Table ronde sur la lutte contre la drépanocytose au Niger : Levée de fonds pour améliorer la capacité de prise en charge des malades

Une table ronde sur la lutte contre la drépanocytose au Niger a été organisée hier matin au Palais des Congrès de Niamey. Une rencontre de plaidoyer qui vise à lever des fonds en faveur de la prise en charge des personnes drépanocytaires et à renforcer les engagements du secteur privé pour la prise en compte du financement des actions de santé dans leur prévision pour le volet social. Des exposés sur la maladie, les témoignages des enfants drépanocytaires, des mamans des malades et des annonces de contributions par des Entreprises privées ont été les moments forts de cette cérémonie. C’est le Ministre de la Santé Publique, Dr Idi Illiassou Mainassara qui a présidé la cérémonie en présence des responsables du Centre National de Reference de la Drépanocytose et ceux de plusieurs sociétés privées de la place.

D’ores et déjà des annonces importantes ont été faites par le Groupe Babati, Sonihy Gaz, Niger Airlines, etc., pour améliorer la capacité de prise en charge des malades drépanocytaires. Ces fonds appuieront la réhabilitation du nouveau site du Centre National de Reference de la drépanocytose (CNRD), l’extension du site et la disponibilité des médicaments et réactifs indispensables à la prise en charge optimale. Ce plaidoyer a été soutenu par Health Policy+ à travers l’USAID.

Dans son intervention, le ministre de Santé Publique, Dr Idi Illiassou Mainassara a expliqué que la drépanocytose est actuellement la première maladie génétique de par le nombre de personnes atteintes avec une prévalence de 13% pour le continent africain. Le Niger a eu une prévalence de 23,2% c’est à dire sur 4 à 5 personnes une est atteinte de la drépanocytose. Cette malade, a dit le ministre, se caractérise sur le plan personnel par des épisodes de douleurs atroces, ponctués de complications parfois invalidantes, de retard ou d’abandon scolaire pour les enfants et d’absentéisme au travail pour les adultes. Il s’agit d’un combat quotidien pour une qualité de vie supportable, d’un combat quotidien pour la vie tout simplement.

Ce plaidoyer va dans la droite ligne de l’appel lancé le 19 Juin lors de la journée internationale de lutte contre cette maladie par la Première Dame Dr Lalla Malika Issoufou, marraine de la lutte contre la drépanocytose. «Vos engagements peuvent être objectifs par le remplissage et la signature de la fiche d’engagement contenu dans les portes documents qui vous sont remis», a dit le Ministre à l’adresse des représentants du secteur privé. Dr Idi Illiassou Mainassara s’est dit convaincu que l’engagement des partenaires et leurs actions prochaines marqueront un pas décisif pour la lutte contre cette maladie. Il a réitéré ses remerciements et sa profonde gratitude aux partenaires qui accompagnent le Ministère de la Santé Publique dans sa noble mission d’amélioration des conditions de vie des populations nigériennes. Il s’agit de la fondation Tatalin Iyali, de la Principauté de Monaco et bien d’autres encore.

Il est important de rappeler que le CNRD est un centre à vocation internationale puisque pouvant accueillir des drépanocytaires d’autres pays de la sous-région voire au-delà. Il a pour vocation la prise en charge médicale et psychosociale des maladies drépanocytaires en faisant intervenir plusieurs disciplines et de manière intégrée ; la formation et le recyclage des professionnels de la santé sur les questions de la prise en charge ; la prévention par l’information ; la sensibilisation ; le conseil génétique et le dépistage néonatal du trait drépanocytaire. De sa création à ce jour, le centre a accueilli et suivi 6.242 patients et réalisé rien qu’en 2017, 2.972 électrophorèses dont 1002 cas de force majeure soit 33% pour 13.701 admissions dont 42% sont des enfants de 0 à 5ans.

Aïssa Abdoulaye Alfary(onep)

08 août 2018
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique