Lancement officiel du Projet Développement Economique et Social des Femmes à Travers les Energies Renouvelables au Sahel (DESFERS) : 2,8 millions d’euros pour l’autonomisation des femmes au Niger

La ministre de la Promotion de la femme et de la Protection de l’enfant Mme Elback Zeinabou Tari Bako a présidé, hier matin à l’auditorium Sani Bako, la cérémonie de lancement du projet Développement économique et social des femmes à travers les énergies renouvelables au Sahel (Sénégal, Mali, Niger). Ce projet vise à contribuer à l’autonomisation des femmes au Niger, au Sénégal et au Mali à travers l’institutionnalisation du développement d’activités génératrices de revenus à partir des énergies renouvelables. Le projet sera conduit par un consortium composé de Plan International Niger et de CARE International et est financé par la Commission de l’Union Européenne à travers le fond femmes et énergies renouvelables. La cérémonie s’est déroulée en présence de Dr. IONETE Denisa Elena, Ambassadeur chef de la délégation de l’Union Européenne, de M. Henry Noel, Représentant Résidant de Plan International au Niger et de plusieurs invités.

Ce projet est financé à hauteur de 9,5 millions d’euros pour le Mali, le Niger et le Sénégal (dont 2,8 millions d’euros pour le Niger) et vise à contribuer à l’autonomisation de groupes organisés de femmes dans les trois pays et à l’amélioration de leur statut social à travers l’institutionnalisation d’activités génératrices de revenus d’énergies renouvelables. Au Niger le projet DESFERS couvre les régions de Dosso, de Tillabéri, de Maradi et de Zinder et interviendra dans 39 communes disséminées au niveau de ces régions. Il est mis en œuvre en collaboration avec le ministère de la Protection de la Femme et de la Protection de l’Enfant (MPF/PE), les ministères de l’Energie, du Pétrole et des Enseignements Professionnels et Techniques.

« Cette intervention novatrice au profit des femmes et des filles rentre en effet, dans la droite ligne des préoccupations du gouvernement de la 7ème République du Niger et cadre parfaitement avec la Politique Nationale Genre et la Stratégie Nationale d’Autonomisation Economique de la femme, la stratégie nationale d’électrification rurale, la Stratégie Nationale de Finance Inclusive » a déclaré la ministre Mme Elback Zeinabou Tari Bako.

Rappelant que malgré les importants efforts de l’Etat et de ses partenaires pour améliorer les conditions de vie des couches sociales défavorisées, les normes socioculturelles porteuses d’inégalités au détriment des femmes et des filles persistent encore. Elle a indiqué que le Niger a fait de la réduction des inégalités en matière de genre de façon globale et l’autonomisation des femmes et des filles en particulier, une de ses priorités à travers le programme de Renaissance. Mme Elback Zeinabou Tari Bako, a en outre souligné que des progrès ont été accomplis dans ce sens mais il reste encore beaucoup à faire en termes d’actions et d’initiatives pour combler les gaps. C’est en ce sens, dit-elle, que ce projet trouve toute sa pertinence tout en saluant solennellement cette initiative qui contribuera sans nul doute au bien –être des populations nigériennes en général, des femmes et des filles en particulier.

Partie prenante de la cérémonie, M. Henry Noel, Représentant Résidant de Plan International Niger déclare que l’ONG Plan International Niger est engagée pour la promotion des droits de l’enfant de façon générale et fait de la lutte en faveur de l’égalité des filles et des jeunes femmes son cheval de bataille. C’est ainsi que dans le cadre de sa stratégie pays 2018-2022, « Plan Niger ambitionne d’atteindre trois millions de filles et de jeunes femmes qui apprennent, décident, dirigent et s’épanouissent dans un environnement exempt de toutes violences basées sur le genre à l’horizon 2022 » a-t-il affirmé. Pour atteindre cet objectif, l’organisation développe et met en œuvre plusieurs initiatives dans les domaines de l’éducation, de la sante, de la protection, de l’assainissement, du genre, de la sécurité alimentaire et nutritionnelle avec pour but ultime l’autonomisation des filles et des femmes dans tous les contextes.

C’est dans l’optique de contribuer à atteindre ce but, indique M. Henry Noel, que Plan International a négocié et obtenu de la Commission de l’Union Européenne le financement de ce projet pour les trois pays dont 2,8 millions d’euros pour le Niger. Il a ensuite note que ce projet offre aux femmes rurales une opportunité de développer leur potentiel et d’exercer en tant qu’entrepreneures dans un secteur aussi novateur que celui des énergies renouvelables.

Issoufou Adamou Oumar

17 avril 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer