Atelier sur le lancement d’un Dialogue sur le lien Recherche-Conseil Agricoles : Un dialogue constructif pour définir les mécanismes et approches pour un monde agricole meilleur

L’Agence de Promotion du Conseil Agricole (APCA) a organisé, hier matin à Niamey, un atelier sur le thème, «Dialogue sur le lien recherche-conseil agricoles». La cérémonie d’ouverture a été présidée par le secrétaire général du ministère de l’Agriculture, M. Diamoitou G. Boukari. L’objectif de l’atelier est d’engager un processus de dialogue entre les acteurs de la recherche et ceux du conseil agricole afin de poser les bases d’un renforcement des liens entre la recherche et le conseil agricoles. Il s’agit en effet de définir les mécanismes et les approches à adopter et de tracer une feuille de route claire avec des objectifs bien déterminés qui consistent à une exploitation agricole durable et rentable pour un monde agricole meilleur.

Pour le secrétaire général du ministère de l’Agriculture, le succès du développement agricole et rural dépend des actions individuelles de milliers de familles rurales, dont les décisions sont façonnées par les informations, les connaissances et les technologies dont elles disposent. C’est ainsi que, a-t-il poursuivi, la recherche et le conseil agricole soutiennent ce développement par le biais des conseils stratégiques et des appuis scientifiques et techniques.

Par ailleurs, pour accompagner la mise en œuvre de l'Initiative 3N,  M. Diamoitou G. Boukari a décliné le dispositif mis en place par le gouvernement du Niger. En effet, a-t-il souligné, en appui au Fonds d'Investissement pour la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (FISAN), le gouvernement a mis en place le Conseil National de la Recherche Agronomique (CNRA) et l'Agence de Promotion du Conseil Agricole (APCA). Cependant, a indiqué M. Diamoitou, les systèmes nationaux de recherche et de conseil agricole actuels sont confrontés à de nombreux défis. «Des limites dans la planification et la gestion financière de la recherche agricole, dans l'organisation et la gestion des institutions de recherche et dans les stratégies de transfert de technologies ont été identifiées à travers les analyses et les études d'évaluation», a-t-il souligné en précisant que les préoccupations liées entre autres à l'insécurité alimentaire, aux demandes d'une plus grande autonomisation des producteurs ruraux et aux changements climatiques se combinent pour offrir de nombreuses nouvelles opportunités pour la croissance et le renouvellement des systèmes nationaux de recherche et de conseil agricole.

D’où, pour M.Diamoitou, la nécessité de renforcer le lien recherche-conseil agricole. «Ceci est d'autant plus nécessaire, qu'il faut combler les écarts de production agricole entre les résultats réels des petits producteurs et le potentiel créé par les résultats et les progrès de la recherche scientifique pour relever les défis de l'insécurité alimentaire et nutritionnelle, de la dégradation de l'environnement et des changements climatiques», a-t-il déclaré. En outre, estime le secrétaire général du ministère de l’Agriculture, la création d'un environnement favorable où les besoins et les demandes des agriculteurs sont entendus et où leurs voix influencent les programmes nationaux de recherche et de conseil agricole est une clé pour parvenir à un développement rural durable.

 Oumar Issoufou(onep)

24 juin 2021
Source : http://www.lesahel.org/