A quelques jours du Ramadan : flambée des prix de certains produits

A l’instar des autres pays musulmans, le Niger observera bientôt le mois béni de Ramadan. Mois pendant lequel on assiste à une forte demande des produits aussi bien les céréales que les légumineuses. Cependant, la venue de ce mois rime souvent avec la cherté des produits notamment une flambée considérable des prix. Au marché de Dar Es Salam, certains produits comme les légumes ont en quelques jours seulement connu une hausse des prix.

Vendus à  vil prix il y a quelques jours de cela, les légumes ont connu une hausse considérable depuis lundi matin. M. Djaffar, commerçant détaillant au marché de Dar Es Salam nous  affirme que depuis lundi matin, ils ont constaté une hausse des prix. En effet, le sac de poivron qui se vendait à 7.000F est aujourd’hui vendu à 15000F ; le sac de piment de 12.000F est passé à 24000F ; le sac de choux de 3500F à 8000F et le carton de tomate de 3000 F à 5000F ; le bouquet de persil de 1000F à 3000F; le sac de pommes de terre  est passé de 22500F à 25000F. Pour les unités de mesures comme le seau ou la tasse, les prix varient de 1250 à 1500 F. Selon lui, ces prix peuvent encore augmenter au fil du temps. Un autre revendeur, M. Badjé Hama, a expliqué que cette flambée est surtout liée à la période. « Avec la chaleur, il y a moins de production, ce qui fait que les produits sont peu disponibles sur le marché d’où la hausse des prix», a-t-il dit.  Il  affirme par contre que le prix de l’oignon a considérablement baissé par rapport aux années précédentes. Jadis vendu à 55000F, le sac de 100kg est aujourd’hui vendu à 13000F.

En ce qui concerne les produits céréaliers, M. Zada, commerçant au marché «Kassoua dolé», affirme que les prix restent stagnants sauf pour le lait qui est vendu à 48000F le sac. Ainsi, le sac de mil est vendu à 22500F pour le mil rouge soit 650F la tasse et à 22000F soit 550F la tasse pour le mil blanc. Le sac de mais en provenance du Bénin est vendu à 16500F soit 500F la tasse. Le sac de sucre est vendu à 21500F tout comme le carton de sucre. S’agissant des pâtes alimentaires, le carton est vendu à 5000F.

Quant aux prix de la viande et de la volaille, ils n’ont pour le moment pas connu de hausse. Le kilo de viande de bœuf est vendu à 2200F tandis que celui de mouton est vendu à 3000F. Pour la volaille, le prix des pintades varie de 3500F à 4000F et le poulet de 2500F à 3000F.

Cependant, tous ces prix n’ayant pas encore connu de hausse peuvent toutefois connaitre une forte augmentation dans les jours qui suivent. Cette hausse des prix des produits intervient au moment où il y a une forte demande. Cela complique ainsi la situation pour beaucoup de nigériens qui ne peuvent pas se procurer les produits de premières nécessités.

Rahila Tagou (Stagiaire)

03 mai 2019
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Société