Le Panier de la ménagère : Hausse des prix des légumes sur les marchés

Legumes Panier NigerLe Panier de la ménagère : Hausse des prix des légumes sur les marchés A quelques semaines du mois béni de ramadan, s'il y a quelque chose qui inquiète les populations nigériennes, c'est la flambée des prix des produits de première nécessité sur les différents marchés de la place, notamment des légumes et de la viande. Seul le prix du poisson connaît une baisse considérable lié à la période de chaleur. De la tomate, à l'oignon les prix du chou, la carotte, le piment, le gombo, le poivron, le gombo et l'aubergine connaissent une augmentation. En effet, le carton de la tomate, qui se vendait il y a quelques jours à 4000F coûte respectivement 7000F la tomate exportée du Burkina Faso et 6000 F celle du Niger. Le seau moyen de tomates du Burkina se vend à 1500F, la tia (unité de mesure), à 1000F. Celle du Niger, le prix du sceau moyen est de 1000F, celui de la tia entre 850 et 900F.

Le sac d'oignon qui se vendait à 17.000F il y a trois jours, coûte aujourd'hui 20.000 F, le petit seau d'oignon est à 15.000F tandis que la tia est à 1250F. Le sac de chou qui coûtait entre 5.000F et 6.000F se vend aujourd'hui à 15.000F. Avant l'on pouvait trouver du chou pour toutes les bourses, mais actuellement il faut disposer de 250 F l'unité pour espérer avoir un chou de qualité. Le sac d'aubergine qui est vendu avant à 3000F coûte maintenant 8000 F, on peut trouver pour 200F à plus. Le prix du sac de piment qui était vendu entre 10.000 et 12.000F coûte aujourd'hui 20.000F, mais la particularité à ce niveau est que le prix n'a pas connu une hausse considérable, la tia se vend à 1000F. Le gombo qui se vendait à 1500F la tia, se vend 2000F. La pomme de terre qui il y a quelques jours coûtait entre 225 et 250F, se vend actuellement entre 300 et 350F. Les prix du citron et le gingembre restent stables leur tia reste à 2.000F. La menthe on peut trouver pour toutes les bourses, contrairement aux feuilles vertes nourricières comme le céleri et le persil où il faut disposer de 200F à plus pour pouvoir se les procurer. Quand au moringa le grand sac coûte 15.000F le grand sac. Cette baisse du prix est liée à la période de production et à la mévente.

Cependant avec cette veille du mois de carême, le prix peut augmenter d'un moment à l'autre du fait que le moringa est très prisé en cette période. Cette hausse des prix des légumes s'explique par le fait que la production de ces produits tourne au ralenti en cette période de forte chaleur. En dehors de l'oignon, de la pomme de terre et de la tomate produit à Ouallam et à Sagarou qui sont à leur période de production, malgré la hausse de leur prix, les commerçants nigériens ont commencé à importer porter les produits comme le chou et la carotte du Nigéria, de même que la tomate du Burkina Faso. En ce qui concerne la viande le prix augmente de plus en plus. La viande de boeuf avec os qui se vendait, il y a quelques jours à 2.000F coûte 2250F. Tandis que le sans os coûte 2.500F actuellement au lieu de 2.250F. La viande de mouton qui se vendait, il y a quelques semaines à 2500F monte à 3.000F. Selon un boucher que nous avons rencontré au marché de Djémadjé, cette hausse est liée au faite que les prix des animaux augmentent considérablement du fait de la transhumance qui est la solution trouvée par les éleveurs pour résoudre les déficits fourragers que connaît notre pays.

Contrairement au prix de la viande, celui du poisson continue de baiser. Le prix du kilo du capitaine qui était à 6000F revient à 3500F. Le prix du kilo de poisson chat était à 2500F et se vend à 2000F aujourd'hui. Le prix du kilo de silure coûte 1500F, le kilo de la carpe se vend à 2500F. Cependant, les prix peuvent connaître une augmentation avec le mois de carême qui rime avec une forte consommation de poisson, nous explique un vendeur de cet aliment.

Balkissa Hamidou

09 mai 2017 
Source : La Nation 

Imprimer E-mail

Orange Campagne Ramadan 2

Société