Fin de la mission de pré-évaluation de la campagne Agro-sylvo-pastorale et Hydraulique 2021 dans la région de Maradi : Sur 85 postes agricoles suivis, 10 sont excédentaires et 75 déficitaires

La ministre de l’Environnement et de la lutte contre la désertification, Madame Garama Saratou Rabiou Inoussa, à la tête d’une forte délégation, a achevé hier à Maradi la mission de pré-évaluation de la campagne Agro-sylvo-pastorale et Hydraulique 2021 qu’elle a conduite dans la région. La mission a sillonné les huit départements de la région. Selon la ministre, ces visites ont servi de cadre d’échange direct avec les populations, mais aussi d’apprécier le niveau de préparation des cultures irriguées, discuter des questions sociopolitiques et économiques et la mise en œuvre des projets et programmes intervenant dans la région.

Sur le plan agricole, il ressort pour cette campagne 2021 que dans le cadre des préparatifs de cette campagne, d’importants appuis en intrants ont été placés par l’Etat et ses partenaires. Il s’agit de 1033 tonnes de semence pour une couverture de 96841, 37 ha ; 30.492 litres de pesticides ; 80659 sachets de fongicide ; 437 appareils de traitement ; 88 kits brigadier ; 1200 tonnes d’engrais. Le dispositif national de gestion et de prévention des crises alimentaires, à travers la cellule crise alimentaire a mis à la disposition des populations 4066 tonnes dont 3720 tonnes de céréales et 346 tonnes de niébé pour la distribution gratuite ciblée.

La ministre de l’Environnement et de la lutte contre la désertification,  a indiqué que la campagne agricole 2021 a démarré durant la première décade du mois de juin avec un léger retard par rapport à 2020. Au courant de la première décade de juillet, a-t-elle précisé, des avortements de semis ont été enregistrés au niveau de 64 villages des départements d’Aguié, Mayahi, Dakoro et Guidan Roumdji. Il ressort que sur 85 postes suivis, 10 sont excédentaires et 75 déficitaires. Le cumul pluiviométrique saisonnier le plus important est 778 mm à Gazaoua, contre 948 mm à Makada (Gazaoua) en 33 jours en 2020. Le cumul saisonnier le moins important est de 202,7 mm en 19 jours à Soli Tagriss, contre 302,2 mm en 28 jours à Bermo.

Selon la ministre de l’environnement et de la lutte contre la désertification, des phénomènes exceptionnels ont été enregistrés. Il s’agit de 22 pertes en vie humaine, 8828 ménages sinistrés totalisant 81.574 personnes réparties dans 34 communes ; 49639 maisons effondrées, 17888,5 ha de cultures endommagés. La situation phytosanitaire a été marquée par une pression parasitaire faible à moyenne par endroit sur le mil, par la chenille mineuse de l’épi et de faible ampleur sur les cultures par d’autres ravageurs. La situation alimentaire quant à elle est caractérisée par la disponibilité des vivres sur le marché avec tendance des prix à la hausse par rapport à la même période de l’année dernière .Au bilan de la campagne, 691 villages et tribus agricoles à risque  totalisant une population de 681.214 habitants sont identifiés. Le bilan céréalier serait globalement bon à moyen à l’exception du département de Guidan Roumdji (4) communes, Dakoro (3) et Tessaoua (1) commune.

Sur le plan pastoral, plusieurs actions ont été menées dans le domaine de la sécurisation et de l’intensification des systèmes de production animal estimé à 1.123.538.106 FCFA. Il est à noter que l’embonpoint des animaux est passable dans toutes les zones. Le terme de l’échange est en faveur de l’éleveur de juin à septembre. Sur la plan environnemental, 8932 ha de terre recupérés, 850 km de bande pare feu réalisé ; 6369 ha de lutte contre le sida cordiforlia ; 1357521 plans produits ; 2420 ha de plantation en bloc ; 18.000 ha de régénération naturelle assistée ; 12 tonnes de poissons produits. Pour ce qui est des feux de brousse, 19 cas ont été enregistrés qui ont consumé plus de 4747ha et provoqué une perte en  biomasse 8676 tonnes dont 9 à Bermo, 7 à Dakoro, 1 à Tessaoua et 1 à Guidan Roumdji. Sur le plan génie rural, les travaux réalisés concernent des équipements ruraux, les aménagements de terres d’irrigation et des ouvrages de mobilisation des eaux.  Sur le plan hydraulique, le taux d’accès à l’eau potable s’améliore de plus en plus dans la région. Au point de vue équivalent point d’eau, 511 ont été réalisés dont 2 réhabilités. L’Etat et ses partenaires ont injecté dans ce secteur, 8.884.000.000FCFA.

La ministre a tenu à remercier le courage et l’abnégation des techniciens soutenus par les autorités administratives et coutumières pour l’accomplissement de ce travail. Elle a tout de même interpellé les techniciens sur la transmission de certains chiffres inexacts. « J’invite ces techniciens à réajuster ces chiffres car, l’intervention de l’Etat et des partenaires tient compte de ces chiffres », a-t-elle précisé.

Tiémogo Amadou, ANP-ONEP Maradi

28 octobre 2021
Source : http://www.lesahel.org/