7ème art : Le film documentaire ‘’ Marcher sur l’eau ‘’ entre réalité et arnaque

Le film documentaire ‘’ Marcher sur l’eau ‘’ entre réalité et arnaque

Tatis est un village situé à 75 km d’Abalak dans la région de Tahoua. Dans ce village, vit une communauté de Peulh bororo. Ce village est cruellement confronté à un problème d’eau potable. Pour parer au problème d’eau, les populations de Tatis avaient approché Ariane Kirley qui est une américaine, responsable de l’ONG Amene Imane. Laquelle a approché, à son tour, une maison de production française du nom de Bonne Pioche dont le responsable s’appelle Yves Derando. La maison de production a proposé à Ariane Kirley la réalisation d’un film documentaire sur la vie de la communauté bororo. Et les retombées du film seront utilisées pour la réalisation d’adduction d’eau à Tatis. Le film a été réalisé par Aissa Maiga, une réalisatrice franco malienne. Le film est intitulé ‘’Marcher sur l’eau’’ dont les principales actrices sont Souri Mallam et Oulay. Dans le film, la réalisatrice a fait marcher les acteurs, pieds nus, sur des épines. Un film que la réalisatrice a lié au changement climatique et qui a eu, récemment, une publicité gratuite de la part de RFI (Radio France Internationale).


Lire aussi >>> Documentaire «Marcher sur l’eau» : Quand le combat d’une communauté pour un mieux-être interpelle plus d’un


Depuis Bonne Pioche et Aissa Maiga ont tourné le dos à la population de Tatis qui attend toujours la réalisation du forage. Une véritable arnaque dont ont été victimes les populations Peulh bororo de Tatis qui voient leurs images vendues à l’occident sans contrepartie. Cela malgré, l’engagement signé par Yves Derando de Bonne Pioche. Vivement que les autorités nigériennes prennent cette affaire en charge. Mais, c’est tout de même une honte pour notre pays dont les populations sont obligées de se tourner vers l’extérieur pour la réalisation d’un simple forage. Et voila le résultat de la démission.

A.S