jeudi, 01 décembre 2016 21:17

Notre compatriote SEM Abdou Abarry nommé Ambassadeur de l’Union Africaine en République Démocratique du Congo

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Abdou Abarry Desire Kabila Lettres CreanceNotre compatriote SEM Abdou Abarry, a été nommé, en avril 2016, Ambassadeur de l’Union Africaine en République Démocratique du Congo. Il a présenté ses lettres de créance au Président de la République, S.E.M. Joseph Kabila Kabange, le 12 octobre 2016.

Notre pays vient d’enregistrer encore un important succès diplomatique, à travers la décision de la Présidente de la Commission de l’Union Africaine, Madame Nkosazana Dlamini Zuma, de confier à notre compatriote S.E.M. Abdou Abarry, l’importante fonction de Représentant Spécial de la Présidente de la Commission de l’Union Africaine en RDC.

Doctorant en droit de l’Université Libre de Bruxelles (ULB) et diplômé de l’Institut des Relations Internationales du Cameroun (IRIC), S.E.M. Abdou Abarry a occupé d’importantes fonctions au Niger, notamment :

Directeur Général chargé des relations bilatérales au ministère des Affaires étrangères,

Directeur général chargé de l’intégration Africaine au ministère de l’Enseignement supérieur, Conseiller à la présidence de la République, chef du protocole d’Etat.

Diplomate de carrière et jouissant d’expériences avérées, SEM Abdou Abarry fut tour à tour :

Conseiller du Niger auprès des Nations-Unis à New York de 1992 à 1997,

Ambassadeur du Niger auprès de la Belgique, des Pays-Bas, du Luxembourg, de la Grèce et de l’Islande.

Représentant permanent du Niger auprès de l’Union Européenne des CIJ, CPJ, de l’OIAC et de l’OMD.

Chef du Bureau de Liaison de l'UA auprès de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à Abuja.

Cette nouvelle nomination est un témoignage et la reconnaissance des talents de nos diplomates tant au plan régional qu’international.

Boubacar Guédé

 

Musée National Boubou Hama : Un véritable centre d’attraction pour les plus jeunes aux lendemains des fêtes

Musée National Boubou Hama : Un véritable centre d’attraction pour les plus jeunes aux lendemains des fêtesComme d’habitude à l’occasion des fêtes, le musée national Boubou Hama de Niamey organise des activités récréatives dans le cadre de la célébration de la Tabaski. Pour cette fête plusieurs spectacles sont aux menus du 11 au 17 août : visites guidées du Musée, de la danse, de la musique, des jeux-concours permettant aux visiteurs de gagner des cadeaux etc. Durant ces festivités ce centre culturel ne désemplit avec l’affluence du public, surtout des jeunes de la communauté urbaine de Niamey et des villages environnants.

Le musée national qui comprend un jardin zoologique, est aussi un centre culturel qui offre ainsi au visiteur l’occasion de voir la faune du Niger et d’ailleurs, de voir certaines expressions des traditions nigériennes etc. Pendant et après les fêtes religieuses, plusieurs endroits, accueillent les jeunes qui ont besoin de se distraire. A chaque fête religieuse, le musée Boubou Hama de Niamey ouvre ses portes pour les visiteurs afin de leur permettre de jouir de toutes les offres artistiques et culturelles entrant dans le cadre des festivités. Cette fois encore, le musée national Boubou Hama de Niamey a suscité de l’engouement auprès de la population (particulièrement les jeunes). Ils viennent de tous les quartiers de Niamey et des villages environnants pour venir visiter le musée et ses offres.

Le premier jour de cette fête de Tabaski, le 11 août visiteurs (surtout les enfants) étaient aux portails du musée comme d’habitude. « Nous sommes là, depuis ce matin pour fêter avec nos amis dans la convivialité et dans l’ambiance du Musée » témoigne un enfant le jour de la fête. Selon les responsables du musée ces manifestations s’inscrivent dans le cadre la fête de Tabaski. Ces festivités sont organisées dans le but d’égayer et de distraire les enfants. « Nous sommes un centre culturel et nous nous sommes dit qu’il faut bien encadrer ces fêtes-là. Et il faut organiser beaucoup de manifestations pour que ces jeunes qui viennent dans ces lieux se sentent comme chez eux. Dans le temps, les enfants venaient, mais il n’y avait pas d’activités festives. Présentement au niveau de l’animation, il y a des groupes de musique qui sont entrain de distraire le public. Il y a aussi plusieurs jeux, que nous appelons des kermesses où les enfants jouent et gagnent en même temps, il y a des salles qui sont dégagées pour permettre aux enfants de danser » affirme un responsable du musée national Boubou Hama de Niamey.

Pour le deuxième et les jours suivants, la fête de Tabaski c’est la satisfaction totale pour les organisateurs. Le nombre des visiteurs a connu une grande affluence à l’occasion de cette fête de Tabaski. De la mairie centrale, en passant par le CCFN, les visiteurs font la queue en file indienne pour pouvoir accéder au sein du musée. C’est pareil de l’autre côté vers la porte d’accès du deuxième échangeur du rond-point de martyrs. Une situation a créé un embouteillage monstre sur les grandes voies passant devant les entrées principales du musée.

Lire la suite

Tahoua : Célébration de la fête de l’Aïd al-Kebir dans la joie et la solidarité

Tahoua : Célébration de la fête de l’Aïd al-Kebir dans la joie et la solidarité A l'instar de toutes les régions du Niger Tahoua a célébré ce matin fête de l'aïd al ahda. L'Aïd al-Adha, "fête du sacrifice" appelé aussi Aïd al-Kebir "la grande fête", par opposition avec l'Aïd el-Fitr appelé aïd el-seghir, ou petit aïd, est la fête la plus importante de l'islam. Elle a lieu le 10 du mois de dhou al-hijja, le dernier du calendrier musulman, après waqfat Arafa, ou station sur le mont Arafat et marque chaque année la fin du hajj

A Tahoua, des milliers de fidèles ont afflué vers les lieux de la prière du idhi. Les autorités régionales à leur tête le Secrétaire général de la région ont pris part à cette prière au niveau de la Grande mosquée de la ville. Après les deux rakkat, l’imam de Grande mosquée, en prononçant la khoutouba, a expliqué que le jour de l’Aïd el-Kebir constitue un jour de célébration dans la tradition du prophète de l’islam. Cette fête, a-t-il indiqué, célèbre la dévotion d'Ibrahim, l'Abraham judéo-chrétien, à qui Dieu a demandé de sacrifier son fils (Ismaël pour les musulmans, Isaac pour les chrétiens et les juifs) sur un autel. Le sacrifice doit avoir lieu également après la prière de l'Aïd, vers 9h du matin. Alors seulement les sacrificateurs peuvent officier. Il a ajouté que pour la communauté musulmane, c’est l’occasion de promouvoir les valeurs de partage et de solidarité et de pardon.

Selon la tradition, l'animal ne peut pas être étourdi et le mouton ne doit pas voir la lame qui va l'égorger, mais le coup de couteau doit être rapide et très précis afin que l'animal ne souffre pas. L'Aïd el-Kebir est nommé la Tabaski au Sénégal et dans les autres pays d'Afrique de l'Ouest francophone (Guinée, Mali, Côte d'Ivoire, Bénin, Burkina Faso, Togo, Niger, Cameroun) et également au Nigeria.

Lire la suite

La viande de Tabaski : A consommer avec modération

aLa viande est un aliment qui a de nombreuses vertus grâce à sa richesse en protéine, rappelle M. Abdel-Razak Bello, nutritionniste. En effet, a-t-il indiqué, 100 grammes de viande contiennent pratiquement 30 grammes de protéines. Les protéines jouent un rôle important dans la croissance de l’organisme. La viande contient aussi des éléments nutritifs comme les vitamines B et le fer qui sont aussi des éléments importants surtout pour la femme enceinte. Mais à l’occasion de la fête de Tabaski, on observe une grande consommation de viande et cette consommation excessive n’est pas sans conséquence sur la santé humaine d’après le nutritionniste, M. Abdel-Razak Bello.

Parlant des conséquences liées à une consommation excessive de viande, le nutritionniste, M. Abdel-Razak Bello affirme : « l’être humain a un appareil digestif qui n’est pas adapté à une grande consommation de viande bien qu’étant omnivore, c’est à dire qui doit consommer des aliments aussi bien d’origine végétale que d’origine animale. Lorsque l’on consomme une grande quantité de viande, il y’a des petits signaux qui sont émis par l’organisme sous la forme de nausée qui indiquent qu’il faut arrêter la consommation », explique-t-il.   Après ces signaux si l’individu continue la consommation, il est susceptible d’avoir d’intoxication alimentaire et de la diarrhée, souvent   accompagnée de vomissement, précise le nutritionniste.

Un autre élément non moins important qui peut favoriser les troubles digestifs, l’intoxication alimentaire et la diarrhée en ce moment de fête de tabaski est que la viande est non seulement consommée en excès mais aussi accompagnée de piment et de boissons sucrées, relève M. Abdel-Razak Bello. « Le mélange viande en excès, associé au piment, aux boissons sucrées vont être un terrain favorable favorisant la survenue d’intoxication alimentaire ou de diarrhée » précise le nutritionniste.

Lire la suite

Fête de Tabaski 2019 : Le Chef de l’Etat, SE M. Issoufou Mahamadou, a pris part à la grande prière collective à Niamey

Fête de Tabaski 2019 : Le Chef de l’Etat, SE M. Issoufou Mahamadou, a pris part à la grande prière collective à Niamey : Le Chef de l’Etat, SE M. Issoufou Mahamadou, a pris part à la grande prière collective à NiameyLa communauté musulmane du Niger a fêté, dimanche dernier, l’Aïd-el-Adha ou fête de Tabaski. A Niamey, l’évènement a donné lieu à la traditionnelle prière collective qui a drainé des milliers de fidèles à la Grande Mosquée de Niamey. Ont pris également part à cette prière, le Président de la République, SEM Issoufou Mahamadou, le Président de l’Assemblée nationale, SEM Ousseini Tinni, le Premier ministre, SEM Brigi Rafini, le Haut Représentant du Chef de l’Etat, SEM Seyni Oumarou ainsi que plusieurs officiels, notamment des députés, des membres du Gouvernement et ceux du Corps diplomatique représentant les pays islamiques au Niger.

Après les traditionnelles deux Raka’at dirigées par l’Imam de la Grande Mosquée, Diabiri Ismael, la khoutba et l’acte du sacrifice du mouton sur place, les officiels se sont retrouvés autour du Président de la République au Palais présidentiel pour les présentations de vœux au Chef de l’État. Sur l’ensemble du territoire national la fête a donné lieu au même rituel notamment le sacrifice du mouton dans les familles et l’organisation des réjouissances populaires.

Onep

13 août 2019
Source :  http://www.lesahel.org/

 

 

Lire la suite

Occupation des espaces publics à Niamey : Le retour de l’anarchie aux alentours du Grand marché

Occupation des espaces publics à Niamey : Le retour de l’anarchie aux alentours du Grand marchéAlors que tout le monde se félicitait de la réalisation et de la mise en service de la voie express, reliant l’Aéroport international de Niamey au centre-ville, en passant par des grands carrefours comme celui du Grand-Marché, (réalisation qui a permis de débarrasser les grandes voies et alentours des marchés des occupants anarchiques des espaces publics), voilà que quelques jours seulement après la tenue du Sommet de l’UA, les ‘‘anarchistes’’, reviennent à leurs vieilles habitudes. Celles d’occuper illégalement et anarchiquement les trottoirs et même les voies destinées aux véhicules.

Un des cas les plus flagrants est celui des alentours du Grand-marché. Non content d’avoir ‘‘tué’’, la voie de Tagabati, ces vendeurs inciviques, ont prolongé leur occupation des rues jusqu’à la grande voie qui sort du rond-point Maoureye. Vendeurs d’habits, de chaussures, de bijoux, brouettes, pousse-pousses, tables, tabouret, tous ces mélimélos sont entreposés en pleine rue et sur les trottoirs, obstruant la circulation des véhicules et même des piétons et cela à quelques mètres du grand marché où ils sont censés être. Cette occupation illégale et anarchique des espaces publics se fait au vu et au su des agents de la police municipale, qui feignent de ne rien voir. A se demander finalement à quoi sert une Police Municipale ?

Les Services techniques municipaux de la Ville de Niamey sont donc interpellés, surtout quand on connait les efforts que déploie leur patron, en la personne du Président de la Délégation Spéciale de la ville de Niamey, M. Mouctar Mamoudou. Visites sur le terrain, sensibilisation, réunion avec différents responsables des quartiers, communication, M. Mamoudou ne ménage ni le temps ni les moyens pour rendre Niamey-Nyala et

éviter à notre capitale le désordre dans lequel veulent la jeter certains ‘‘anarchistes’’ cupides. Malheureusement, à l’allure où vont les choses, le grand marché et ses alentours risquent de tomber dans la même anarchie et la même pagaille, connues il y a seulement quelques temps et qui ont poussé les autorités municipales à faire déguerpir des milliers de commerces, qui occupaient illégalement les espaces publics.

Lire la suite



23 novembre 2016
Source : http://Nigerdiaspora.Net/

Dernière modification le samedi, 03 décembre 2016 01:02