Réseaux sociaux : Le printemps des vandales

Reseaux-Sociaux-Niger Les réseaux sociaux sont connus pour être des plateformes de partage et de discussions sur plusieurs sujets qui touchent à la vie d’une communauté. Tous les sujets sont abordés avec un franc-parler qui frise souvent l’indécence. Mais depuis quelques temps, les limites de cette indécence sont en train d’être franchies par certaines personnes qui font feu de tout bois. Des propos grossiers aux insultes indignes d’une personne bien éduquée, les réseaux sociaux sont en train d’être travestis par une horde de personnes incultes et rustres qui violent allègrement les règles de bienséances ainsi que la morale. Il y a plus que jamais péril en la demeure car ces actes de vandalisme sont en train de détruire ces réseaux sociaux qui ont pourtant un objectif noble

A la faveur du mouvement d’une partie de la société civile contre la loi des finances 2018, les réseaux sociaux sont inondés par des commentaires qui le plus souvent portent atteinte à la dignité et à l’intégrité de la personne humaine. Des propos orduriers sont régulièrement prononcés contre des hautes personnalités et de paisibles citoyens sous le prétexte de la liberté d’expression. Et le plus grave, c’est que lesdits propos proviennent souvent de certaines personnes qui se sont érigées comme leaders des mouvements de contestations, et qui sont sensés donner l’exemple de la bonne conduite dont doivent s’inspirer tout un chacun. En lieu et place de commentaires constructifs et utiles pour les débats contradictoires, des internautes s’adonnent régulièrement à des attaques violentes, sans aucune retenue, au nom souvent d’un combat politique connu sous le couvert de la société civile.

Il est aujourd’hui facile de se faire insulter à cause d’une critique qui ne passe pas. Selon Souley Oumarou, Président du Forum pour une citoyenneté responsable (FCR), « c’est une dégradation sociale ».

Il précise que « les libertés de pensée, d’opinion, de presse, d’expression, sont des droits civils et politiques extrêmement importants. L’avènement et le développement des nouvelles technologies de communication est venue renforcer la jouissance de ces libertés ». Ainsi selon Souley Oumarou, « les réseaux sociaux comme Facebook et Whatsapp sont aujourd’hui à la portée de toutes les couches sociales. Dans le cas du Niger, on dénote malheureusement un abus qui laisse perplexe ». Il explique que « les jeunes s’adonnent à toutes sortes d’invectives et de propos malencontreux et orduriers. Aucun respect des règles de bienséances, de déontologie ou de principe d’éthique et de morale. Certains nigériens sont de ce fait méchants, violents et agressifs envers leurs frères. D’autres n’hésitent pas à mettre en danger la cohésion sociale et l’unité nationale simplement à cause de leur point de vue ou de leurs intérêts politiques »

Le Président du FCR dit que « cette descente aux enfers doit impérativement s’arrêter pour l’intérêt du vivre ensemble et le progrès de la nation. Nous ne pouvons et ne devons pas continuer à saper les efforts de construction nationale et de sacrifice des générations passées sur l’autel de nos intérêts mesquins ». Souley Oumarou conclut que « la sagesse, la pudeur, le respect mutuel que notre éducation familiale nous recommande, doivent prévaloir ».

Face à cette situation périlleuse, certains abonnés des réseaux sociaux ont décidé depuis belle lurette de supprimer leur profil afin d’éviter la pollution des esprits qui a aujourd’hui cours. Du mensonge à la déformation de la vérité, tout y passe. On ne parle même pas des atteintes à l’unité nationale qui sont légions actuellement sur la toile du fait de certains compatriotes irresponsables..

Un sursaut de la part des certains mordus des réseaux sociaux s’avère plus que jamais nécessaire. A défaut, une interpellation des créateurs des réseaux sociaux et du législateur s’avère plus que jamais nécessaire.

Garé Amadou

03 avril 2018
Source : La Nation

 

Imprimer E-mail

Les Résidences Goggodou : Le coin chic pour se loger à Niamey

Société