Amères vérités : Messieurs du Mnsd, si vous êtes incapables de vous assumer, «don allah da annabi», taisez-vous et laissez parler ceux qui ont une position et un discours cohérents

aMnsd Nassara nous pompe l’air, pourrait-on dire. Il n’arrête pas de faire la gueule sur le processus électoral, sans que l’on daigne lui accorder la moindre attention. Ses dirigeants sont anachroniques et incohérents et ce n’est point une insulte, c’est un constat. Ils n’arrêtent pas de se plaindre et de dénoncer des choses qu’ils savent contre eux et leur parti, mais ils finissent par l’admettre, voire par le défendre face à l’opposition politique ou sur les ondes de médias internationaux. Ils font du zèle pour plaire et gagner la confiance d’un allié pour lequel, en vérité, ils ne représentent qu’un faire-valoir, un attelage de plus, pour justifier la légitimité d’un pouvoir que tout le monde sait obtenu par fraude, pour ne pas dire usurpé. Vous qualifiez un pouvoir de satanique, tant vous dites que le niveau de prévarication dudit pouvoir est hors de commun, avec en toile de fond, des détournements massifs de deniers publics, des violations constitutionnelles à n’en plus finir, la corruption à grande échelle et touchant les plus hautes institutions de la République, les trafics de devises, d’armes et de drogue, etc., puis, sans gêne quelconque, vous décidez de changer de musique pour présenter le même pouvoir sous des traits fréquentables et même indiqués. « Au nom des intérêts supérieurs de la nation », comme il a été dit dans la déclaration de ralliement.

Personne n’est dupe. Tout le monde, à commencer par les militants de base du Mnsd que l’on a cru avoir trompés en transformant subitement le loup en agneau, a compris que derrière ce retournement extraordinaire, il y a des motivations liées à des profits divers. L’intérêt national n’a rien à voir et il est même sacrifié sur l’autel de considérations particularistes et particulières. Et, que ce soit dans les rencontres entre opposition et pouvoir ou dans les médias, le Mnsd est devenu, en l’espace d’une lune de miel qui n’a pas visiblement été langoureuse, le défenseur acharné et aveugle du pouvoir qu’il disait satanique. Et qui n’e changé en rien, sinon qu’à redoubler dans les méfaits contre la République, la démocratie et les intérêts supérieurs de la nation.

Aujourd’hui, les dirigeants du Mnsd constatent amèrement que l’on semble les mener à l’abattoir, mine de rien, en leur faisant miroiter des choses séduisantes mais qu’on ne leur laisse point la latitude d’atteindre. Les fonds promis au Haut représentant du président de la République ? Des chimères que Seïni Oumarou, selon des sources dignes de foi, peine à faire sortir. Et lorsque c’est le cas, c’est toujours à compte-gouttes.

En faisant ces déclarations et ces lettres volontairement fuitées sur les réseaux sociaux ou dans la presse, les dirigeants du Mnsd cherchent manifestement à rassurer un peu les militants qui s’interrogent sur les rapports véritables qui lient leur parti au Pnds. Une sorte de cinéma en somme ! D’ailleurs, et la lettre adressée à Brigi Rafini sous le sceau de l’Apr en …2019 et celle de Seïni Oumarou, trahissent cette dichotomie de l’action politique du Mnsd. Il veut le beurre et l’argent du beurre, quitte à risquer une mort politique programmée.

N’est-ce pas dans les bras de ceux qui ont juré d’enterrer le Mnsd que les dirigeants de ce parti se sont jetés, avec armes et bagages ?

Le Mnsd peut-il se plaindre de quelque chose alors qu’ils profitent largement de cette alliance ?

Il faut dire les choses telles qu’elles sont, quitte à blesser quelques âmes sensibles. Le Mnsd Nassara n’a rien à dire sur la gouvernance actuelle, tant qu’il reste partie prenante dans la conduite des affaires publiques. Qu’il quitte le pouvoir s’il n’est pas d’accord avec ceci ou cela ou bien qu’il la boucle à jamais. Ses dirigeants ne se rendent même pas compte à quel point ils se ridiculisent en se perdant dans de vaines jérémiades face à des alliés qui entendent continuer comme s’ils n’ont pas à prêter une quelconque attention à ces protestations non justifiées. Seïni Oumarou et ses camarades doivent savoir qu’ils importunent leurs alliés du pouvoir et les Nigériens en ont ras-le-bol de cette inconséquence. Vous dites que le pouvoir est si mauvais qu’il s’apparente à un pouvoir satanique. Puis, vous décidez quand même de le soutenir, sans aucun souci pour le sort du Niger. Et à présent, vous vous plaignez. Pourquoi ?

La vérité est amère, mais elle est là. Les dirigeants du Mnsd ont conduit le parti dans l’impasse. Une impasse totale où ils se voient otage du Pnds et de ses dirigeants. Ils sont coincés, à la merci de ce pouvoir satanique qu’ils dénonçaient de façon si véhémente. Lorsque tu te donnes à l’adversaire, il fait de toi ce qu’il veut. Outre les avantages liés aux postes que ses dirigeants occupent et qui semblent motiver ce compagnonnage presque forcé, le Mnsd ne dispose pas, il faut le souligner, de bureau politique depuis le congrès de Tahoua. Il est toléré pourtant par le ministère de l’Intérieur et c’est une faveur qu’on n’accorde qu’aux alliés qui acceptent de marcher, le dos courbé, sans trop de récriminations.

Vous dites que les audiences foraines n’ont pas atteint 50% dans des régions comme Dosso et Tillabéry, et pourtant, vous avez accepté que le processus se poursuive dans ces conditions avec l’étape de l’enrôlement. Aujourd’hui, vous dites que des étrangers sont enrôlés dans le fichier électoral et les Nigériens savent que c’est un bruit de plus qui ne mènera nulle part. Messieurs du Mnsd, si vous êtes incapables de vous assumer, «don allah da annabi», taisez-vous et laissez parler ceux qui ont une position et un discours cohérents.

Bonkano

11 décembre 2019 
Publié le 02 décembre 
Source : Le Canard en Furie 

Imprimer E-mail

Idées et opinions