Mme Aïchatou Yahaya, présidente du groupement féminin ‘’Tchidness’’ d’Agadez

Mme Aïchatou Yahaya est la présidente du groupement féminin ‘’Tchidness’’ d’Agadez. ‘’Tchidness’’ veut dire palmier doum ; c’est un groupe de femmes qui mène des activités dans le domaine de la transformation agro-alimentaire et des produits maraichers (tomate fraiche, pomme de terre, oignon, ail, mil, sorgho, etc.). Mme Aïchatou Yahaya fait en effet partie des femmes battantes qui ont l’amour d’aider leurs sœurs à voler de leurs propres ailes.

Selon la présidente du groupement féminin ‘’Tchidness’’, les femmes jouent un rôle essentiel dans le renforcement de la sécurité alimentaire des ménages. Pour assurer leur survie et celle de leurs familles, a-t-elle indiqué, elles se regroupent en associations pour renforcer leur capacité de production et accéder à la terre et au financement, contribuant ainsi à la lutte contre la faim dans la région, mais aussi à leur autonomisation.

Ce groupement féminin arrive à sécher des produits maraichers tels que la tomate fraiche, l’oignon, l’ail, le choux, le moringa et transformer les produits agro-alimentaires tels que : le blé, le maïs, le mil et le sorgho. « Nous faisons de la farine du mil pour la boule ou la bouillie ; du couscous de mil communément appelé dégué, de la boule traditionnelle ‘’Tchoukoubouss’’; de la farine et du couscous de blé ; la farine de maïs et celle du sorgho, la farine de moringa que nous séchons à l’aide des séchoirs afin de les emballer dans des sachets », a confié Mme Aïchatou Yahaya.

Quant aux produits maraichers comme la tomate fraiche, la pomme de terre, l’oignon, ils sont découpés en rondelles de telle sorte qu’on peut les utiliser même dans les crudités, il suffit juste de les verser dans un récipient et mettre un peu d’eau avant l’utilisation. Mme Aïchatou Yahaya transforme également l’oignon en farine assaisonnée avec quelques épices qui donnent un goût agréable à la sauce - pas besoin des produits chimiques comme les arômes.

La présidente de ce groupement dispense aussi des formations dans ce domaine à des femmes des différents départements et communes d’Agadez. Elle a en effet formé de nombreuses femmes qui arrivent aujourd’hui à se prendre en charge et à prendre en charge leur famille à travers cette activité. Le groupement féminin ‘’Tchidness’’ dispose de 21 séchoirs énergétiques et de seize représentantes des Associations féminines de la région.

Ainsi, la tomate et l’oignon séché se vend est à 1000 F le sachet ; l’ail à 2000F le sachet ; le couscous de mil et de blé à 750 Fle sachet ; la farine de mil, de maïs, du sorgho et du blé à 650 F le sachet etc. A la question de savoir ce qu’elles font de leurs recettes, la présidente du groupement ‘’Tchidness’’ a confié qu’elles ont ouvert un compte dans lequel elle verse chaque vendredi la recette de la semaine. Au bout de chaque quatre ou six mois, elle va à la banque avec la trésorière pour retirer l’argent et le compter devant toutes les femmes du groupement ; avec leur consentement, elles déduisent l’argent pour le stock de leurs produits de six mois et partagent équitablement le reste.

En effet, Mme Aïchatou Yahaya participe chaque année à des foires tant dans les autres régions du Niger qu’à l’extérieur du pays et a gagné de nombreux prix, et cela depuis la création de ce groupement en 2012. Parlant de ses produits, elle a affirmé qu’elle reçoit des commandes des autres régions du Niger et même des pays de la sous-région. Aussi, ces produits sont vraiment consommés par la population d’Agadez. « Nous avons nos propres règlements, nous faisons régulièrement des contrôles médicaux chaque année ; à chaque recrutement nous exigeons aussi des examens médicaux et toutes les mesures d’hygiène sont respectées », a rassuré la présidente.

Cette activité est, de son avis, intéressante et demande beaucoup d’énergie, de santé et de la volonté. Basé à Agadez, ‘’Tchidness’’ a étendu ses activités dans de nombreux départements et communes de la région. Concernant sa participation à des formations au Burkina Faso et au Mali, la présidente a confié avoir eu des échanges d’expérience de qualité avec ses autres sœurs de la sous-région. « C’est là-bas que j’ai appris la transformation des fruits tels que mangues, les bananes et bien d’autres », a-t-elle affirmé. Cette activité regorge de beaucoup d’opportunités en matière d’affaires ; c’est pourquoi Mme Aïchatou Yahaya a lancé un appel à toutes les femmes de se mobiliser pour participer au développement de leur pays en général et de leur région en particulier.

En effet, ce groupement a été créé en 2012 grâce à l’ONG Afrique verte qui est présente à Niamey ; Tillabéry, Maradi, Tahoua et Zinder et dans la sous-région. Ce projet contribue à améliorer la sécurité alimentaire car, au lieu de laisser les produits frais périmer, elle les transforme. Ce groupement féminin a reçu également le soutien d’une ONG italienne et de GIZ.

Aïchatou Hamma Wakasso, ONEP/Agadez

10 mai 2019
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Société