Sanef 2018

Lancement de la campagne gratuite de chirurgie de la cataracte : 800 patients bénéficieront de l’opération

L’hôpital National de Lamordé (HNL) de Niamey, a servi de cadre, le 3 septembre 2018, pour le lancement de la campagne gratuite de chirurgie de la cataracte, qui entre dans le cadre des activités de l’Alliance de lutte contre la cécité deuxième génération. Cette activité lancée par le ministre de la Santé publique Dr Idi Illiassou Maïnassara a enregistré la présence des représentants des Ministères en charge du Plan ; de l’Enseignement Primaire ainsi que des cadres du Ministère de la Santé publique, des représentants de la Faculté des sciences de la Santé, ceux de l’HNL et de plusieurs autres invités. Financée par la Banque Islamique de Développement (BID), cette campagne couvrira la période allant du 3 au 15 septembre 2018 et permettra d’opérer 800 patients, en provenance de toutes les localités, sur les 1.200 personnes enregistrées par le service d’ophtalmologie de l’HNL.

Ainsi, pendant deux semaines, la chirurgie de la cataracte sera gratuitement offerte par dix chirurgiens nigériens appuyés par dix techniciens supérieurs en ophtalmologie, dix infirmiers et 5 manœuvres. Cette campagne permettra d’atteindre les objectifs suivants : l’opération de 100.000 cataractes ; le dépistage de défauts de réfraction chez 1.000.000 d’écoliers ; la mise en place 6 centres de traitements du glaucome ; le renforcement de capacités de 90 professionnels de l’Ophtalmologie ; l’attribution de 20 bourses de formation en DES d’ophtalmologie ; ainsi que de 20 bourses de formation aux TSO ; le renforcement de capacités d’au moins 3 centres régionaux pour la formation des Enseignants et l’octroi d’équipements ophtalmologiques complémentaires.

Dans son mot introductif, le ministre Maïnassara a indiqué que la lutte contre la cécité contribue de façon significative à atteindre les Objectifs du Développement Durable (ODD). ‘‘En effet, la cécité et les baisses de vision sont une cause de baisse de la production et de la productivité dans les communautés fortement touchées par ces fléaux. Elles sont une cause et une conséquence de la pauvreté. Lutter contre la cécité c’est lutter contre l’extrême pauvreté et la faim. La cécité reste un obstacle important au développement. L'élimination de la cécité évitable chez les plus démunis est un impératif moral’’, a-t-il déclaré.

La cécité n’épargne pas aussi les scolaires. C’est pour cela, annonce le ministre de la Santé publique, près de 500.000 élèves seront consultés par les agents dans les 8 régions pour dépister les vices de réfractions causes de mauvaise vision avec comme conséquence un mauvais rendement scolaire. Dr Idi Illiassou Mainassara a invité son homologue en charge de l’Education nationale, d’instruire le Bureau santé scolaire de son département ministériel, avec lequel le Ministère de la Santé Publique travaille pour une meilleure implication de tous les acteurs concernés par cette question. Le ministre de la Santé publique a, par ailleurs, salué les actions que fait la BID au Niger depuis plusieurs années. D’après le ministre de la Santé publique, l’Alliance pour lutter contre la cécité évitable est un programme de Partenariat lancé par la BID à Niamey en 2008 dans le but de tirer parti de la coopération sud-sud en vue de prévenir et traiter les problèmes de vision, de redonner la vue aux gens et leur permettre de sortir de la pauvreté.

Aussi souligne le ministre de la Santé publique, ‘’vivre sans vue signifie vivre sans éducation, travail et autonomie dans plusieurs de nos pays. En conséquence, des millions de personnes sont aux prises avec la pauvreté. Au niveau national, cette situation exerce une forte pression sur l’économie et constitue un obstacle majeur au développement du pays’’, a-t-il souligné. Donnant un aperçu sur les chiffres de la cécité dans le monde, Dr Idi Illiassou Maïnassara a fait ressortir la situation suivante : 253 millions de personnes malvoyantes dans le monde ; 36 millions d’aveugles ; 217 millions de personnes à faible vision ; 89% des malvoyants vivent dans les pays à faible revenu et 80% des cas peuvent être évités ou guéris. Le ministre a ensuite cité les réalisations de la première génération de l’Alliance 2008-2015.

Ainsi, dans les 8 pays membres (Benin, Burkina Faso, Cameroun, Djibouti, Guinée, Mali, Niger et Tchad), les résultats suivants ont été obtenus : 244.197 patients examinés gratuitement ; 49.486 personnes opérées gratuitement de cataracte ; 177 professionnels en ophtalmologie formés ; 6 millions de dollars mobilisés auprès des partenaires. Ces résultats sont certes bons mais pas suffisants. « C’est pour cela que l’Alliance deuxième génération est mise en place avec l’extension à 12 pays à savoir : Benin, Burkina Faso, Comores, Cote d’Ivoire, Djibouti, Guinée Bissau, Guinée, Mauritanie, Mali, Mozambique, Niger Tchad et Togo » a dit le ministre estimant que l’Alliance deuxième génération de la BID et de ses partenaires est une réelle opportunité pour nos 12 pays. Le ministre Idi Illiassou Maïnassara a, au nom du Gouvernement, remercié tous les Partenaires qui financent ce programme.

Mahamadou Diallo

05 septembre 2018
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique