Développement communautaire : Les ambitions du chef de canton de Tarka

Développement communautaire : Les ambitions du chef de canton de TarkaTarka ? Ce nom veut dire en Tamacheq défaire ses bagages pour un campement. Le fondateur du Village de Belbédji s’appelle Oumena venu du Damergou avec sa jument au corps parsemé de mouches rougeâtres. Ce sont ces dernières qui ont pris la dénomination de Belbédji crée en 1937.

‘’Le premier puits foncé pour la création de Tarka a vu le jour en 1890 investi par la tribu Mouzgou (maraboutique) qui se réclame ancêtres du Chef de Canton actuel venu d’Irak ‘’, explique l’Honorable Samro Algabit, âgé aujourd’hui de 86 ans.Mouzgou veut dire en tamacheq mosquée.

Le premier Chef de groupement touareg de Tarka s’appelle Mohamed Elmoumine. C’est sous le règne du Chef Chahnoune que Tarka est devenu véritablement Canton. Aussitôt après son décès, Algabit Eder lui succéda au trône, le père de l’actuel Chef de Canton. La particularité du Chef de canton de Tarka a trait à son empressement à payer la totalité des impôts de ses administrés depuis plusieurs décennies.

Ce geste salué aux quatre coins du Niger lui a régulièrement valu les félicitations de l’Administration centrale principalement du Ministre de l’Intérieur qui lui décerne des Témoignages officiels de satisfaction. Le Canton de Tarka s’est toujours acquitté de ses impôts y compris le versement du centime additionnel au profit de la santé pour voler au secours des personnes vulnérables.

‘’Je retrouve un réconfort moral   extraordinaire en venant verser l’intégralité des impôts de mes administrés d’où l’administration locale recouvre les 100% des impôts aussi bien pour les populations sédentaires et les contribuables nomades régulièrement inscrits et en déplacement, ‘’ explique le Chef de Canton Samro Algabit.

Les administrés du Canton ont unanimement relevé comme préoccupation majeure pour aller de l’avant l’insuffisance des points d’eau, le déficit céréalier qui affecte le Canton depuis trois ans età l’état défectueux du tronçon routier allant d’un axe à un autre.C’est si vrai d’ailleurs de relever que les producteurs maraichers du Nord du Canton éprouvent d’énormes difficultés à écouler leurs produits vers les autres zones du département à cause du mauvais état des pistes rurales.

Les autres difficultés des contribuables du Canton se rapportent au conflit agriculteurs et éleveurs et au vol du bétail que les autorités préfectorales et traditionnelles arrivent à juguler avec la bénédiction de Dieu, le Tout Puissant, le Miséricordieux, a fait remarquer l’Honorable Chef de Canton de Tarka.

Il se félicite des réalisations efficaces accomplies par l’Etat dans le cadre du Programme de Renaissance au cours de l’année 2017-2018 qui se matérialisent par la mise en place de deux seuils d’épandage pour promouvoir l’Initiative 3N, la construction des puits villageois, la distribution gratuite des vivres pour venir en aide aux victimes de l’insécurité alimentaire et la vente à prix modérés des céréales et d’aliments pour bétail pour prévenir la crise pastorale.

Les besoins des populations à la veille de l’installation de l’hivernage sont la mise en place à temps des semences, l’appui ou la vente des unités de culture attelée, les aliments pour bétail.

La reconstitution du cheptel et le soutien à la création des cantines scolaires en zone sont également sollicitées par les populations du Canton de Tarka. Dans le domaine de la Santé, le Chef de Canton formule le vœu de voir l’Etat procéder à la dotation du CSI de Belbédji d’appareils modernes pour traiter certaines maladies sur place dans l’optique de diminuer d’intensité les évacuations sanitaires.

Pour venir à bout de l’insécurité résiduelle dans le Nord du Canton notamment dans les zones de Bicaro, Bétalma et Tendé où résident les populations nomades, l’installation du réseau de téléphonie mobile fait partie de leur préoccupation essentielle. Selon le Chef de Canton de Tarka, l’Etat doit instruire en guise de mesure d’urgence, la couverture à l’échelle de notre département l’extension du réseau par les sociétés de téléphonie mobile.

L’autre souhait de l’Honorable Chef de Canton de Tarka a trait au faible taux de distribution d’électricité dans le chef-lieu de commune(Belbédji) par la Nigelec.

Sans attendre le soutien de l’Etat ou de l’UNICEF, le Chef de Canton de Tarka entreprend des visites de terrain qui s’apparentent aux caravanes sur fonds propres pour sensibiliser les communautés de base sur la scolarisation de la jeune fille. Des progrès importants ont été obtenus dans ce domaine à la satisfaction générale,a-t-il reconnu.

SiddoYacouba, ANP-ONEP/Zinder

15 février 2019 
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Société