La voie express de Niamey : Fluidifier le trafic routier dans la capitale

La voie express de Niamey : Fluidifier le trafic routier dans la capitaleLa voie express, avec l’Aéroport international Diori Hamani de Niamey, les hôtels Radisson Blu, Noom et Bravia, l’une des infrastructures structurantes réalisées dans le cadre de la Conférence de l’Union Africaine. Avec ses huit voies de circulation, cette route a totalement métamorphosé l’image de la capitale. Elle a été réceptionnée le mardi 2 juillet dernier au cours d’une cérémonie placée sous les auspices du ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, de la Sécurité publique, de la Décentralisation et des Affaires coutumières et religieuses, M. Bazoum Mohamed.

Longue de 9,650 km, la voie express relie l’aéroport international Diori Hamani de Niamey au quartier administratif, en traversant le centre économique de la capitale (la zone du Grand Marché et du Petit Marché). Son utilité est tout aussi grande, en ce sens qu’elle est conçue et réalisée en vue de fluidifier le trafic routier dans les zones qu’elle traverse, le plus souvent embouteillées. Les travaux exécutés par la société SOGEA SATOM ont couté quelque 23,098 milliards de francs CFA grâce à un cofinancement de la Banque arabe pour le développement (BADEA), du Fonds OPEP pour le développement international (OFID) et la quotte part de l’Etat du Niger.

C’est l’un des chantiers dont le délai d’exécution a été des plus courts (12 mois seulement). Pour rappel, le lancement des travaux a été donné le 18 mai 2018 par le Président de la République Issoufou Mahamadou.

Le mardi 2 juillet dernier, les différents partenaires de ce projet n’ont pas manqué de souligner la volonté politique et l’engagement des autorités d’une part et d’autre part le professionnalisme et le sérieux de l’entreprise en charge des travaux, et des services techniques du ministère de l’Equipement. « J’ai été frappé par la rapidité de ce projet. Ceci est le résultat de la volonté politique au sommet de l’Etat et d’une programmation minutieuse au niveau du gouvernement. La BADEA et l’OFID/OPEP sont fiers d’avoir contribué à la réalisation de cette infrastructure», a déclaré à cette occasion, le Directeur général de la BADEA, M. Sidi Ould Tah.

Siradji Sanda(onep)

03 juillet 2019 
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer