Interview

Interview : M. Alkassoum Issoufou, directeur des alternatives à l’incarcération et de la réinsertion au Ministère de la JusticeLe 18 octobre 2019, le conseil des Ministres a adopté le décret d’application de la loi N°2017-05 du 31 Mars 2017 portant institution du Travail d’Intérêt Général (TIG) qui est une des réformes phares du ministère de la Justice. Qu’est-ce qu’un TIG et quelles sont les raisons qui sous-tendent ou justifient cette initiative ?

Je vous remercie pour cette occasion que vous venez de m’offrir pour parler de cette nouvelle peine alternative à l’emprisonnement instituée par la loi N°2017-005 du 31 mars 2017, qu’est le Travail d’Intérêt Général (TIG). Le TIG est une peine prononcée par une juridiction de droit commun statuant en matière correctionnelle qui permet à un délinquant de réparer le préjudice qu’il a causé à la société, en effectuant gratuitement un travail au profit de la communauté, au lieu d’aller en prison.Il s’agit d’une nouvelle mesure de traitement de la délinquance se résumant à une peine de substitution à l’emprisonnement prononcée sous certaines conditions.

Les raisons de l’introduction de cette peine dans notre ordonnancement juridique sont celles consistant à répondre aux principaux maux de surpopulation carcérale et de récidive qui assaillent nos établissements pénitentiaires (prisons). Ces maux ont pour conséquences les violations de certains principes cardinaux régissant la détention, la promiscuité avec ses corolaires de violences, de maladies, d’effet d’entrainement (récidive, radicalisation…) et de l’augmentation des charges d’entretien. Aussi, les peines privatives de liberté ont, elles, montré leur limite dans le traitement de la délinquance et la réinsertion des délinquants. En effet, elles sont généralement nocives et n’évitent pas toujours la récidive. Il a ainsi, paru nécessaire de créer de nouvelles peines qui puissent dans certains cas se substituer à l’emprisonnement et favoriser l’insertion sociale des condamnés. C’est ce que vise le travail d’intérêt général.

Le TIG a fait ses preuves dans d’autres pays d’Afrique et d’ailleurs comme remède à la récidive et la surpopulation carcérale. C’est pourquoi dans le cadre de la profonde réforme du système pénal et pénitentiaire, entreprise par le Ministère de la Justice, le parlement a adopté cette loi sur le TIG au Niger.Les objectifs visés à travers cette nouvelle peine sont principalement la réduction du nombre élevé de la population carcérale, la réduction de la récidive,le respect des contraintes budgétaires, la contribution à la réinsertion des délinquants.

Imprimer E-mail

Interview