Bonne Fête ! Barka Da Salah ! Wa Kayessi !

Sabre national du Niger 2017 : Zinder accueille la 39e édition du championnat national de lutte traditionnelle

Sabre national du Niger 2017 : Zinder accueille la 39e édition du championnat national de lutte traditionnelleLancé le lundi 25 décembre 2017 par le Ministre en charge du sport, le championnat national de lutte traditionnelle du Niger bat son plein dans la capital du Damagaram. 80 Lutteurs sont en compétition, soit dix par région.

Pendant une semaine les huit régions du Niger se feront face dans une poule unique. À l’issu de ces rencontres, les lutteurs qui n’ont pas mordu le sol s’affronteront en 1/8, 1/4 ou 1/2 finale en fonction du nombre de combattants encore vivants, « Ma su ray » selon Halirou Bakoy, célèbre chroniqueur en langue haoussa de la radio nationale du Niger. Après tous ces combats, les deux derniers invaincus regagneront l’arène pour la finale qui déterminera le chef des lutteurs de l’année avec comme prix pour le champion, un sabre, un cheval, et autour de 20 Millions de fcfa. Et la moitié de cette somme pour le vice-champion.

Tous les ingrédients sont réunis pour faire de cette rencontre culturelle une véritable fête nationale comme à l’accoutumé : les autorités administratives et coutumières, le public, toute la presse publique et privée, les sponsors, les Tchili-tchalés très aimés du public, et bien sûr les lutteurs, leurs accoutrements « walki » et leurs gris-gris qui tétanisent l’adversaire rien que par la taille pour certains. Un proverbe haoussa ne dit-il pas : « korrosso, baban laya ! ko ba ki ci, a koy baada sooro » ?

Ce mardi 25 décembre 2017 s’est déroulée la première journée qui a vu Dosso ouvrir le bal face à Diffa. Ensuite Maradi a croisé le fer avec Tillabéry, Tahoua affronté Niamey et Agadez s’est défendu devant Zinder. Cette première journée a été marquée par la victoire de la plupart des lutteurs attendus. Issaka Issaka de Dosso, Yacouba Adamou de Niamey, Laminou Maïdaba d’Agadez, tous sont sortis vainqueurs de leurs premiers combats mais surtout le champion sortant Yahaya Kaka de Tahoua qui a peiné face à un certain Issiakou Moussa, nouvelle recrue de la capital du Niger, avant de le mettre à terre.

C’est donc parti pour dix jours de compétitions, dix jours au cours desquels la lutte rythmera la vie des Nigériens. Partout, à la maison, au bureau, au marché, dans la rue, ce sont des petits écrans, des postes radios avec le volume à fond ou des écouteurs. Tout le monde est câblé avec souvent des débats houleux sur les combats passés, ceux en cours ou des pronostics sur les rencontres à venir.

La cerise sur le gâteau ce sont les chroniqueurs des ondes nationales qui, en Haoussa et en Zarma, non sans humour, décrivent les combats aux auditeurs de telle sorte qu’ils ont l’impression d’y assister.

Ecouter les  chroniqueurs de lutte traditionelle en langues nationales (archives Nigerdiaspora)

27 décembre 2017
Source : http://nigerdiaspora.net

Imprimer E-mail

Les Résidences Goggodou : Le coin chic pour se loger à Niamey

Sport