Réalisation dans le cadre du programme de renaissance à Agadez : Interview du Gouverneur d’Agadez, Sadou Saloké

Réalisation dans le cadre du programme de renaissance à Agadez : Interview du Gouverneur d’Agadez, Sadou SalokéLa Région d’Agadez couvre 52% de la superficie du territoire national et sa population est estimée à 536.256 habitants en 2012 selon des projections de l’Institut National des Statistiques. Très connue pour la richesse de ses sites touristiques, ses monuments historiques, sa diversité culturelle et son artisanat, Agadez est aussi riche de son sous-sol. Elle représente pour le Niger des atouts d’ordres stratégiques et économiques considérables. Aujourd’hui, l’Etat à travers le Programme de la renaissance II s’est résolument engagé dans une logique de développement durable et mène d’importantes actions qui s’inscrivent dans la durée. Des efforts considérables sont faits pour répondre aux attentes des populations, en matière de développement. Les partenaires techniques et financiers sont mobilisés pour apporter leur pierre à l’édifice, déclare dans cette interview le Gouverneur de la région d’Agadez, M. Sadou Saloké.

Monsieur le gouverneur, dans le cadre du programme de la renaissance Acte II initié par le Président de la république et conformément à la Déclaration de Politique Générale du Gouvernement, plusieurs actions ont été menées au profit des populations. Pouvez-vous nous donner un aperçu de ce qui a été fait ?

Arrivé au pouvoir à la suite d’élections crédibles, libres et transparentes, le Président de la République, Chef de l’Etat, son Excellence Issoufou Mahamadou, s’est attelé dès sa prestation de serment le 7 avril 2011 à mettre en œuvre son programme de campagne dénommé « Programme de Renaissance du Niger ».

La mise en œuvre de ce programme au cours du premier mandat et du 2ème mandat en cours a produit dans la région d’Agadez d’importants résultats entrant dans le cadre du bien être socioéconomique et de la sécurité des personnes et de leurs biens. Ainsi, on retiendra, au plan du Développement Social et de la Transition Démographique, que dans le domaine de l’Hydraulique, les besoins en eau potable de la population de la région d’Agadez sont couverts à hauteur de 100% en milieu urbain et à 53,7% en milieu rural. Avec la mise en œuvre de la stratégie

«Assainissement Total Piloté par la Communauté », la population de la région d’Agadez est résolument engagée à mettre en place un mécanisme durable d’instauration et du maintien d’un environnement sain.

Dans le domaine de la santé, on retiendra les principaux progrès suivants : le comportement de plus en plus favorable à l’utilisation des services de santé en général et des services de santé de la reproduction en particulier ; le développement de certaines initiatives portant sur le management, notamment le redéploiement du personnel, le recours aux compétences disponibles et les ajustements constants des chronogrammes d’activités ; la disponibilité en molécules essentiels dans les CSI et CS et la régularité des supervisions.

Ces trois (3) situations ont permis à la région de maintenir les performances des structures de santé en matière de Santé de la Reproduction notamment avec des taux d’utilisation contraceptive de 34%, d’accouchements assistés de 80%, d’utilisation au curatif de 62% et de la couverture en Penta 3 de 115%.

Dans le domine de l’Education, il est important de noter l’amélioration des conditions d’enseignement à travers la construction d’infrastructures, la dotation conséquente des établissements scolaires en divers équipements et en matériel didactique ; ce qui a permis au secteur de l’éducation d’enregistrer des progrès notoires classant la région d’Agadez au dessus de la moyenne nationale dans l’atteinte de plusieurs indicateurs : l’espérance de vie scolaire 6, 21 ans contre une moyenne nationale de 5,68 ans ; la durée moyenne de scolarisation 4,5 ans contre une moyenne nationale de 1,5 ans ; le taux d’alphabétisation des adultes âgés de 15 ans et plus 34% contre une moyenne nationale de 28,4% ; le taux d’achèvement au primaire 93,3% pour une moyenne nationale de 78,4% ; le Taux d’achèvement au secondaire 20,31% contre une moyenne nationale de 20,21% ; la proportion des élèves dans les enseignements professionnels et techniques 9,58% contre une moyenne nationale de 6,21%.

Concernant l’Université, l’institution comptait à sa création 148 étudiants. Aujourd’hui, son effectif est de 619 étudiants, soit une augmentation de 471 étudiants. L’indicateur de proportion d’étudiants pour 100 000 habitants a passé de 5,6 en 2016, date de la création de l’Université à 23,42 en 2018. Aussi, pour l’année 2018, six (6) salles de cours, 6 laboratoires, 14 bureaux et un amphithéâtre de 500 places ont été construits.

Monsieur le gouverneur, qu’en est-il de la question de l’Agriculture et de l’Elevage ?

S’agissant de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, les investissements réalisés ont sérieusement contribué avec satisfaction au retour à la terre des bras valides grâce à la pratique de l’agriculture irriguée par la disponibilité et l’accessibilité des intrants. La production ne fait qu’augmenter d’année en année.

Aussi, les appuis en aliments pour bétail et la distribution des kits de la production de la luzerne ont permis de soutenir l’ensemble du cheptel de la région qui jadis était en constante insécurité alimentaire. Mais également les appuis en kits animaux aux ménages vulnérables ont permis l’accroissement des effectifs et l’amélioration de la situation alimentaire et nutritionnelle des ménages pastoraux.

Quelles sont les actions réalisées au plan de la renaissance culturelle et de l’accélération de la Croissance Economique ?

Les effets essentiels produits par les actions réalisées dans ce domaine se constatent à travers la participation responsable des jeunes et des femmes dans la prévention et la gestion non violente des conflits. Ils collaborent avec les autorités administratives et coutumières dans le cadre de la consolidation de la Paix et de la cohésion sociale. Les conditions de brassage entre les communautés sont créées. L’implication des femmes et des jeunes dans les instances de prise des décisions est devenue une réalité et la citoyenneté bien développée chez les jeunes et les femmes. Au plan de l’accélération de la croissance économique, malgré l’insécurité résiduelle qui sévit dans la région, on note une nette amélioration du nombre d’emplois créés dans les hôtels et un bon niveau de renforcement des capacités des artisans. Aussi, les activités économiques se sont accrues dans la région du fait de l’amélioration du climat des affaires et plusieurs entreprises évoluant dans l’informel sont de nos jours formalisées.

Qu’en est –il des résultats en ce qui concerne l’Environnement dans la région ?

Au plan de la Gestion Durable de l’Environnement, on note deux (2) résultats essentiels : la reconstitution du couvert végétal et l’amélioration des revenus des couches vulnérables avec un fort taux de création d’emplois temporaires à travers les travaux à Haute Intensité de Main d’œuvre (HIMO).

Que peut-on dire sur le plan sécuritaire ?

Grâce aux importants investissements réalisés, à la détermination des responsables des Forces de Défense et de Sécurité et à la vigilance des populations, le dispositif de sécurité mis en place a permis de déjouer et de mettre hors d’état de nuire des groupes de bandits armés et des trafiquants de tout genre qui sévissent à l’intérieur du territoire régional et dans les pays avec lesquels la région partage de longues frontières. Les menaces sont toujours contenues et maitrisées localement, d’où l’instauration de la quiétude sociale dans les rangs des paisibles et laborieuses populations de la région. Aussi, la mise en œuvre d’un plan de reconversion à l’intention des acteurs de l’économie migratoire a suscité la confiance entre l’armée, la population et la jeunesse de la région qui, dans un proche passé, étaient en conflit avec la loi N°2015-36 du 26 Mai 2015 réprimant les trafics illicites.

Réalisé par Abdoulaye Harouna

12 avril 2019
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Interview