Visite de représentants du Congrès des Etats-Unis à Tessaoua : Apprécier la réussite des interventions de l’ONG GOULBI

Le programme de résilience du PAM est en marche. C’est pour apprécier l’impact dudit programme que des représentants du SENAT et de la Chambre des représentants des Etats Unis ont visité des sites d’intervention de l’ONG GOULBI dans le département de Tessaoua.

Le 9 octobre dernier, une délégation composée de staffs de haut niveau des cabinets des sénateurs et élus du congrès des Etats-Unis était en visite de travail à Tessaoua avec le PAM. Il s’agissait pour cette mission conduite par le Directeur Adjoint du PAM/Niger Monsieur Jean Noel gentille de mieux apprécier les réalisations de l’ONG GOULBI dans le département de Tessaoua, en partenariat et sous financement du Programme Alimentaire Mondial (PAM). Cette visite a permis de se rendre compte des réalisations dans trois secteurs à savoir l’éducation, la nutrition et le développement rural, et leur intégration pour obtenir de meilleurs résultats et durablement renforcer la résilience des communautés face aux chocs climatiques.

La délégation a visité la cantine de Baoudéta. En dehors des trois repas quotidiens garantis aux élèves, l’ONG GOULBI et le PAM fournissent également des bourses aux filles adolescentes issues des familles vulnérables. Ces bourses sont octroyées par trimestre aux élèves du niveau CM1 et CM2 (9 000F), du cycle de collège (12.000F) et au lycée (18.000F). Cette école est aussi dotée de moulins à grain qui allègent les travaux domestiques des femmes du village, et de troupeaux scolaires qui contribuent aussi à l’alimentation et à la promotion de la scolarisation. De l’avis des parents d’élèves, les appuis de l’ONG GOULBI et du PAM, ont créé un engouement qui se traduit d’une part par le soulagement des parents, exonérés de certaines charges, mais surtout le dévouement des élèves qui, accordent un intérêt particulier à leurs études. Cette assistance a permis de booster le taux de fréquentation, mais aussi celui de maintien de la jeune fille à l’école.

Pour ce qui est de la nutrition, la délégation a visité le Foyer d’Apprentissage et de Récupération Nutritionnel (FARN) de Baoudéta. L’ONG GOULBI a ouvert ce foyer dans le cadre de la lutte contre la malnutrition grâce à un financement allemand du PAM. Plusieurs activités entrant dans le cadre de cette lutte son prévues au profit des femmes, notamment des sessions de sensibilisation sur la santé et nutrition, le dépistage systématique de la malnutrition chez les enfants et les femmes enceintes, et les visites foraines organisées par le Centre de Santé Intégré pour des consultations médicales et nutritionnelles. L’originalité de ces FARN est que les femmes bénéficient de formations culinaires à base d’aliments locaux pour leurs enfants afin de leur apporter un complément nutritionnel surtout pour les enfants à partir de 6 mois.

Selon les témoignages des femmes, ces FARN ont substantiellement contribué à la chute du nombre d’enfants malnutris. « Avant l’ouverture de ce foyer, nous rencontrions énormément de problèmes de malnutrition qui minent dangereusement la croissance de nos enfants. Aujourd’hui, grâce à ce que nous avons appris, la malnutrition a presque disparu du village, car c’est à partir des produits locaux que nous nourrissons nos enfants » a précisé une femme du village. Là, les visiteurs ont été impressionnés par le changement de comportement exprimé par ces femmes et les explications fournies par les nutritionnistes qui sont en contact direct avec celles-ci. C’est dire que la prise en charge de la malnutrition à assise communautaire est assurément la voie royale pour booster la nutrition dans nos foyers. L’expérience du PAM fera certainement école dans les autres contrées du Niger.

Le dernier volet visité par la délégation est celui du développement rural. Les membres de cette délégation étaient sur le site de récupération de terre de Mounrey, où les efforts de 2480 personnes à travers les activités de création d’actifs productifs ont permis la récupération de 256 hectares de terres. Il s’agit là, de la confection des demi-lunes qui ont été ensemencées en herbacées, légumineuses et céréales, et la plantation d’arbres. La réussite est telle que l’on assiste à la régénération d’un tapis herbacé, la régénération des arbres. Aussi, on voit revenir certains animaux, oiseaux et reptiles qui avaient disparu de ce site pour cause de sa dégradation. Une des innovations à travers ce site, c’est le lien qui est fait entre la récupération des terres pastorales et les activités des FARN. En effet à travers les demi-lunes multifonctions du mil, du sorgho et du niébé pouvant alimenté les foyers nutritionnels pendant la période de mise en défens ont été semés sous l’encadrement étroit des services techniques compétents.

En perspectives les bénéficiaires seront également formés sur la technique de production de foin.

Sur le site de Sossandi, la délégation a visité un champ agricole sur lequel la technique Zaï a été expérimentée. Il s’agit de creuser des trous de 30 cm de profondeur et distants de 80 cm sur des terrains lessivés ou incultes dans lesquels on introduit la fumure organique. Cette technique a émerveillé les visiteurs qui ont pu constater les résultats tangibles du fait que ce champ inculte s’est transformé en terre fertile avec une production remarquable cette année.

A l’issue de la visite de tous ces sites, la délégation n’a pas caché sa satisfaction. Toutes ces actions de développement ont énormément contribué à l’amélioration des conditions de vie des populations. C’est fort de ce constat et avec la conviction que l’ONG GOULBI est un partenaire sérieux dans des actions de développement que cette délégation du Congrès des Etats-Unis et du PAM, a quitté Tessaoua. Comment peut-il en être autrement quand on sait que cette ONG qui a été créée en 2005 par la volonté de ses membres fondateurs, jeunes, conscients du rôle qui est le leur dans la recherche des solutions sur des questions de développement, a suffisamment capitalisé d’expériences et dispose de ressources humaines qui lui permettent de mener à bien ses activités. Son domaine d’intervention s’est aujourd’hui élargi, d’où la kyrielle de réalisations à mettre à son actif.

Dans le secteur de la sécurité alimentaire, l’ONG GOULBI excelle dans la récupération des terres dégradées à travers le cash ou vivres pour la création d’actifs productifs ; la construction de 52 banques céréalières ; un don de plus de 5000 chèvres à Tessaoua, Filingué, Aguié, entre autres. Dans le domaine de la nutrition, l’ONG a créé 27 FARN, assure un appui en personnel aux CRENI du district sanitaire de Tessaoua en prenant la charge de deux nutritionnistes pour 5ans. Au niveau de la santé, l’ONG GOULBI garantit les consultations foraines gratuites chaque année, le don de médicaments aux CSI du département de Tessaoua, don de matelas à l’hôpital de district de Tessaoua ; elle a assuré l’opération cataracte au CHR de Maradi, l’opération des fistules à Maradi et à l’hôpital Lamordé de Niamey. Dans le secteur de l’hydraulique, la réalisation de 33 forages et la construction de 2 puits cimentés à Filingué, Ouallam, Tessaoua et Aguié est à mettre à son actif. En matière d’éducation, l’ONG GOULBI a rénové le laboratoire de Chimie de l’Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey, appuyé la faculté des sciences de la même université en ordinateurs et assuré l’appui en carburant pour les encadrements pédagogiques au niveau de plusieurs inspections primaires et secondaires. Dans le domaine de l’assainissement et la communication, cette ONG a aussi fait des réalisations, rien que pour le développement et le bien-être des populations.

Tiémogo Amadou, ANP-ONEP Maradi

29 octobre 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Société