Orange Money 300%

Célébration de la journée mondiale contre la peine de mort au Niger : Plaidoirie pour l’abolition de la peine capitale

Justice Niger Peine de mortÁ l’instar des autres pays du monde, le Niger a célébré le mercredi 10 octobre dernier, la Journée mondiale de lutte contre la peine de mort. Á cette occasion, le club des étudiants en droit à l’Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM) a organisé, sous le haut patronage de la Commission nationale des droits humains (CNDH), avec l’appui de l’Ambassade de France au Niger et la Délégation de l’Union européenne, une journée d’échanges sur l’abolition de la peine de mort au Niger.

a cérémonie d’ouverture de cette journée d’échanges a été présidée par le Rapporteur général de la CNDH, Hamidou Moussa Talibi qui, dans son allocution de lancement, a rappelé que, même si le Niger n’a pas ratifié la convention contre la peine de mort, il n’y a pas eu d’exécution de condamnée à la peine capitale depuis 1976. « Ce qui fait de notre pays un Etat aboliste de fait », s’est-il réjouit avant de noter comme pas décisif vers la ratification de cette convention, l’approbation par le Gouvernement d’un projet de loi le 23 octobre 2014 « qui autorise l’adhésion du Niger au deuxième Protocole facultatif se rapportant au pacte international relatif aux droits civils et politiques, traité international à portée universelle qui prévoit l’abolition de la peine de mort ».

Le Rapporteur général de la CNDH a également rappelé que le Niger a voté en faveur de la Résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies 69/186 du 18 décembre 2014 appelant à un moratoire universel sur l’exécution capitale. « Cependant, beaucoup de défis dans la mise en œuvre de ses obligations internationales en matière de protection des droits de l’homme restent à relever par notre pays », a-t-il relevé avant de souligner que la CNDH, pour sa part, se bat au quotidien pour l’effectivité de ces droits. « Ce qui lui a valu sa reaccréditation au statut A en mars 2017 par le sous-comité d’accréditation des Nations Unies », a rappelé Hamidou Moussa Talibi. Il faut souligner que la célébration de la Journée mondiale de lutte contre la peine de mort, célébrée cette année sous le thème « Dignité pour tous : condition de vie dans les couloirs de la mort » est une occasion pour les différents acteurs qui militent dans le cadre des droits humains, notamment pour la jouissance du droit à la vie d’interagir, d’avoir des échanges fructueux pour arriver à l’abolition de la peine de mort au Niger. Le Rapport général de la CHND a saisi l’opportunité pour remercier l’Ambassade de France au Niger et la Délégation de l’Union européenne pour les appuis techniques et financiers apportés au mouvement abolitionniste et au club des étudiants en droit de l’UAM de Niamey.

Outre l’intervention du Rapporteur général de la CNDH, il faut noter les allocutions de l’Ambassadeur de l’Union européenne au Niger, du premier conseil de l’Ambassade de France au Niger, du Doyen de la Faculté de droit de l’UAM et du président du club des étudiants en droits pour l’abolition de la peine de mort au Niger. Cette journée d’échanges était l’occasion d’organiser plusieurs activités, notamment un concours de plaidoirie sur la peine de mort, conférence-débat et slam.
(Publié le 10 octobre 2018)

Par Sani Aboubacar

31 octobre 2018
Source : L'Evènement

Imprimer E-mail

Société