jeudi, 11 février 2016 09:14

Niamey/Atelier de renforcement de capacités des organisations des jeunes : Appuyer un processus électoral à base élargie et inclusif au Niger

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le projet ‘’Femme Action et Développement’’ (FAD) organise, depuis hier au Palais du 29 juillet de Niamey, un atelier de renforcement des capacités des organisations des jeunes sur le thème «Renforcement du rôle et de la participation des jeunes femmes au processus électorale de 2016». C’est le directeur régional de la jeunesse, M. Yacoubou Abdou, qui a présidé la cérémonie d’ouverture de cette rencontre en présence de la coordinatrice du projet (FAD) et des participantes issues de toutes les organisations socioprofessionnelles.

Les participants seront amenés, au cours de cette formation qui durera trois (3) jours, à échanger sur des thématiques pertinentes à savoir les techniques de communication, (comment animer une réunion, comment prendre la parole en public), mais également sur l’éducation civique électorale, droit et devoir du citoyen en matière électorale, les techniques et procédures de vote, les rôles et responsabilités des acteurs ; les comportements du citoyens pendant la campagne électorale, le retrait des cartes d’électeurs, l’équité du genre et l’importance de la participation des femmes à tous les niveaux du processus, l’acceptation des résultats etc.

Dans son intervention le directeur régional de la jeunesse a salué, à juste titre, cet atelier qui est d’une importance capitale pour la région de Niamey en particulier et notre pays en général. La faible participation des femmes et des jeunes filles dans le processus électoral au Niger peut, selon M. Yacoubou Abdou, s’explique par le manque d’intérêt que celles-ci lui accorde et surtout l’absence d’une sensibilisation claire, adéquate et opportune permettant à cette couche de prendre conscience de l’importance de son implication et du poids qu’elle peut apporter pour une participation massive de la population au processus électoral. Représentant plus de 50% de la population un quota de 25% lui a été accordé en 2014 dans l’objectif de les impliquer dans tous les processus de prise de décision.

 

Ce taux doit être revu à la hausse et les femmes doivent s’y mettre pour être à la hauteur ou même dépasser ce cap et aller à la parité comme dans d’autres pays africains. Le directeur régional de la jeunesse a, en effet, émis le vœu de voir les femmes contribuer volontairement à la tenue d’élections libres, transparentes, inclusives dont les     résultats seront acceptés de tous. Pour sa part, la coordinatrice du projet FAD a d’abord souligné l’importance de cette formation qui rentre dans le cadre de la mise en œuvre du projet financé par le Programme d’appui au cycle électoral PACEN, intitulé ‘’Renforcement des capacités des organisations des jeunes’. Ce projet vise à promouvoir la participation politique des femmes et jeunes à travers la sensibilisation, à améliorer la participation citoyenne quantitative et qualitative des femmes par la formation des animatrices et à améliorer l’inclusion des jeunes filles et garçons dans les activités électorales de 2016.

Cette formation cible soixante jeunes femmes de 18 à 35 ans identifiées dans les cinq (5) arrondissements communaux de Niamey notamment dans les établissements scolaires, l’Université, les comités de jeunes filles leaders, les organisations des jeunes, les journalistes, les associations des personnes handicapées et les jeunes femmes des Forces de Défenses et de Sécurité. Elle permettra, selon Mlle Nafissatou Idé Sadou, aux jeunes filles et femmes d’augmenter dans la mesure du possible leur participation politique en cette période électorale. L’émancipation politique des femmes poursuit- elle prend de nos jours une allure révolutionnaire dans le monde car les femmes prennent de plus en plus conscience de leurs rôles et responsabilités. «Les compétitions électorales du 21 février prochain annoncées inclusives qui feront participer tous les fils et filles du pays sans considération de sexe, d’ethnie ou de religion doivent être une réalité» a-t-elle affirmé. La coordonnatrice du projet ‘’Femme Actions et Développement’’ a enfin réitéré ses remerciements au gouverneur de la région de Niamey pour sa disponibilité constante et au PACEN qui a financé ce projet

Aïchatou Hamma Wakasso(onep)

11 février 2016

Source : http://lesahel.org/

Groupe Hiza 01