Forfaitt-ORANGE-4G

CAN U20/ insuffisance d'éclairage au stade de Maradi : L'image du Niger écornée, le ministre Kassoum nous doit des explications

CAN U20/ insuffisance d'éclairage au stade de Maradi : L'image du Niger écornée, le ministre Kassoum nous doit des explicationsLes compétitions entrant dans le cadre de la 21ème édition de la coupe d'Afrique des nations de moins vingt ans se poursuivent à Niamey et Maradi. La cérémonie d'ouverture s'est déroulée le 2 février dernier au stade général Seyni Kountché. C'est le président de la République en personne qui a présidé cette cérémonie. Si à Niamey, les deux matches de la première journée se sont déroulés sans problème, avec un nul pour le pays organisateur contre l'Afrique du sud et une victoire ( 2-0) du Nigeria, le grand voisin du sud, aux dépens du Burundi , à Maradi, où se trouvent les équipes de la poule B, un seul match a pu être joué. Le Sénégal s'est imposé dimanche à son voisin le Mali. Les deux autres voisins, le Ghana et le Burkina Faso, n'ont pas pu, dimanche dernier en soirée, joué la deuxième rencontre de la poule de Maradi. La raison ? Insuffisance d'éclairage. C'est une situation préoccupante. Grave. Très grave. L'image du Niger a été écornée. Normalement les responsabilités devraient être situées sans parti pris et sans amalgame. Dans un pays normal. En 2016, au cours du championnat d'Afrique des nations au Rwanda, une coupure de courant de quelques minutes au cours d'un match a couté cher aux responsables du stade. Ils ont été relevés de leur fonction et envoyés en prison. Le péché ? Ils ont oublié d'acheter du carburant pour les groupes électrogènes de secours. A Maradi, c'est toute l'installation qui est défaillante. On est tenté de dire à qui profite le crime. L'organisation doit répondre de ces manquements.

Le ministère de tutelle et le ministre Kassoum doivent s'expliquer. D'autant que la décision de la fédération de faire jouer la poule B à Maradi n'avait pas rencontré l'agrément du ministre des Sports. Et en son temps la divergence entre le ministre et le président de la Fénifoot était sur la place publique. Et selon des indiscrétions, l'intervention d'une notabilité aurait fortement déplu au ministre Kassoum tant les propos auraient été désobligeants. Et tout naturellement les mauvaises langues disent que le ministre de tutelle aurait trainé les pieds pour l'attribution du marché de réfection du stade régional de Maradi pour le mettre aux normes. Attendant probablement un entrepreneur prêt à donner d'importantes commissions. La mode. La nécessité du respect des délais aurait amené un entrepreneur très soucieux de l'image du Niger a commencé les travaux sans attendre les dossiers d'appel d'offres. Le préfinancement a été assuré sur fonds propres. Sans avance de démarrage des travaux, il n'y a évidemment pas de commissions. Sans commissions, il n'y a pas de motivation. Raison probable du peu d'intérêt du ministre des sports et de son staff pour le suivi des travaux et de la réception des ouvrages.

Sanda 

08 février 2019
Source :  Le Nouveau Républicain

Imprimer E-mail

Sport