Forfaitt-ORANGE-4G

Fin de la 40ème édition du sabre national : Les quelques enseignements à tirer

Fin de la 40ème édition du sabre national : Les quelques enseignements à tirer!Les lampions de la 40ème édition du sabre national se sont éteints le jeudi 03 janvier 2019 dans l’arène de lutte Naroua Sanu de Tillabéry. Comme les éditions précédentes, les civilités ont été respectée lors de l’édition 2018, à savoir l’intronisation d’un nouveau roi des arènes, la distribution des cadeaux, la présence des autorités nigériennes dans l’arène des jeux, les you­you des vainqueurs, les lamentations des perdants, les discours des autorités pour boucler la boucle. Bref tout a été mis en œuvre pour que ces compétitions se terminent dans la joie et l’allégresse et c’est d’ailleurs l’objectif attendu. Dans la soirée du jeudi 03 janvier, deux des 80 lutteurs inscrits dès le début des compétitions se sont distingués. Il s’agit de Kadri Abdou dit Issaka Issaka de Dosso qui obtient pour la troisième fois son sabre et Noura Hassan, un autre gladiateur de l’écurie de la cité des Djermakoyes. La particularité de cette 40ème édition, c’est le sacre de la région de Dosso qui aligne 4 lutteurs pour les 1ère, 2ème, 3ème et 4ème places. Selon les responsables de la lutte traditionnelle, cette situation ne s’est jamais produite depuis le début de ces compétitions dans les années 70. C’est donc une très grande prouesse pour la région de Dosso que les nigériens ont salué à sa juste valeur.

Comment en est­on arrivé à cette situation où une région s’adjuge l’ensemble des prix ? Pour toute chose, il y a une explication, dit­on. Qu’elle soit juste ou erronée. En effet, le 30 dé­ cembre 2018, lors des combats de poule, les nigériens ont assisté à une rencontre agaçante. et à la limite insultante pour ce sport qui a toujours retenu l’attention des citoyens de toute catégorie sociale confondue. Les combats entre les lutteurs des régions de Dosso et Tahoua ont été tout sauf saints. Des trucages visibles et palpables. Après la compétition, des voix se sont élevés pour demander l’application stricte du code de la lutte. Ce que le comité chargé de la gestion de cette discipline n’a pas manqué de faire. Le 31 dé­ cembre dans la soirée, une note explicative est tombée. Selon le constat de la commission chargée de la détection des combats truqués une dizaine de lutteurs ont été sanctionnés. Non contents de cette sanction, les lutteurs et leur encadrement des deux régions de Dosso et Tahoua ont investi l’espace des jeux pour semer le désordre. Heureusement que la présence des éléments de la police sur les lieux a permis de maîtriser la situation rapidement et les combats se sont poursuivis. Pour que ces événements malheureux ne se reproduisent plus, des dispositions conséquentes doivent être prises en sensibilisant au maximum tous les acteurs sur leurs responsabilités individuelles et collectives dans toute situation déplorable qui adviendra au cours des prochaines éditions. Les deux personnalités qui se sont prononcées sur la tenue de cette édition, à savoir le Ministre de la Jeunesse et des sports Kassoum Moctar et le Premier Ministre, chef du gouvernement Brigi Rafini ont chacune condamné ces comportements déplacés des lutteurs des deux régions. Il est d’ailleurs fort à parier que les arrangements faits entre ces deux ligues de Tahoua et de Dosso sont à la base de cette situation inédite qui s’est produite dans laquelle 4 lutteurs d’une même ré­ gion s’alignent pour la conquête du sabre national. 24 heures avant la fin des compétitions, l’on savait par avance la région qui détient le sabre. S’il y avait des combats justes et honnêtes, il est possible qu’entre les régions de Zinder, Agadez et Niamey, l’une soit dans la course. Bref, des erreurs ont été commises, mais le vœu des nigériens, c’est qu’elles ne se reproduisent plus.

Revenons aux cérémonies d’intronisation du nouveau roi des arènes pour souligner que Kadri Abdou dit Issaka Issaka est à sa troisième consécration. Les 36ème et 37ème éditions ont été remportées par ce colosse dossolais qui s’affirment comme l’hé­ ritier du champion Balla Harouna. Il s’en est sorti avec son sabre et une enveloppe de 10 millions de francs CFA. En plus ces cadeaux officiels, le Pré­ sident de la République Issoufou Mahamadou n’a pas dérogé à sa tradition d’offrir des dizaines de millions de francs aux acteurs chargés de la lutte, lutteurs, entraîneurs, encadreurs, tchalitchali, presse. Une importante somme de 42 millions a été distribuée en plus des dons en nature composés des centaines de tonnes de mil et du riz. Rendezvous est pris pour la prochaine édition de 2019 à Maradi, la capitale économique pour la 41ème édition du sabre national.

Ibrahim Amadou  

17 janvier 2019
SOurce : L'Hérisson

Imprimer E-mail

Sport