Orange experience digitale 2

Niger: obsèques de l’étudiant décédé lors des violences sur le campus

Mala Bagale Kelloumi obseques Le calme dans le milieu étudiant va-t-il revenir au Niger ? Le campus universitaire de Niamey, le plus important du pays, a rouvert ce week-end. Il avait été fermé la semaine dernière après une manifestation qui a fait un mort dans les rangs des protestataires, des étudiants. L'Union des scolaires nigériens (USN) affirme que la victime a été touchée par une grenade lacrymogène. Les autorités parlent d'une chute, sans lien avec les opérations policières. Une enquête a été ouverte. Quoi qu'il en soit, le corps de Mala Bagalé Kelloumi a quitté la morgue de l'hôpital national de Niamey, lundi matin 17 avril pour être enterré au cimetière de Yantala.

L’étudiant Mala Bagalé Kelloumi repose désormais au cimetière musulman de Niamey. Des milliers d’étudiants, parents et amis de la victime ont mis deux heures pour parcourir la distance entre la morgue de l’hôpital national de Niamey et le cimetière musulman, sa dernière demeure.

Dans le recueillement, l’émotion se lit sur tous les visages, comme celui d’Aziz : « Je suis ému, je suis très affecté par rapport aux conditions du décès de l’étudiant ». Presque au bout des larmes, cet étudiant en deuxième année de philosophie n’oubliera jamais le jeune martyre Mala Bagalé Kelloumi : « C’est un martyre de la nation. Vous avez constaté vous-mêmes. Toute la nation est avec nous, elle est debout. »

Entouré des membres du comité directeur de l’Union des scolaires nigériens, Ousseïni Sambo, le secrétaire général du syndicat, reçoit les condoléances de ses camarades. Au nom de l’ensemble des étudiants, il demande des excuses publiques du chef de l’Etat : « Nous demandons au président de la République des excuses à l’Union des scolaires nigériens et de présenter toutes ses condoléances à la famille du défunt pour que son âme puisse reposer en paix ».

Après le cimetière, le cortège des étudiants s’est rendu dans la famille du défunt pour exprimer leur solidarité et leur compassion.

17 avril 2017
Source : http://www.rfi.fr/afrique/

Imprimer E-mail

Société