Entretien avec M. Zada Mahamadou, ministre de la Communication, chargé des Relations avec les Institutions : « Le bilan des 100 jours, en ce qui concerne notre secteur, peut être qualifié d’appréciable, même s’il reste encore à faire »

Monsieur le Ministre, le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Mohamed Bazoum célèbre, ce 12 juillet 2021, ses 100 premiers jours à la tête de notre pays. Quel bilan d’étape peut-on faire au niveau de votre département ministériel ?

A l’entame de notre mission, nous avons, comme c’est la règle, pris contact avec tous les responsables et les autres catégories de personnel de l’administration centrale et des différentes structures sous tutelle. Ces rencontres nous ont permis de faire le point sur les missions assignées aux uns et aux autres et de dégager des axes d’orientation, conformément aux domaines prioritaires retenus au titre de notre département, dans le cadre du Programme de Renaissance 3 du Président de la République, S.E. Mohamed Bazoum, programme duquel découle la Déclaration de Politique Générale (DPG) du Gouvernement.

Ces domaines, faut-il le rappeler, sont relatifs à la liberté de la presse à travers l’amélioration de l’environnement professionnel et juridique du secteur des médias ; à la modernisation des organes de presse publics ; à la suppression des zones d’ombre TV/Radio et à la finalisation de l’installation de la TNT ; sans oublier la couverture en infrastructures et services d’information du territoire national.

Comme vous pouvez le constater, le chantier est vaste. Des actions ont certes été entreprises ces dernières années mais nous nous attachons à les poursuivre et à les parachever. L’un dans l’autre, le bilan des 100 jours, en ce qui concerne notre secteur, peut être qualifié d’appréciable, même s’il reste encore à faire.

Monsieur le Ministre, comment se porte la presse nigérienne ?

La presse nigérienne se porte bien, on peut le dire sans risque de se tromper. En effet, comme vous le savez, les délits par voie de presse ont été dépénalisés et notre pays est un des  premiers, au plus haut sommet, à signer la Déclaration de la Table de la Montagne. Au titre du classement annuel établi par Reporters Sans Frontières (RSF), nous avons, ces dix dernières années, accompli des progrès substantiels puisque nous sommes passés  du 139 è rang mondial en 2009 au 59ème rang en 2021. Nous avons même surclassé certains pays qui étaient pourtant cités en exemple dans ce domaine. Pour consolider les acquis et poursuivre sur cette lancée, nous allons renforcer les capacités  des hommes des médias aux plans de l’éthique et de la déontologie car, vous le savez, c’est précisément à ce niveau que le bât blesse chez certains de vos confrères.  Enfin, nous travaillons à finaliser les conditions nécessaires à la signature, dans les plus brefs délais, de la Convention collective de la presse.

Monsieur le ministre, parlez-nous de la TNT. Où en sommes-nous ?

Dans la perspective du lancement officiel de la diffusion en TNT, une Equipe projet chargée de la finalisation du projet TNT en cours, est à pied d’œuvre pour l’évaluation ; elle est chargée de faire l’état des lieux du processus d’installation des équipements de la Télévision Numérique Terrestre (TNT) et du parachèvement des installations prévues à cet effet.

En ce qui concerne les studios de production radio et TV (ORTN) à Niamey, leur installation est presque achevée. Tous les studios et toutes les régies de la Voix du Sahel sont opérationnels ; il reste deux (02) studios et régies à installer à la Maison de la télévision. Au niveau des Stations régionales, l’installation a démarré par Tillabéry et Dosso.  La mise en place des nouveaux centres TNT, elle, a débuté par Makalondi et suit son cours.

L’appropriation de la technologie liée au car dix (10) caméras haute définition (HD) par les agents de l’ORTN est également en cours à travers des séances de formation. Quant à la formation sur le Multiplex à capacité extensible (Décodeur TNT Niger qui héberge actuellement une quinzaine de chaines publiques et privées) sis au PK 5 Lazaret, à Niamey, elle  a été bouclée.

La fin de la diffusion analogique est envisagée dans les meilleurs délais et nos équipes, à travers notamment l’Agence Nigérienne de Diffusion (AND), travaillent d’arrache-pied à l’atteinte de cet objectif essentiel qui nous permettra d’aboutir à la finalisation de la TNT.

Par Assane Soumana(onep)

12 juillet  2021
Source : http://www.lesahel.org/