Bonne Fête ! Barka Da Salah ! Wa Kayessi !

Expulsion des migrants sub-sahariens vers le Niger : L’Algérie continue son geste inamical

Algerie geste inamical AfriqueDes centaines de migrants subsahariens ont été expulsés ce dimanche à la frontière avec le Niger. Selon FRI, ils avaient été arrêtés à Alger et dans la ville de Blida mercredi et jeudi dernier. Un geste inamical de la part du pouvoir d’Alger qui rappelle des récentes situations pareilles.

Ce sont des centaines de migrants ressortissants des pays africains subsahariens qui ont été acheminés ce dimanche dans des camions de l’armée algérienne vers la frontière avec le Niger. Dans le camp de Tamanrasset, ils ont dû passer environ 24h avant de poursuivre le trajet forcé. Un trajet qui est devenu plus périlleux à partir de la frontière nigérienne où les camions se sont arrêtés et les migrants ont dû marcher jusqu’à Assamaka, en territoire nigérien, pour en fin rejoindre Agadez via Arlit. Ces migrants, originaires de différents pays d’Afrique de l’ouest et d’Afrique centrale, avaient été arrêtés à Alger, la capitale ainsi qu’à Blida en milieu de semaine dernière. Aucun commentaire n’a été jusque-là pas fait du côté des autorités algériennes par rapport à ces faits qui rappellent ceux des mois de septembre et d’octobre derniers, où plus d’un millier de personnes avaient été expulsées de façon similaire.

Au-delà d’un accord passé avec le Niger, cette opération d’arrestations dans la capitale est la troisième en un peu plus d’un an.

Selon Jeune Afrique qui citait des sources non précisées, durant les mois de septembre et octobre 2017, « ce sont 7 800 Subsahariens qui auraient été « déversés », par bus, après leur expulsion d’Algérie, dans les parages de Tamanrasset, aux confins du Niger ». Rappelons également que ces expulsions de septembre et d’octobre ont été suivies par des vagues d’indignation. « Comment livrer ainsi des individus, parfois mineurs, aux affres du désert ? », s’insurgent des sommités du Mali ou du Niger, précédées ou relayées par des organisations non gouvernementales à vocation humanitaire. Côté « droits de l’homme », Amnesty International a dénoncé des « arrestations arbitraires », en Algérie, fondées sur « un profilage ethnique » et des expulsions massives « illégales ».

Selon des estimations faites vers la fin de l’an dernier, environ 100 000 Subsahariens vivraient en situation irrégulière en Algérie.
Mahamane Sabo Bachir

02 février 2018
Source :  La Nation

Imprimer E-mail

Les Résidences Goggodou : Le coin chic pour se loger à Niamey

Société