Lancement de la stratégie émergente du Partenariat de Ouagadougou après 2020 : ‘’Atteindre 13 millions d’utilisatrices de méthodes contraceptives modernes d’ici 2030’’

3,8 millions : c’est le nombre de femmes utilisatrices de méthodes modernes de contraception que le Partenariat de Ouagadougou a ajouté de 2011 à 2020, dans la sous-région. Ce succès à mettre à l’actif notamment de l’Unité de Coordination du Partenariat de Ouagadougou (UCPO) qui a joué un rôle capital en renforçant la coordination entre les bailleurs, en améliorant les échanges entre et au sein des pays membres, en organisant les partenaires opérationnels et la société civile et en établissant la responsabilité mutuelle des gouvernements, des bailleurs et d’autres partenaires.

Fort des résultats enregistrés, mais surtout des défis persistants dans la région et les domaines d’intervention inexplorés, le Partenariat a lancé l’initiative «PO Après 2020 ». L’idée est de créer une vision partagée pour 2030. Selon un dossier de presse publié à cet effet, il s’agit plus concrètement d’œuvrer pour « une Afrique de l’Ouest francophone où un accès facile à la planification familiale de qualité sauve et améliore la vie des femmes et des jeunes et sert de catalyseur pour un développement durable pour tous ».

Cette nouvelle vision répond à plusieurs défis régionaux qui sont notamment la mauvaise qualité des services PF offerts et qui souffrent d’une couverture insuffisante ; le fait que les crises humanitaires limitent l’accès à la PF ; l’insuffisance des politiques et programmes pour réaliser le dividende démographique et le ralentissement des progrès de la PF à mesure que la demande existante est satisfaite. L’objectif proposé est de doubler le nombre d’utilisatrices de contraception moderne pour atteindre 13 millions d’ici 2030.

 

Le document relève toutefois que ‘’les taux de progression ont ralenti depuis que le PO a atteint des segments « plus faciles » d’utilisatrices. Cependant, en faisant preuve de dynamisme et en renforçant les investissements, les pays membres du PO pourront une fois encore doubler le nombre d’utilisatrices de méthodes contraceptives modernes pour atteindre 13 millions d’ici 2030. Ce nouvel objectif sera atteint si chaque pays peut dépasser sa tendance actuelle et si de nouvelles stratégies sont identifiées pour continuer d’enregistrer une forte croissance’’.

Dans la nouvelle vision, le PO envisage aussi de trouver des domaines additionnels d’intervention. Il s’agit pour le PO «d’élargir sa façon de soutenir ses partenaires pour faire face aux changements de circonstances observés dans la région. En plus des domaines dans lesquels nous intervenons déjà, nous mettrons un accent particulier sur des populations, des sujets et des approches spécifiques”.

Au nombre de ces nouveaux domaines d’intervention le document cite celui des jeunes, les normes sociales, les priorités partagées dans la région et un accompagnement sur mesure pour chaque pays

Par rapport à la jeunesse, le PO a l’intention de collaborer avec d’autres partenaires et de coordonner le plaidoyer politique pour l’adoption de dispositions législatives essentielles en faveur des jeunes telles que le maintien des jeunes filles à l’école, la politique d’auto prise en charge des jeunes ou la lutte contre le mariage des enfants. S’agissant des normes sociales, le PO appuiera les efforts des pays pour changer les normes sociales. Il travaillera étroitement avec les chefs religieux, les jeunes et d’autres leaders sociaux. Enfin, le PO mettra aussi l’accent sur les autres priorités partagées par les pays dans la région, et adaptera son soutien au contexte de chaque pays. Il prévoit d’apporter de nouveaux outils et du soutien aux pays ayant les plus grands besoins ; d’aider à intégrer les services de PF dans les programmes de santé nationaux ; d’apporter si nécessaire, un appui technique aux pays à l’échelle nationale ; de mettre l’accent sur les meilleures opportunités dans chaque pays sous forme de « PANBs synthèses» faciles à assimiler et d’améliorer la collaboration avec les OSC pour l’atteinte des résultats visés.

Le Partenariat de Ouagadougou (PO) qui a été lancé en 2011, est l’un des partenariats les plus réussis entre les gouvernements, la société civile et les bailleurs pour accélérer la disponibilité et l’utilisation des services de Planification Familiale au Bénin (PF), au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, en Guinée, au Mali, en Mauritanie, au Niger, au Sénégal et au Togo.

Fatoumé Idé(onep)

12 juin 2020
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

 #findesviolencesfaitesauxfemmes#findesviolencesfaitesauxfemmes

 

Société