Le Président Issoufou en colère contre " ses " Maires : À qui la faute ?

Le Président Issoufou en colère contre " ses " Maires  : À qui la faute ? Jeudi passé lors d'une visite de terrain, le président de la République a laissé transparaitre une grande colère contre les responsables des municipalités de Niamey. Normal, quand le premier des Nigériens voit les conditions insalubres dans lesquelles vivent ses concitoyens, sa réaction ne peut être que coléreuse.
" J'ai l'impression qu'il y'a une insouciance, une indifférence des responsables locaux. Une indifférence et une insouciance qui sont incompréhensibles et j'ai appris qu'hier, nuitamment, des travaux de nettoyage ont été faits, parce que les autorités locales ont été informées de la présente visite. Je dois leur dire : que ce n'est pas moi qu'il faut servir, ce n'est pas le président de la République qu'il faut servir, ce sont les populations de Niamey qu'il faut servir. C'est pour cela qu'il faut nettoyer la ville de manière quotidienne, de manière permanente. Les autorités locales ne sont pas au service du président de la république, elles sont aux services des citoyens de Niamey. Au regard de la situation, je demande au ministre de l'Intérieur et à toutes les autorités concernés de me faire
des propositions énergiques pour améliorer la situation au niveau de la ville de Niamey " menace le chef de l'État Issoufou Mahamadou devant les caméras
Pourtant, dans cette insalubrité criarde de la capitale Nigérienne, les responsabilités sont à plusieurs niveaux. D'abord, cette saleté - pour utiliser l'expression adéquate - ne date pas de ce mois de juillet. Elle a traversé le premier mandat du Président Issoufou et s'accentue au cours du second mandat. Alors, le président de la République ne savait-il pas que sa capitale est gravement insalubre ? Venait-il d'en faire la désagréable découverte ? Si c'est le cas, le chef de l'État ne devrait pas se plaindre de quelqu'un, en tant que premier responsable du pays, il devait savoir ce qui se passe, au pire des cas dans la capitale, sinon dans tout le pays et à tout moment. Des présidents comme Seyni Kountché ou Ibrahim Baré Maïnassara quittaient " nuitamment " leur palais dans la plus grande discrétion - sans cortège - souvent au volant d'une voiture pour circuler et voir de leurs propres yeux dans quel état est la


ville dans laquelle ils vivent. C'est vrai, le Président Issoufou n'est pas comparable à ces prédécesseurs tant l'actuel chef de l'État, sur le plan sécuritaire, a comme une phobie. Le dispositif de guerre déployé lors de ses sorties en est la preuve éloquente. Par ailleurs, on se rappelle que suite à un reportage diffusé par sur une télévision privée montrant un manque d'eau à la Mairie centrale de Niamey, le Président Tandja Mamadou avait aussitôt limogé le préfet président de la Communauté urbaine de Niamey à l'époque. Cela fait près de 7 ans que les médias font des reportages sur l'insalubrité de Niamey. Rien n'y fit. Le Président Issoufou ne regarde-t-il pas les médias Nigériens, surtout privés ? Quoi qu'il en soit il est forcément au courant et c'est sans doute pourquoi il a créé dans son gouvernement un ministère de la Ville et de la Salubrité urbaine. Que fait ce ministère pour rendre salubre la capitale ? Rien. Aussi, c'est le Président Issoufou qui a créé un Programme dit Niamey Gnala qui n'est rien d'autre qu'un rival du Conseil de Ville de Niamey. Le
Trésor public refuse de débloquer les fonds de la Ville qui se retrouve dans l'incapacité de payer les salaires de ses agents et le gouvernement met un budget à la disposition du Programme Niamey Gnaala. Un programme qui se rabat sur les moyens de la Ville chaque fois qu'il veut faire un coup d'éclat comme par exemple lorsqu'il décide de s'attaquer à un tas d'immondice. Les rôles sont si entremêlés qu'il arrive que lorsque les populations d'un quartier partent se plaindre au niveau de la Mairie pour un problème d'assainissement, celle-ci leur rétorque que c'est Niamey Gnaala qui s'en occupe. A quoi servent les municipalités de la capitale alors ?
Aussi, comme l'ont relevé beaucoup de compatriote, le chef de l'État ne devait pas dire que les maires " ne travaillent pas pour le président de la République " car les Maires actuels ne sont pas l'émanation des électeurs. Leur mandat est expiré depuis belles lurettes et ils ne trônent dans les Mairies que par le bon vouloir du régime de la Renaissance. Comment peuvent-ils se sentir redevables aux populations ?

21 juillet 2017
Source : L'Eclosion

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...