Coup de gueule : Urgence pour les Urgences de l’Hôpital national de Niamey

Coup de gueule : Urgence pour les Urgences de l’Hôpital national de NiameyL’hôpital national de Niamey dispose de deux services des urgences (urgences médicales et celles chirurgicales). Ces deux services ont malheureusement quelque chose en commun : l’exigüité et la vétusté des locaux, le manque de matériel de travail et l’insuffisance de médecins en particulier les médecins urgentistes, qui c’est une spécialité.

Aux urgences médicales, le spectacle qui s’offre dès l’entrée de ce service en dit long sur l’atmosphère qui règne à l’intérieur. Une foule d’accompagnants, certains assis à même le sol, d’autres débout le long du couloir qui mène à l’entrée principale du service. Au niveau de la porte, les vigiles essaient, tant bien que mal, de réguler l’accès à la salle principale où sont admis, en premier lieu, les patients.

Une touffeur et des odeurs fortes se dégagent. La dizaine de lits est constamment occupée au point où il est fréquent de trouver des patients sur des nattes étalées à même le sol. Les quelques médecins et les autres agents de santé qui les assistent sont constamment débordés par les sollicitations des uns et des autres.

Les accompagnants désemparés se morfondent dans la tristesse. Côté matériel de travail, la situation est tout aussi peu reluisante. C’est presque le dénuement total. Conséquence : la famille du malade achète jusqu’aux gants. La même situation prévaut au niveau des urgences chirurgicales.

C’est dans ces conditions, somme toute, très difficiles qu’officient les médecins du Service des urgences. A cela, il faut ajouter l’incompréhension des familles et la pression des accompagnants. C’est dans cette atmosphère que ces courageux médecins continuent de respecter le serment d’Hippocrate. Il est clair que le fonctionnement de ces services d’urgences est loin de refléter ce que doit être un service des urgences.

Il est du devoir des responsables de cet établissement de doter ces services du minimum requis pour améliorer les conditions de travail du personnel de santé et la prise en charge des patients admis au sein desdits services. La situation des services des urgences de l’HNN est bien connue du public. Du reste, il y a plus d’un an de cela, suite à un appel lancé, une banque de la place a construit un bâtiment pour augmenter la capacité du service des urgences chirurgicales. Même si, le bâtiment est réalisé, il reste encore une autre paire de manches : les équipements et la disponibilité des consommables médicaux. C’est une urgence pour les urgences.

Siradji Sanda(onep)

07 novembre 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Société