novembre 2018, le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour la Libye, M. Ghassan Salamé. «Le Président de la République a, d’abord, à titre personnel, des avis et des conseils marqués du sceau de la sagesse qui peuvent me guider dans mon action », a confié M. Salamé à sa sortie d’audience. «J’ai également écouté le Président d’un pays voisin de la Libye qui est inquiet de l’état d’insécurité qui règne dans le sud de la Libye et à la frontière avec le Niger et qui a raison de s’inquiéter pour la sécurité nationale du Niger », a-t-il dit.

Le Chef de l’Etat nigérien a raison de s’inquiéter que ce conflit qui a commencé il y a quelques années en Libye « ne s’éternise et que ce pays ne devienne un pays où les trafiquants prennent place et où les terroristes peuvent trouver asile », a-t-il poursuivi. «J’ai écouté avec beaucoup d’attention ce que le Président de la République avait déjà dit lors de la séance plénière de ce matin et j’ai voulu me renseigner davantage sur certains points qu’il a bien voulu éclaircir pour moi », a affirmé l‘Emissaire de l’ONU en Libye. « J’appelle de mes vœux à ce que nos amis libyens entendent raison et acceptent de mettre fin à un conflit fratricide qui a déjà fait assez de victimes », a-t-il lancé. «C’est un pays riche, un pays qui ne manque pas de moyens humains, ni de moyens matériels mais où peut-être les ambitions personnelles l’emportent trop souvent sur une meilleure conscience de l’intérêt national », a estimé M. Ghassan Salamé.

Abdourahamane Alilou, AP/PRN

15 novembre 2018
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique