Interview de M. Amadou Amidou, Préfet du département de Banibangou : « Du fait de sa proximité avec la frontière malienne, Banibangou est au cœur de sérieuses menaces terroristes »

Interview de M. Amadou Amidou, Préfet du département de Banibangou : « Du fait de sa proximité avec la frontière malienne, Banibangou est au cœur de sérieuses menaces terroristes »Monsieur le Préfet, pouvez-vous nous faire la présentation de votre entité administrative?

Il faut d’abord rappeler que l’entité administrative de Banibangou est l’ancien poste administratif du département de Ouallam, qui a été érigée en département par la loi N° 2011-22 du 08 Août 2011 érigeant les anciens postes administratifs en départements et fixant le nom de leurs chefs-lieux.

Le département de Banibangou couvre une superficie de 4 928 Km2 et est situé à 250 km au nord Est de Niamey. Il est limité au nord par Aderanboukane et Menaka (Mali) au sud par le département de Ouallam, à l’Est par celui d’Abala et à l’Ouest par le département de Ouallam (CR Tondi Kiwindi). Le département compte une seule commune du même nom.

Zone à vocation agro-pastorale, le département de Banibangou compte cinquante-sept (57) villages administratifs. La population du département est estimée à 87 149 habitants en 2019, avec 43 842 femmes, soit 50,31%, et 43 308 hommes, soit 49%, selon les estimations de l’INS. La densité quant à elle est de 17,68 habitants au km2. Cette population du département de Banibangou est composée de Zarma (majoritaire), de Touareg, de peulh, et de Haoussa. La langue parlée couramment est le Zarma.

Quelles sont les potentialités économiques du département de Banibangou ?

Les principales sources économiques de la population sont l’agriculture, l’élevage et le commerce. Les trois (3) grands groupes ethniques, à savoir les Zarma, les Peulh et les Touareg, cohabitent ensemble en parfaite symbiose et créent un brassage des cultures et traditions dans la zone. Le département de Banibangou est caractérisé par des étendues d’espaces pastoraux.

Chaque année, les transhumants se rencontrent en nombre important dans cette zone où le fourrage est quasi disponible durant toute l’année, ce qui crée les conditions pour une baisse du prix du bétail sur le marché.

Quelles sont, Monsieur le Préfet, les réalisations du Programme de renaissance en faveur de votre entité administrative ?

Je peux vous assurer que les réalisations du Programme de renaissance en faveur du département de Banibangou sont considérables. Si on prend l’exemple du secteur de l’agriculture, de 2016 à ce jour, on a enregistré d’importantes interventions de l’Etat et de ses partenaires dans le département de Banibangou. On peut citer, entre autres, la distribution gratuite ciblée de 1010,29 tonnes de céréales, 130,42 tonnes de niébé et 67,346 tonnes d’huile en direction des populations nécessiteuses. S’y ajoute un soutien en engrais de 80 tonnes aux producteurs.

En ce qui concerne l’opération de céréales à prix modéré, le département de Banibangou a bénéficié de 890 tonnes de céréales ; des semences pluviales pour 222,767 tonnes de mil, 20,383 tonnes de sorgho et 51,427 tonnes de niébé.

Pour la pratique des cultures maraichères, le soutien aux producteurs porte sur 234 kg de maïs, 33,4 kg de chou, 46 kg de laitue, 16,8 kg de tomate, 21,9 kg de carotte, des semences de pomme de terre, d’oignon, de poivre, de courge ainsi que des boutures de manioc et une importante quantité de produits phytosanitaires.

Dans le domaine de l’élevage, de 2016 à ce jour, le département de Banibangou a également bénéficié d’importantes actions. Il y a d’abord l’opération de vente à prix modéré de tourteau pour 80,267 tonnes.

En ce qui concerne la vente du son, les trois (3) opérations effectuées ont porté respectivement sur 25 tonnes, 75 tonnes et 125 tonnes. À cela s’ajoute la distribution gratuite de kits caprins (83 kits). S’agissant de la campagne de vaccination plus de 185000 têtes de bétail sont vaccinées par an.

Dans le domaine de l’hydraulique, il faut noter la réalisation de plus de 10 infrastructures hydrauliques qui ont engendré 145 équivalents points d’eau modernes. S’y ajoutent quatre (4) mini AEP simple et deux (2) mini adductions d’eau potable d’eau multi village, deux (2) postes d’eau autonomes et une (1) station de pompage.

Il en est de même pour le secteur de l’environnement, où plusieurs importantes réalisations sont enregistrées dans le département, notamment la fixation des dunes pour 72.000 ml réalisés à un coût de 7.533 000 F dans le cadre de la lutte contre l’ensablement. Et dans le cadre de la lutte contre les feux de brousse, le Programme de renaissance a réalisé 1000 km de bande pare-feu pour un coût global de 50.150.000 F CFA dans la zone pastorale afin de protéger les espèces pastoraux. Egalement, dans le cadre de la récupération des terres, 497 demi-lunes agricoles ont été réalisées pour un montant de 91 030 333 F, ainsi que 100 demi-lunes pastorales pour un coût de 35 729 200 F et les banquettes au nombre de 200, pour un montant de 25 432 680 F.

Dans le domaine de l’éducation, de 2012 à 2019, le programme de renaissance a permis au département de Banibangou de bénéficier de 49 classes construites.

Idem pour le domaine de la santé où d’importantes réalisations ont été enregistrées en termes de réhabilitation et de réalisation des formations sanitaires. Il y a, entre autres, la construction d’un CSI composé de logement sage-femme, une (1) maternité, deux (2) latrines et un (1) macérateur pour un montant de 55 309 996 F. quant à la construction du marché avec 1200 ml de clôture et deux (2) hangars pour un coût de 31 149 374 FCFA.

Dans le domaine du génie rural, de 2016 à ce jour, on peut noter la réalisation de nombreuses actions entre autres de réhabilitation des classes de traitement des koris, celle de la tribune officielle de 200 places à un coût de 23.000.000 F. 10 km de couloir de passage pour 5 053 200 F et la réhabilitation du site maraicher équipé de 43 bassins, 18 puits, 2400ml de PVC 1.100 ml de grillage et pompe. Il faut aussi noter la construction de la résidence du préfet composé d’un (1) logement, un (1) salon d’honneur plus équipement pour un montant de 57.000.000 F. S’y ajoute la construction de plusieurs infrastructures dans le domaine de la santé.

Enfin dans le domaine de la jeunesse et des sports, le département de Banibangou a été doté d’une (1) maison de la culture communément appelée maison des jeunes et de la culture (MJC) équipée de 75 chaises, 75 nattes et 75 matelas réalisée par le PCCN.

Qu’en est-il de la situation sécuritaire dans la zone de Banibangou ?

Il faut dire que, depuis l’infiltration des groupes extrémistes provenant du nord Mali, les populations et les forces implantées dans le département de Banibangou subissent les conséquences de cette guerre asymétrique qui nous est venue de l’extérieur.

A l’heure actuelle, les phénomènes extrémistes en vague dans le département sont les enlèvements des véhicules des partenaires de l’Etat et même parfois un des particuliers. Néanmoins, la présence de la patrouille militaire déployée le long de la frontière nigéro malienne avec l’opération « Tourbillon » ces derniers jours et la force « Dongo » en dehors de la patrouille mixte départementale très active.

Dans le cadre de la politique sécuritaire, les autorités de la 7éme République ont déployé d’importants moyens visant à lutter contre ces forces du mal. Ce qui a d’ailleurs permis à nos vaillantes forces de Dongo de traquer et de récupérer le véhicule de la direction départementale de l’hydraulique de Banibangou enlevé le mardi 29 octobre 2019 par des terroristes. Du fait de sa proximité avec la frontière malienne, Banibangou est au cœur de sérieuses menaces terroristes.

Le chef-lieu du département ne dispose d’aucune force spéciale. Les deux (2) postes militaires présents dans le département sont respectivement distants de 83 km pour le poste militaire de Tiloa à l’Ouest et 40 km pour celui de Sinegader à l’Est. Il y a donc la nécessité absolue de déployer une force spéciale d’intervention à Banibangou.

Réalisée par Zakari Mamane, ONEP/Tillabéri

18 décembre 2019
Source : http://www.lesahel.org/