Interview

	Ali Seybou, Maire de la Commune Rurale de Karma (Tillabéri) : «Nous comptons sur la solidarité nationale et internationale pour venir en aide aux personnes sinistrées face à cette épreuve difficile»Monsieur le Maire, il a été enregistré, il y a quelques jours, au niveau de la commune de Karma, une montée exceptionnelle des eaux menaçant ainsi d’inonder tous les villages et les aménagements hydro-agricoles. Comment avez vous géré cette situation qui a pris à un moment des allures d’une urgence humanitaire ?

Effectivement, au début de la première semaine du mois de septembre, nous étions réellement sur le qui-vive. En effet, presque tous les villages situés au bord du fleuve ainsi que dans les iles étaient sous la menace d’inondation du fait de la montée exceptionnelle des eaux du fleuve Niger. Informé de cette situation, j’ai personnellement effectué des visites dans les localités concernées, et j’ai pu constater que la menace était réelle notamment à Kondi Tondi, Koutoukalé, Kourté, et dans les villages insulaires où l’eau a déjà débordé de tous les côtés.

Ayant compris la portée de la menace d’inondation, nous avons demandé aux populations de quitter ces localités en leur indiquant des lieux d’accueil, notamment dans les écoles. C’est ainsi que, après quelques moments d’hésitation, les habitants des îles et des villages inondés ont accepté de quitter leurs habitations et ils ont été relogés dans les établissements scolaires de la commune de Karma.

D’autre part, les eaux menaçaient dangereusement les rizières au niveau des deux aménagements hydro-agricoles, à savoir ceux de Koutoukalé et de Karma, qui constituent le plus grand espoir pour les habitants de la commune de Karma, étant entendu que la culture du riz est leur principale source de revenu.

Imprimer E-mail

Interview