Oulemas - NigerLe Premier ministre, Chef du gouvernement, SE Brigi Rafini a présidé hier après-midi, à son cabinet, une rencontre qui a regroupée les membres du gouvernement et les Oulémas pour discuter sur le Projet de loi relatif à l’Exercice du Culte en République du Niger. Au cours de cette réunion un large consensus a été trouvé sur les questions contenues dans ce Projet de loi.

A l’issue de cette rencontre, le ministre de l’Enseignement Supérieur, M. Yahouza Sadissou, également représentant du gouvernement, a expliqué que cette réunion a consisté à partager entres les participants un certain nombre d’informations au sujet du Projet de loi relatif à l’Exercice du Culte en République du Niger. Il a rappelé que le Gouvernement avait adopté ce Projet de loi et l’a transmis à l’Assemblée nationale qui le discutera probablement ce lundi. Il a relevé qu’il y a une certaine incompréhension au sujet dudit Projet de loi qui a fait en sorte que certaines associations islamiques ont sorti une déclaration. M. Yahouza Sadissou a indiqué qu’il est clairement ressorti à l’issue de cette réunion que ce Projet de loi initié par le Ministère en charge de l’Intérieur a été participatif car il est discuté à la suite de plusieurs réunions, ateliers entre les associations islamiques du Niger et les experts des pays voisins notamment le Mali, le Tchad, le Burkina Faso et les pays arabes comme la Mauritanie et la Tunisie pour des échanges d’expérience avec ces Etats.

C’est ainsi que le ministère en charge des Affaires religieuses a initié ce projet avec la collaboration des associations islamiques qui ont formulé d’ailleurs des amendements qui y ont été intégrés. Le ministre Yahouza Sadissou s’est réjoui que les représentants des différentes associations islamiques présents aient confirmé et certifié que le texte a été élaboré de manière consensuelle. « Nous sommes dans un pays à 99% musulman ; il est hors de question que le Président de la République ou le Gouvernement prenne un acte ou une décision qui va à l’encontre de notre religion », a-t-il déclaré, tout en soulignant que ce texte a été pris dans l’objectif d’encadrer la pratique du culte dans le pays. « Il n’est pas de l’intention du gouvernement d’introduire quoi que ça soit de nouveau dans les règles Sacro Saintes de l’Islam ; mais il est important d’encadrer nos pratiques religieuses à travers un cadre législatif que le gouvernement a proposé», a-t-il relevé.

Imprimer E-mail

Politique