Coopération Niger-Royaume du Maroc : Bientôt des Oulémas et Prédicateurs formés au Maroc pour promouvoir les vraies valeurs de l’Islam

KABIROU GOMBE WAAZIImage d'illustration Le Niger et le Royaume du Maroc s’engagent dans l’exécution d’un programme triennal de coopération islamique pour la période 2018-2019-2020. Cet accord a été signé, à Niamey au lendemain de la célébration du nouvel An musulman, par le ministre d’Etat, ministre de l‘intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses M. Mohamed Bazoum et l’Ambassadeur du Royaume du Maroc au Niger M. Allal EL Achab. Il est destiné essentiellement à la formation en terre marocaine des oulémas autrement dit des prêcheurs à travers la fondation Mohamed VI pour les oulémas d’Afrique.

Le ministre d’Etat, en charge des affaires coutumières et religieuses a de prime abord souligné l’importance de la signature ce programme tant attendu qui liera désormais le Niger et le Royaume Chérifien et va donner un autre contenu aux relations bilatérales en ce sens qu’il est un outil de mise en œuvre de l’accord de coopération en matière religieuse sur trois années. Le ministre a relevé les similitudes historiques, religieuses, culturelles et même civilisationnelles qui existent entre les deux pays depuis la nuit des temps pour étayer sur l’importance de cet accord tout en rappelant les invitations adressées par le Roi Mohamed VI aux nigériens pour participer à des évènements religieux tels les causeries religieuses Hassaniennes, les concours de lecture du Saint Coran ou encore les missions des responsables nigériens à l’Institut Mohamed VI pour la formation des Oulémas des pays africains. Pour le ministre d’Etat, le Maroc dispose d’une «expérience singulière dans la définition des normes de la pratique religieuse en Islam » mais aussi d’outils efficaces maintenant l’Islam sur les valeurs qui l’ont fondé. Tout en félicitant le Maroc, M. Bazoum a indiqué qu’il est particulièrement heureux du fait que cet accord permettra au Niger de s’inspirer de ce que ce pays a su capitaliser et donner au ministère la possibilité de disposer lui aussi d’outils pour mieux assurer sa mission. Pour sa part le diplomate marocain a mis en exergue l’engagement et la volonté politique des autorités à créer les conditions d’une meilleure organisation de l’encadrement de la pratique de l’Islam, de favoriser l’ordre dont la religion a besoin, de mettre fin aux discours d’intolérance. Rappelant que l’organisation du forum «prévention de la radicalisation et de l’extrémisme religieux

violent » par le Niger à Niamey en est la preuve. Parlant de l’accord, M. El Achab de préciser qu’il répond aux attentes et permettra aux deux pays de mutualiser leurs actions pour faire «connaitrel’Islam et ses valeurs de tolérance, un Islam fondé sur le juste milieu, la modération et prémunir nos jeunes et nos sociétés contre la radicalisation et l’extrémisme». Tout cela passe par la formation des oulémas et des prédicateurs, une mission que le Royaume du Maroc s’est assigné à travers l’institut Mohamed VI, un des moyens pour le Maroc de renforcer et consolider son identité spirituelle a-t-il dit en formant les Imams marocains mais aussi ceux de plusieurs autres pays africains et d’ailleurs auxquels s’ajouteront bientôt ceux du Niger grâce à la signature de l’accord.

Zabeirou Moussa(onep)

13 septembre  2018
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Société