Logo  Boube

Halima Alzouma Nigerienne

Où est passé l?idéal du Général Président

 Comme un leitmotiv, le CMS (Conseil Militaire Suprême) n’a jamais cessé d’affirmer sur toutes les tribunes qu’aucun nigérien ne mourra plus de faim ni de soif. Pendant les treize années qu’a duré le règne du Général Seyni Kountché, aucun nigérien n’est mort de faim ou de soif. Le Général Président a donc rempli son contrat en tirant sa révérence un après midi du 10 novembre 1987. Il a d’autant plus rempli son contrat que pendant son régime le trésor public n’était point considéré comme une chasse gardée des gouvernants et leur clientèle politique. L’administration était dynamique et le respect de la hiérarchie était une chose sacrée. Le Général Seyni Kountché qui a un immense respect pour le savoir, n’a jamais ménagé ses efforts pour doter aussi bien les cycles primaires, secondaires que l’universit é de moyens à la hauteur des ambitions qu’il avait pour le Niger....

Patriote horspair, l’homme a su par sa persévérance et sa clairvoyance hisser le Niger au rang des nations dignes de considérations. Et depuis sa disparition, il existe des coins de ce pays qui n’ont jamais connu la visite d’un simple cadre de commandement, a fortiori celle d’un Président de la République. Une façon de dire que l’homme était profondément attaché à son pays et à la population des moindres recoins de ce même pays. Aujourd’hui, force est de constater que ceux qui tiennent les rennes du pouvoir à Niamey sont en grande partie ses héritiers. Mais ont-ils fait honneur à l’idéal poursuivi par leur père spirituel ? Rien en tout cas ne permet de l’affirmer de manière péremptoire. Car l’opposition politique a toujours dénoncé l’exclusion, les marchés de gré à gré, les LAP et les PSOP, l’affairisme, les passe-droits…bref tout ce qui n’existait pas du temps du Général Seyni Kountché. Décidément, Hegel avait bien raison de dire que seuls les Grands Hommes font l’histoire.
Moussa AKSAR

 

 

Onep