Affairisme rose au ministère du Pétrole : Un jackpot de 800 milliards FCFA déjà réparti entre six sociétés proches du pouvoir

Affairisme rose au ministère du Pétrole : Un jackpot de 800 milliards FCFA déjà réparti entre six sociétés proches du pouvoir L’affairisme rose a-t-il vraiment une limite ? L’affaire de l’audit du ministère de la Défense nationale n’a pas encore fini de livrer tous ses secrets, l’instruction judiciaire étant à peine entamée, qu’une autre affaire point à l’horizon. Une affaire dans la nébuleuse gestion du pétrole nigérien dont on ne sait pas grandchose à part que la production connaîtra à l’horizon 2021 une augmentation considérable, passant de 20 000 barils/jour à 110 000 barils/jour et qu’un pipeline est en voie de construction pour l’évacuation du brut vers le port de Cotonou, au Bénin. Ce qui aiguise les appétits au sommet de l’Etat. Or, selon le chronogramme établi par la société chinoise qui exploite le pétrole nigérien, la production des tout premiers 110 000 barils interviendra pratiquement en avril, à un moment où le Président Issoufou a déjà fait ses cartons et ses adieux. Nécessairement, cela suscite des regrets dans les milieux de la classe dirigeante actuelle. En attendant, la construction du pipeline aiguise les convoitises dans les rangs des hommes d’affaire proches du pouvoir. Et comme au ministère de la Défense, le cercle est hermétiquement fermé. A l’avance ! Le partage des marchés publics y afférent est déjà fait et le ministre du Pétrole a procédé à la sélection des hommes d’affaires et sociétés qui ont un droit d’accès à ce marché de 800 milliards de francs CFA.

La mention « urgemment » est sans doute chargée de connotation.

C’est une lettre qui circule sur les réseaux sociaux qui met la puce à l’oreille. Selon cette lettre datée du 16 mars 2020 et signée du ministre d’Etat Foumakoye Gado, il est expressément demandé au Directeur général de WAPCO (West African Gas Pipeline Company), la société chinoise chargée de la construction du pipeline Niger- Bénin, d’établir des contrats à quelques six sociétés triées sur le volet.

Dans cette lettre qui confirme la prévalence de procédures tronquées dans la passation des marchés publics, Foumakoye Gado laisse entendre qu’il a déjà échangé sur la question avec le destinataire du courrier. Mieux, il lui demande de procéder à l’établissement de contrats de transport aux sociétés sélectionnées de toute urgence. La mention « urgemment » est sans doute chargée de connotation. Mais elle échappe quelque peu à l’analyse, laissant libre cours à des supputations de tous genres.

« C’est une autre colonisation rampante à laquelle la Chine s’emploie », Les commentaires et les débats autour de la question privilégient ainsi des hypothèses qui, si elles ne sont pas pour le moment vérifiées, sont tout de même assez plausibles. Et l’hypothèse la plus probable est que le ministre Foumakoye est en train de taper du poing sur la table pour faire plier la société chinoise qui aurait la prétention d’attribuer le marché du transport intérieur à des firmes chinoises. Selon des informations qui ont circulé à ce propos, des transporteurs chinois auraient d’ores et déjà fait convoyer des dizaines de camions vers le Niger. Ces camions seraient encore à Cotonou, il y a quelques semaines. Sont-ils finalement rentrés en territoire nigérien ? On l’ignore. La lettre de Foumakoye se voudrait la traduction de l’intransigeance des autorités nigériennes sur la question. « Il est hors de question, ont laissé entendre de nombreuses voix, que la Chine leur prenne jusqu’aux marchés qui reviennent de droit aux Nigériens ». « C’est une autre colonisation rampante à laquelle la Chine s’emploie », ont estimé nombre de Nigériens, choqués de constater que la Chine n’est pas si différente d’un l’Occident dont elle veut se présenter comme l’alternative crédible. La lettre de Foumakoye est donc, la formalisation de la position intransigeante du Niger qui somme en quelque sorte le directeur général de WAPCO de s’exécuter sans délai pour établir les contrats aux sociétés de transport nigériennes.

La présence de l’entreprise MIM sur la liste des bénéficiaires, un message clair pour les Nigériens

Découverte surprenante et pleine de message pour les Nigériens qui attendent impatiemment l’entame de la procédure judiciaire dans l’affaire des fonds de l’armée détourné, une des six sociétés «élues» par le ministre du Pétrole figure en bonne place dans le rapport d’audit du ministère de la Défense nationale. C’est le cas, par exemple, d’une qui a été épinglée dans ledit rapport, notamment, à propos de fausses mises en concurrence. Une présence qui laisse entendre qu’au sommet de l’Etat, l’on ne se fait aucun souci par rapport au contenu du rapport d’audit du ministère de la Défense et de ce qui pourrait advenir. La sérénité est de rigueur et les critiques des citoyens et leurs coups de gueule ne changeront rien à la situation. Les affaires continuent.Affairisme rose au ministère du Pétrole : Un jackpot de 800 milliards FCFA déjà réparti entre six sociétés proches du pouvoir

Doudou Amadou

06 juin 2020
Source : Canard en Furie