Agadez : La fête du BianouLes populations de la ville d’Agadès vivent depuis le début du mois lunaire de Mocharem au rythme  du Bianou ou commémoration de la naissance du Prophète Mohamed (S.A.W).
La fête de Bianou est un évènement  à caractère culturel et religieux qui n’existe nulle part au Niger qu’à Agadez .Le Bianou commence  le 10 du mois Moharem, un mois après la fête  de Tabaski appelé aussi mois du Bianou .
L’origine de cette fête  dont l’histoire remonte à la nuit des temps symbolise la manifestation de joie après l’arrêt des pluies diluviennes et le jour ou l’arche de Noé s’est posé sur le mont Ararat (5 165 mètres d'altitude) à l'extrême-Est de la Turquie après le déluge.
Certains estiment que le Bianou célèbre l’accueil réservé au prophète Mohamed (S.A.W) par les habitants de Médine lors de l’hégire en 622 et d’autres pensent qu’il s’agit de la commémoration des victoires guerrières du temps des guerres saintes.
La ville entière célèbre cette manifestation culturelle et religieuse aux allures carnavalesques. Femmes, hommes, jeunes et personnes âgées paradent dans les grandes artères d’Agadez sous les rythmes endiablés des ‘’Akanzam’’ sortes de petits tambourins et du ‘’Tambari’’ ’grand tambour guerrier. Deux groupe de danseurs, dont ceux du quartier est et ouest  de la ville avec chacun à sa tête un ‘’tambari’’  animent le  Bianou, la grande fête de la musique, de la danse et de la beauté.
Des jeunes habillés  de boubous bleu, blanc, arborant le   turban auréolé de blanc et de noire vif surmonté d’une bande d’étoffe indigo en forme de crête de coq, portent fièrement de sabres, de poignards, de lances et par-dessus leurs grands boubous de larges ceintures décorées et marchent, dansent  au rythme  endiablé de leurs instrument de musique : les grands tambours de la guerre, les tambours du Bianou. La beauté des jeunes filles s’exprime lors du Bianou où celles-ci sont maquillées avec art, parées de bijoux en or et  argent, habillées de pagnes et foulards bleus, noirs, de chemises d’un blanc ou noir éclatant ornées de galons au motifs rouges des agdésiennes .Elle marche en suivant les danseur, la tête protégée de petits et larges parapluies aux couleurs chatoyantes .

Imprimer E-mail

Culture