Interview

La ville de Malbaza (Région de Tahoua) est connue au Niger et ailleurs grâce à sa cimenterie. Depuis, 2011, dans le cadre de la reforme territoriale et administrative, ce poste administratif est devenu un département. Comme les autres jeunes départements, celui de Malbaza fait face à plusieurs défis que les autorités préfectorales tentent de relever. Au cours de cet entretien, le Préfet de Malbaza M. Marafa Tankari présente la situation de son entité administrative dans divers secteurs comme la sécurité des personnes et des biens, la campagne agricole et les impacts de la fermeture de la frontière nigériane.

Monsieur le Préfet, Malbaza fait partie des départements récemment créés. Parler nous de l’installation de l’administration préfectorale et des défis auxquels vous êtes confrontés ?

Je vous remercie de m’avoir donné l’occasion de parler de notre jeune département, qui comme les autres, est créé par la loi 2011-22 du 8 Août 2011 qui a érigé tous les anciens postes administratifs en départements. Vous savez, certains de ces jeunes départements, ont hérité de quelques choses, notamment les infrastructures. Malbaza fait malheureusement partie de ceux qui n’ont pas hérité de grand-chose. Les locaux que nous occupons aujourd’hui regroupent l’administration préfectorale, les services recettes des impôts, la direction départementale du Plan, la Garde Nationale, le Commissariat de la police et la direction départementale de la poste. Nous sommes tous dans un même bâtiment ce n’est pas facile. Il y’a aussi les services techniques de l’Etat pour lesquels il a fallu louer des maisons et des villas où vous verrez plusieurs services dans un même local.

Au niveau de l’équipement et du personnel, il y’a aussi des difficultés. Mais, nous avons le minimum qu’il faut pour assurer le fonctionnement régulier des services de l’Etat. Parce que nous collaborons bien avec les services techniques de l’Etat. Nous avons aussi fait des propositions qui sont en examen pour la construction des bureaux pour les services techniques et pour la résidence du préfet et certains responsables parce qu’il y’à des espaces suffisants pour le faire. Ce que nous visons c’est de mettre les agents de l’Etat dans les conditions de travail.

Imprimer E-mail

Interview