39e édition du sabre national : Les choses sérieuses ont commencé

39e édition du sabre national : Les choses sérieuses ont commencéLa poule unique est finie depuis hier lundi 1er janvier 2018 à l’arène de lutte Langa Langa de Zinder. Nous sommes désormais dans le tournant décisif de la course au sabre.
Quinze lutteurs au total s’était réveillés vivants ce mardi 2 janvier 2018, « Masu ray, in ji Halirou Bakoye ». Des huitièmes de finales s’imposent alors. Il aurait fallu d’un seizième pour avoir huit combats, mais, comme pour toute compétition qui se veut grande, le règlement de la lutte ne s’est pas tu face à un cas pareil. Il faut procéder par tirage au sort. Quatorze lutteurs doivent combattre et un attend les sept qui vaincront pour jouer les quarts de finale. Coup de chance ou magie, c’est au vieux dinosaure, Oumarou Bindigaou de Maradi que sourit la chance du repos. Quelle providence !
C’est Agadez et Dosso qui ont ouvert le bal de cette phase. Dans l’arène, Saley Daouda d’Agadez contre Issaka Issaka de Dosso. La première offensive est venue de l’Aïr. Saley Daouda arrache le pied du Poulin de Djermakoye de Dosso mais Issaka Issaka court derrière les sacs de sable, « Buffu !, Buffu ! » a crié l’arbitre. Tout Dosso a tremblé. Après la poule unique, il n’y a ni match nul, ni avertissement, il faut terrasser.
Issaka Issaka va répliquer à cette attaque par une ceinture autour de la taille du lutteur du désert, mais le lâche peu après. Et Halirou Bakoy, sur la Voix du Sahel, de dire « Issaka Issaka a ceinturé Saley Daouda, mais il a comme ceinturé un mur, Katanga ». La tâche devint ardue pour les deux gladiateurs.
Par un geste dignes des grands lutteurs, le combattant de Dosso tire son vis-à-vis et d’un tacle du pied droit le projette à terre, à la manière de Langa Langa. Dosso sort avec son petit poussin blanc. Le monstre de l’âge n’a rien mangé à la force et à la ruse du technicien Dossolais.
L’autre vainqueur de ces huitièmes de finale est le champion sortant qui n’a pas trainé avec son vis-à-vis. En deux petites minutes, Yahaya Kaka très confiant, arrache le pied de son adversaire et le renverse sur la tête.


Mais le combat le plus spectaculaire de cette journée a été le dernier qui a mis Niamey face à la région hôte. Après plusieurs rounds au cours desquels Yacouba Adamou de Niamey a pris à deux reprises le pied de DanTella de Zinder, le protégé de Seydou Ali Zataou, se saisit, une troisième fois, du pied du Zinderois, le soulève deux à trois fois sans parvenir à le déstabiliser avant de s’écrouler. C’est lui qui a pris et c’est lui qui est tombé. Damagaram est en liesse. Quant à Niamey, il quitte définitivement l’arène, comme Agadez qui avait pourtant deux invaincus avant les combats.
Les sept invaincus, plus le chanceux Bindigaou s’affronteront en quart de finale dans l’après-midi. Mais quelle matinée de lutte !

Ecouter les  chroniqueurs de lutte traditionelle en langues nationales (archives Nigerdiaspora)

 

Imprimer E-mail

Sport